AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄

Aller en bas 
AuteurMessage
Gwenaël Adam
1ere Année
avatar

Messages : 115
Age : 17 ans
Race : Incube
Spécificité(s) : Licence Couture et Coiffure

MessageSujet: Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄   Lun 20 Avr - 19:54





Les dimanches à la con... A non, on est Lundi...

PV Ludvig Eriksen


Une sonnerie annonçait la fin des cours et dans mon cas la fin de la journée. Je soupirais heureux que cela se termine, rangeant mes croquis de coiffure. Je me mêlais dans la foule qui empruntait l'artère principale du bahut. Celui-ci m'emmenait directement dehors, où tous les élèves se séparaient en petits groupes. Dans mon cas, je tentais de me diriger vers le dortoir pour me changer. Ce soir, je travaillais au bar. J'avais réussi à obtenir cette emplois de serveur en mentant sur mon âge et en me servant de mon « aura » pour que le patron accepte. Bref, je ne tenais pas à me rendre là-bas dans l'une de mes tenues de tous les jours. Comme j'étudiais au lycée depuis la seconde, je commençais à connaître pas mal de monde et je devais souvent m'arrêter pour dire bonjour. Le fait de connaître du monde me permettait aussi de profiter de leur énergie pour tenir la journée et là en l'occurrence la soirée. Il me fallut donc plus de quinze longues minutes pour arriver à la porte du bâtiment.

Une fois rentré, je me dirigeais directement vers la chambre qui m'avait été attribuée. En rentrant, je réalisais que cette année, je partageais ma chambre avec un seul garçon. C'est la première fois que j'étais dans une chambre duo, généralement, je partageais mes chambres avec deux ou trois garçons. Je ne m'étais pas annoncé avant d'entrer. C'était ma chambre, colocataire ou non, je n'allais pas m'amuser à frapper à chaque fois pour savoir si l'autre était là ou non ! Enfin bref, la disposition de la chambre était très amusante. Mon partenaire de chambre avait son lit dans le coin le plus lumineux de la pièce, alors que j'avais préféré m'installer dans le coin le plus sombre de la pièce. Oui, mon teint blanc ne vient pas seulement de ma race, non, cela venait aussi du fait que je n'aimais pas le soleil ! Alors le matin me faire réveiller par les rayons du soleil, il n'en était pas question ! Je posai ma ceinture de coiffure au bout de mon lit ainsi que mon sac de cours. Je me mis ensuite à la recherche de mes affaires de douche pour pouvoir, aller me laver. Pendant que je fouillais à gauche à droite, mon regard s'attarda sur l'autre lit. Il y a trois ans, j'avais découvert l'existence des créatures surnaturelle, mais aussi de cette école qui les accueillait. Cela signifiait que mon voisin de chambre était lui aussi spécial. Ma curiosité fut piquée aux vifs sur l'origine et la race de mon futur compagnon. La réponse à mes questions allait devoir attendre encore un peu, car j'avais enfin retrouvé mes affaires de douche. Je pris ensuite un ancien bas de jogging, je n'avais pas besoin de haut pour retourner dans ma chambre. C'est de même pour ma tenue de soirée, je ne l'avais pas encore choisie... Je descendis donc pour aller dans les douches communes.Ces dernières était vide pour le moment. J'en profitais me glissant sous le jais d'eau chaude. Au bout d'une quinzaine de minutes à profiter du bien-être apporté par la douche, je me séchais et me rhabillais. Je retraversais le bâtiment remontant à l'étage pour me rendre à ma chambre. Je croisais deux –trois personnes dont un professeur qui râla sur ma tenue et sur le fait que je ne montrais pas l'exemple malgré ma place au sein de l'établissement.

J'ouvris doucement la porte de la chambre sans faire de bruit et découvrit que mon colocataire était lui aussi rentrer. Même si la rentrer s'était fait, il y a plusieurs jours, je n'étais que rarement passé dans ma chambre... Bref, je m'appuyais sur le cadrant de la porte observant le jeune homme. C'était un jeune homme de très grande taille tout comme moi, il avait les cheveux blonds et... Et c'est tous que je pouvais dire vu qu'il était dos à moi.

"Yo. Alors c'est toi, mon nouveau partenaire de chambre. Dis-je m'avançant dans la chambre avec un grand sourire assez accueillant. Je suis Gwen, ravie de te rencontrer."


Par réflexe, je lui tendis la main dans un signe plus qu'amical. Je n'arrivais pas toujours pas à déterminé de quelle race, il était... Et à mon avis, je ne le saurais pas toute suite, car j'avais la fâcheuse manie de découcher. Bref, tout cela pour dire que j'allais devoir récupérer un max d'info avant d'aller bosser. Après il me suffira juste d'aller glaner deux trois autres infos auprès des autres élèves du bahut.

© Codes by Flocon


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄   Lun 27 Avr - 16:41





Ce matin-là, Ludvig avait reçu une lettre dans son casier. Une lettre sans fioriture, assez simple, lui donnant rendez-vous une semaine plus tard. Quelqu'un avait entendu dire qu'il était bon en cuisine et voulait visiblement des conseils. A vrai dire, il passa sa journée de cours à se demander qui pouvait bien être la personne qui voulait le rencontrer. Cette pensée tournait sans cesse dans sa tête, et il s'efforçait de faire le tri entre les différentes personnes qu'il connaissait. Mais aucune, plus qu'une autre, ne lui semblait particulièrement susceptible de faire ceci. Ah ! Pourquoi cette personne n'avait-elle pas signé ? Peut-être ne voulait-elle pas qu'il sache qui elle était avant de la rencontrer ? Cette question embêta Ludvig toute la journée.

Lorsqu'il retourna finalement au dortoir, une heure plus tôt que d'habitude car un de ses professeurs n'était pas là, il se laissa tomber sur son lit en soupirant. Il regarda assez vite s'il avait reçu des messages et des e-mails, puis avait pris des habits simples – une chemise blanche et un jean noir – et sa serviette, et s'était rendu dans les douches.
Si certaines personnes avaient tendance à penser énormément pendant que l'eau plus ou moins chaude coulait sur leurs corps, lui au contraire se détendait complètement, ses pensées s'arrêtant quasiment. Se laver était son moment préféré de la journée, car il se sentait libre de tout. Néanmoins, en ce jour, des pensées parasites venaient embrouiller sa tête, et il se résigna. Lui qui prenait des douches d'une demi-heure d'habitude, savourant l'eau chaude et la vapeur, n'avait passé que dix minutes à frotter ses cheveux et son corps et à rincer le tout. Il soupira en frottant ses cheveux avec la serviette pour éviter qu'ils ne restent mouillés trop longtemps. C'était là le désavantage d'avoir des cheveux longs : ils trempaient tout ce qui se trouvait dans leur chemin, donc les vêtements. Et Ludvig détestait sentir son dos mouillé par ses mèches.

Il avait pensé remonter aux dortoirs directement, mais se ravisa finalement, se dirigeant plutôt vers les machines à laver que l'école mettait à disposition des élèves. Ainsi, il pourrait remonter avec son linge, directement. Il lança la machine en mettant une pièce dedans, puis remonta. Il avait une sainte horreur des sous-sols. Pendant que son linge se faisait laver, il décida donc de se promener un peu aux extérieurs de l'école. Le soleil était brûlant en cette journée. Il s'installa sur un banc, puis se remit à penser à cette lettre. Peut-être était-ce une farce d'un camarade, probablement un animorphe loup. Tout le monde – dans sa classe et son cercle de connaissances – savait qu'il en avait peur. Cela lui rappelait d'ailleurs l'endroit où il était. Une école. Pour la première fois de sa vie, il n'avait pas à avoir peur de se servir de ses pouvoirs. Car ici, à Chimera, tout le monde en possédait. Qu'ils puissent se transformer en animal ou avoir un Don particulier, ici il n'était qu'un individu banal parmi une foule banale. Et quelque part, c'était … reposant. De ne pas avoir peur.

La cloche sonna la dernière heure de cours, et il se rendit compte qu'il s'était quasiment assoupi, perdu dans ses pensées. Il se leva en vitesse, et se dépêcha d'aller récupérer son linge. La dernière fois il l'avait retrouvé sur un banc, car une personne avait visiblement besoin de la machine qu'il utilisait. Il préférait autant aller récupérer ses vêtements propres. Il se rendit cette fois au dortoir sans faire plus attention à la foule qui se pressait maintenant dans les couloirs.

Il ouvrit la fenêtre. Il avait construit un ingénieux système de séchoir au bord de sa fenêtre – autrement dit, il avait réussi à fixer une fine barre de fer au mur, et il posait ses vêtements dessus. Il n'y avait pas trop de vent à ce moment-là. Au pire, il les rentrerait et les ferait sécher sur un cintre. Et alors qu'il refermait la fenêtre, la porte s'ouvrit et un « Yo » retentit dans la chambre. Il ne se retourna pas tout de suite, essayant de deviner à quoi son colocataire pouvait ressembler. Il ne l'avait pas encore rencontré – il avait même fini par se demander s'il dormait ici, s'il dormait tout court.

Puis il se retourna, et serra la main que lui tendait son nouveau colocataire. Il avait un sourire encourageant, et Ludvig décida qu'il pouvait en faire autant. Après tout, ils allaient partager leur chambre, autant se montrer amical. Ne serait-ce que pour vivre dans une atmosphère vivable ; il n'avait pas eu l'occasion de dormir dans la même chambre que qui ce soit, mais avait lu assez pour savoir que ça pouvait être horrible si l'on ne s'entendait pas avec son colocataire.

- Enchanté, je m'appelle Ludvig.

Il avait essayé de réprimer ses accents du nord, comme il le faisait pratiquement toujours. Mais il prononçait toujours son prénom comme il l'avait toujours prononcé, ce qui donnait à la fin de la phrase une tonalité légèrement dure que n'avait pas vraiment l'anglais.

- Je t'ai déjà croisé. Tu es le vice-président du conseil non ?

Certaines de ses connaissances lui en avait déjà parlé et il ne pouvait pas ignorer qu'il s'agissait bien de la personne qu'il avait en face de lui. Il y avait beaucoup trop de similitudes entre les descriptions et ce garçon.

- J'ai entendu dire que tu étais aussi en 3 CIMA ? Quelle est ta spécialité ?

Ce n'était déjà pas un cuisinier, car il l'aurait déjà vu lors de ses cours, si c'était le cas. Il s'assit sur son lit, en attendant la réponse du jeune homme. Après tout, il n'allait pas rester debout pendant toutes les présentations.



© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël Adam
1ere Année
avatar

Messages : 115
Age : 17 ans
Race : Incube
Spécificité(s) : Licence Couture et Coiffure

MessageSujet: Re: Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄   Mar 28 Avr - 20:33





Les dimanches à la con... A non, on est Lundi...

PV Ludvig Eriksen


Ludvig, lui, il n'était pas anglais de naissance. Même s'il tentait de cacher son accent, ce dernier montrait tenace réapparaissant sur son prénom et certaines accentuations. L'homme savait qui j'étais du moins de noms, de réputation enfin surtout mon grade. J'étais le vice-président des élèves, ou l'homme condamné aux travaux forcés comme je me surnommais. Je n'avais jamais choisi d'entrer au conseil des élèves s'étaient mon retour de bâton pour être populaire, et cela durait depuis la première. Heureusement pour moi, je n'avais jamais été élue président ! Comme ça, j'avais un semblant d'autorité à faire tourner en bourrique. Bref, tout cela pour dire que les élèves étaient contents de m'avoir dans le conseil, car il était sure que je m'étais un peu d'ambiance, présentait des idées tordues, et les professeurs aussi, vu que cela occupait mon temps et m'évitait de faire des bêtises ! Si j'avais bien compris, on s'était surement croisé dans les couloirs, mais vu que j'étais toujours entouré d'un tas de gens. Il continua à vérifier les informations, qu'il avait entendues sur moi, tout en m'en apprenant d'avantage sur lui. Je savais que le garçon était lui aussi en 3 CIMA, je pouvais en déduire qu'il n'était ni en coiffure, ni en couture de première année et surement pas en deuxième ou troisième année. Je connaissais toutes mes promos et une grande partit de mes années ! Donc il me restait quatre disciplines à explorer, mais cela réduisait déjà pas mal mes recherches ! Je n'avais pas toutes les licences à faire !

Dans les choses que j'avais apprises sur lui était aussi que ce n'était pas un Incube. Au moment où nos mains s'étaient touchées, je n'avais rien ressentit ! C'était assez compliqué à expliquer, mais quand j'entrais en compact avec une personne de mon espèce femme ou homme, j'avais une sensation étrange qui me parcourait le corps ! Ce n'était pas comme quand je piquais un peu d'énergie ou beaucoup aux autres pour vivre... Non, c'était plus intense, plus dérangeant aussi. Heureusement pour nous, même si nous ressentions ce « truc », cela ne nous empêchait pas de nous céder de l'énergie quand on en avait vraiment besoin ! Si les vampires pouvaient boire le sang d'un de leur congénères pour survivre, les succube et les incubes recouraient au même principe, mais avec le contact et l'attention.

Mes yeux suivaient son mouvement alors qu'il s'asseyait sur son lit. Je me retournais pour me diriger vers mon lit tout en lui répondant restant de dos. Même de dos, ma voix portait assez pour qu'il m'entende. De plus, je n'allais pas rester à le regarder dans le blanc des yeux pendant toute la durée de notre discussion.

« Gagné ! Je suis effectivement le présidant du conseil ! M'exclamais-je avant de répondre et de poser mes propres questions. Sinon, je suis étudiant en 3CIMA. Je prépare une double spécialisation Coiffure et Couture. Et toi, tu prépares quelle licence ? »

J'attrapais mon portable posé sur mon lit pour envoyer un message à Sue. La jeune femme était serveuse au bar et qui aujourd'hui avait les mêmes horaires que moi. Le message était pour savoir s'il pouvait m'héberger si jamais je ne trouvais personne. Bref, mon sms partit, je n'avais plus qu'à attendre qu'elle me réponde.

En attendant, j'allais devoir choisir une tenue pour travailler. Je me voyais mal me ramener en jogging et torse nu pour servir les boissons à mes clients, ou dans ce cas-là, il allait falloir changer le style du bar. Pendant que je commençais à fouiner dans mes affaires à la recherche d'une tenue assez classe, un peu soirée pour la clientèle de « nuit » qui était souvent des jeunes branchés ou des hommes et femmes d'affaires. Le silence qui commençait à tomber dans la pièce ne me plaisait pas du tout, je décidais donc de laisser une petite réplique comme ça pour commencer à tester les limites de mon partenaire de chambre.

« Sinon, il est mignon ton accent ! Tu nous viens d'où ? Demandais-je sur un ton légers »

Je jetais un regard par-dessus mon épaule pour observer sa réaction. Je n'avais rien dit de méchant en soi, mais certains élèves n'aimaient pas qu'on leur rappel que leur anglais étaient fortement marqué par un accent qui le rendait parfois un peu bancal.

© Codes by Flocon


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄   Ven 29 Mai - 19:47





Ludvig se laissa tomber plus qu'il ne s'assit sur son lit. Il se redressa vite cependant, prenant la peine d'appuyer son dos contre le mur. Il sentit son ventre gargouiller en silence – mais il avait vraiment, vraiment la flemme de prendre les gâteaux dans son sac. Trop loin de lui. Son colocataire lui répondit, partant lui aussi vers son lit, visiblement. Et Ludvig avait eu raison sur pas mal de choses. Il était bien au comité et il était également bien en 3 CIMA. Coiffure et Couture hein. Autant coudre des vêtements lui semblait intéressant – après tout, même s'il ne suivait pas les modes, il aimait être assez classe – autant toucher les cheveux des autres le répugnait. Il avait aimé coiffer les cheveux de Cecilie ou même ceux de sa mère, mais ce n'était pas pareil ; il les connaissait bien, il les avait aimé. D'ailleurs, en pensant à tout ça, il lâcha ses cheveux blonds, jusque-là retenu en un chignon peu élégant mais pratique. L'élastique qu'il avait utilisé se retrouva rapidement entortillé autour de ses doigts. Ludvig faisait toujours ça, plus ou moins inconsciemment. En général, l'élastique finissait autour de son poignet, à couper son sang jusqu'à ce que sa main soit engourdie et qu'il s'en rende compte. Finalement, il répondit à son colocataire.

- Le dernier C. Cuisine, dit-il en souriant.

Tandis que son colocataire bougeait, Ludvig se laissa simplement glisser sur le côté, finissant allongé sur son lit. Il regardait le plafond, repensant à la décoration du sien, chez lui, en Norvège. Il regarda Gwen d'un air absent, se demandant si ça le dérangerait qu'il colle affiche de cinéma ou photos débiles de son côté, mais fut interrompu dans ses pensées par sa voix. Il faillit rougir en entendant qu'il trouvait son accent « mignon ». En même temps, il était si facile à faire rougir que ce n'était même pas surprenant. Il se contenta pourtant de sourire en tournant son visage vers Gwen, après avoir roulé pour se mettre sur le ventre et ainsi pouvoir lever sa tête.

- Je viens de Norvège. J'imagine que mon accent doit être assez marqué. J'étudie l'anglais depuis bien longtemps, mais je n'avais jamais quitté mon pays avant de venir étudier ici.

Enfin, si, mais pour quelques semaines, en vacances ou ce genre de choses. En fait, il avait même souvent quitté la Norvège, mais se rendait rarement dans des pays anglophones. De plus, les enfants savaient se faire comprendre sans les mots, et lorsque ce n'était pas le cas, ses parents prenaient toujours le relais pour le traduire. Il connaissait plutôt bien le français, étant donné que son père venait de France et qu'une grande partie de sa famille y habitait, mais pour le reste des langues, c'était une autre paire de manches. Enfin, il était trilingue, cela dit, et peu de personnes pouvaient se vanter d'en faire autant. Pourtant, il n'aimait pas particulièrement les langues. De toute façon, tout ce qui l'intéressait, c'était la cuisine.

- Si tu poses la question, j'imagine que tu es anglais, donc. Ce n'était pas vraiment une question, simplement une constatation. - Dis-moi, est-ce que ça te dérange si j'accroche des trucs au plafond ou sur les murs ? De mon côté, bien sûr.

Ludvig avait beau n'avoir jamais partagé de chambre avec qui que ce soit, il avait tout de même une forte considération de « son » côté et de celui de l'autre. Et à vrai dire, s'il demandait ça à Gwen, c'était surtout par politesse, car il l'aurait sans doute fait à un moment ou à un autre. Pour l'instant, ses affiches de cinéma et ses poster étaient tous rangés dans une pochette, à l'abri dans un de ses tiroirs. Il y faisait très attention, certains étant signés. Son père étant gérant d'un grand restaurant, certaines célébrités s'y rendait et il avait ainsi la possibilité d'avoir des autographes relativement facilement. Il ne s'en était jamais privé. Ce n'était pas vraiment pour rendre jaloux qui que ce soit – de toute façon, qui ? enfant, il jouait seul, ou avec Noah, mais elle pouvait lui demander n'importe quoi, il n'aurait pas pu la rendre jalouse de quoi que ce soit, du coup – mais plutôt parce qu'il aimait bien ça. Il avait l'impression d'avoir un lien privilégié avec ces personnes – surtout quand il appréciait leur travail.

Même si il accordait, finalement, bien plus d'attention à ses livres, il aimait se sentir chez lui, et ça passait – aussi – par la décoration.



© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël Adam
1ere Année
avatar

Messages : 115
Age : 17 ans
Race : Incube
Spécificité(s) : Licence Couture et Coiffure

MessageSujet: Re: Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄   Mer 3 Juin - 21:07





Les dimanches à la con... A non, on est Lundi...

PV Ludvig Eriksen



Rendu dans les présentations, nous donnions aussi nos classes. L’homme étudiait la cuisine à Chimera. Pour faire cours, nous étions deux Licences et nous occupions les trois C du nom de la licence. Si je bougeais à gauche à droite pour me préparer à partir travailler, mon voisin de chambre lui semblait plutôt du genre éteint tombant allonger sur son lit. Ma petite phrase transperçant le silence fit une petite vague qui m’amusa plutôt. Ces joues avaient pris une légère teinte rouge surement à cause du « mignon » laissé de manière intempestif. S’il était aussi simple de le faire rougir, je sens que j’allais bien l’amuser.

Depuis que j’étais arrivée ici, la plus part de mes colocataires finissaient par avoir peur de moi ou à ce méfié de ma façon d’agir et de réagir. Cela doublait quand il apprenait ma race. C’était marrant d’ailleurs de voir les préjugés de certain à propos de nos races, tous les anges n’étaient pas des saints, tous les démons n’était pas méchant et tous les incubes/succubes n’étaient pas assoiffer de luxure. Si dans mon cas, cela m’amusait de charmer les autres grâce à ma race. Bref, tout ça pour dire que mon colocataire avait eu une réaction plutôt amusante. Il me dit venir de  Norvège.  C’est vrai que même si son anglais était plutôt  bon, il était assez facile de remarquer son accent à cause de l’intonation de certains mots. Par un détour de discussion, j’appris que c’était la première fois qu’il vivait hors de son pays. Le blond en déduisit  que j’étais anglais avec ma question.

Un acquiescement de tête, je lui signalais qu’elle avait raison. Théoriquement, je ne pouvais pas être sure à cent pour cent d’être une anglaise pure souche, car j’ignorais qui était mon père. De lui, je ne savais que deux choses que s’étaient un Incube et que physiquement on se ressemblait énormément. Bien que je vive en Angleterre depuis mon plus jeune âge, je sortais assez souvent du territoire pour les vacances. Depuis que j’avais l’âge de partir tout seul ou en voyage de groupe, ma riche famille m’envoyait à l’étranger sous prétexte qu’il fallait que je m’ouvre au monde dans un premier temps, puis après pour que j’apprenne les langues étrangère. Personnellement, je pense que c’était plutôt pour ne pas que je rentre à la maison durant les vacances. Plus j’étais loin, plus le couple semblait se porter bien et le reste de la petite famille aussi. Je n’étais désiré à la maison que durant les périodes de fête. Même si cela n’était pas du goût de tout le monde, je fais partit de la famille et pour préserver notre image de noble, il fallait s’afficher au complet. C’était aussi juste pour cette période, qu’il fallait que je maitrise plus ou moins différente langues. Les jeunes gens travaillant à leur éducation même pendant les vacances étaient bien vu en société. Résultat, je parlais Allemand et Italien avec aisance, en réfléchissant bien j’arrivais à tenir une discussion en espagnol et j’avais récemment commencé à voyager en France pour apprendre le Français. Pour ma part, si le pays m’intéressait, c’était tout simplement à cause des clichée. Je voulais vérifier que c’était la capitale de la mode, ect…  Un légers soupire passait mes lèvres, alors que j’enfilais une chemine d’un blanc presque transparent. Le blond me demandais s’il avait le droit de décorer son coin avec ces affiches et autres…

« Bien sûr ! Je ne t’ai pas attendu pour accrocher mes photos. Dis-je tout sourire montrant du regard les photos accrochées sur mon mur près de la tête de mon lit.
»

Toutes mes photos s’articulaient autours d’une même photo de groupe. Sur cette photo, on voyait tous mes frères et sœurs sur la pelouse du parc qui nous servait de jardin, ils souriaient sincèrement. De même pour toutes les photos autours.  J’aimais vraiment mes frères et sœurs contrairement à ma génitrice et à son mari. Alors que je replongeais dans mon armoire à la recherche d’un jean à me mettre, je lançais amusé.
« Ils ont collé les deux grands ensembles, histoire d’avoir qu’une chambre avec des plaintes de place ! riais-je un peu trouvant enfin un jean noir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dimanches à la con...A non, on est Lundi...►PV. Ludvig Eriksen◄►OUVERT◄
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» imageries de meeuwen de ce lundi
» La Poly Normande (1.1) >>> Lundi 18h00
» FLASH - Aristide a envoyé une nouvelle demande de passeport ce lundi
» bon lundi 24 janvier 2011
» Scheldeprijs (HC) Lundi 18h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: