AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 L'ange qui ne se connait pas. [Pv Emilia]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanaël Lior
Votre Papaillasson ♥
avatar

Messages : 267
Age : 111 ans
Race : Vampire

MessageSujet: L'ange qui ne se connait pas. [Pv Emilia]   Sam 9 Mai - 1:38

Tu crèveras seul... Nathanaël.

Un grand silence, assez reposant, l'odeur des livres mélangée à celle de la poussière, un plancher terne moyennement éclairé par un ciel grisâtre à travers la fenêtre. Depuis les premiers jours de cours, le temps se faisait morose, rendant Chimera encore plus froide et plus menaçante qu'à l’accoutumée. Les couloirs étaient vides, seul le bruit des gouttes d'eau se choquant contre les vitres se faisaient entendre, a travers les portes il était tout de même possible de percevoir des voix sourdes lancées dans un récit sans fin. Mais dans cette salle immense qu'était la bibliothèque, il n'y avait vraiment rien. Les étagères craquaient discrètement, et des pages se tournaient dans un murmure. Là, assit sur un banc de bois clair, un coude posé sur une immense table plus sombre, la tête nonchalamment posée sur la paume de sa main pour se soutenir, Nathanaël tentait de passer le temps. Oui, il avait déserté son infirmerie. Oui, il s'ennuyait. Et oui, personne ne lui rendait visite. Il avait cru qu'avec cette pluie, ce froid soudain, au moins un élève tomberait malade et serait forcé de passer le voir. Mais non, rien, personne.

Alors le vampire avait abandonné sa longue blouse blanche pour mieux partir se balader dans l'établissement, seulement vêtu d'un pull fin bleu marine au col en V d'où l'on pouvait discerner également le col parfaitement arrangé d'une chemise blanche. Il avait d'abord pensé aller emmerder son directeur, lui faire perdre de son temps et polluer son air, mais malheureusement il ne l'avait pas trouvé. C'était rare de voir son bureau vide. Il avait du partir s'occuper, lui aussi. Ainsi, l'allemand avait terminé son voyage ici, entre les livres, dans cette salle aux murs sans fin, dont le plafond semblait vouloir défier les nuages. Il aimait se poser quelques instants ici. Il n'y avait jamais grand monde, surtout durant les heures de cours, et il pouvait ainsi profiter de cette ambiance si particulière qui lui rappelait le bureau de son père à l'époque où il était encore vivant, un jeune garçon avec un avenir, avec l'amour de ses parents. Aujourd'hui, il ne pouvait compter que sur lui même, malheureusement, et n'en pouvait plus de se battre pour tenir debout. En réalité, il avait cessé de se battre depuis un moment, il avait baissé les bras et avait lâché son dernier souffle il y avait de cela plusieurs années. Mais bon sang... Pourquoi continuait-il à avancer malgré cela? Pourquoi être encore là?

Nathanaël eu un soupire. Cela faisait combien de fois qu'il lisait ce livre ? Trois ou quatre fois. Un livre de science, le tout premier bouquin qu'il avait osé ouvrir la première fois qu'il avait pénétré cette bibliothèque. C'était avec nostalgie qu'il était revenu à cette lecture ce jour là. Ce jour si gris, si triste, si déprimant. Un nuage plus sombre que les autres traversa le ciel, le malheureux ne put plus lire un seul mot tant il faisait noir, cela le força à relever enfin la tête. Personne. Il était toujours seul. Peu importe où allait, il se retrouvait toujours seul. Était-ce sa destiné ? S'effondrer un jour, seul. Surement. Il en était de plus en plus persuadé. Et ce ciel ne lui donnait aucun espoir.

« Tu crèvera seul, sous cette pluie, Nathanaël. »

Avait-il alors traduit de ce ciel triste avant de ricaner.

« Au moins un qui pleurera pour moi. »

Ironisa-t-il ensuite, allant reprendre sa lecture quand il entendit la poignée de la porte de la bibliothèque se tourner. L'infirmier se redressa alors, tournant un regard interrogateur vers la source du fracas qui résonna dans toute l'immensité de la pièce. Peine perdue, il ne pouvait voir qu'un amas d'étagère de là où il était. Le silence venait d'être brisé, quelqu'un de plus se faufilait entre les étagères. Avançait-elle vers lui ? Il tenta de le savoir, mettant son ouïe en alerte. Il avait l'impression que oui. Un petit sourire au coin des lèvres, il se pencha à nouveau sur son livre, se passant cette fois-ci la main dans les cheveux avec un petit ricanement. Il allait avoir de la compagnie alors. Le blondin allait reprendre sa lecture mais il n'eut pas le temps de voir le troisième mot de la phrase qu'un parfum lui fit relever à nouveau la tête. Avec lenteur. Il n'était pas bien sur mais, il lui semblait connaître ce parfum. Une odeur féminine. Une odeur sucrée. Une odeur douce. Ce parfum il le connaissait très bien. Le sourire qu'il avait esquissait plus tôt s'étira d'avantage alors que des images lui revenaient en tête.

Un regard aussi rouge que le sien quand la soif le prenait. Des cheveux clairs, si argentés que l'on pourrait les croire précieux. Un air de poupée si bien travaillé. Et une personnalité finalement espiègle et défiante. Oui c'était elle. L'ange qui ne se connait pas. Il n'avait aucun doute. Cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait pas croisé, surement avait-elle trouvé un moyen d'éviter de tomber dans les pommes tous les quatre matins. La taquiner manquait finalement beaucoup à l'infirmier, il lui tardait qu'elle ne lui tombe dessus. Mais il n'allait pas pour autant à sa rencontre. Il restait assit sur son banc, le silence avait l'air d'être de retour mais, lui, il entendait ses pas s'approcher,ses chaussures frotter le parquet, et son souffle discret qui ne se doutait pas de sa présence.

© N a ë l



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'ange qui ne se connait pas. [Pv Emilia]   Lun 15 Juin - 19:45





L'ange qui ne se connait pas.
La vérité a un goût amer.

Petite poupée de porcelaine, son regard avait la couleur de ce qui coulait dans ses veines. Celui-ci était d'un expressif doux. Seul son petit sourire pourrait déceler son désintérêt pour ceux qui l'entouraient. Effectivement, la jeune albinos était supérieure. Ou du moins, elle se sentait supérieure. Ce qui était le cas dans nombreux domaines. Or, parfois elle pouvait se heurter à un mur. Une personne capable de voir la petite princesse en sa petite personne. A ses pensées, elle pensait à son cher infirmier. Un vampire taquin, qu'elle ne supportait pas vraiment d'ailleurs. Enfin, ce n'était pas de si bon matin qu'elle allait penser à lui. Elle risquerait de devenir désagréable.

Le temps était maussade. De la pluie, des nuages grisâtres. Pas une once de bleu dans ce tableau déprimant. Malheureusement pour la jeune femme, elle n'avait pas une tenue adapté à cette froideur. Une robe bleue accompagnée de talons compensés de la même couleur. Elle avait juste pris une légère veste pour se couvrir les épaules. Son sac l'avait brièvement protégé de la pluie lorsque celle-ci l'avait soutenu au-dessus de son corps. Elle savait qu'aujourd'hui n'allait pas se passer comme elle l'aurait voulu. Déjà, si celle-ci commençait sa journée par une pensée envers Nathanaël, c'était qu'elle allait surement le voir. D'ailleurs, elle avait tout fait pour l'éviter. Pourtant, sa gorge qui commençait à devenir rêche annonçait une probable excuse pour quitter son prochain cours.

Assise sur sa chaise, elle avait disposé son visage dans ses bras. Les cours avaient commencé depuis plus de deux heures. Elle ne savait plus en réalité. Le temps était trop long à son goût. Son professeur l'interpella à plusieurs reprises pour se redresser. Cela l'agaça un peu, mais elle n'avait pas le choix face à un professeur. Et puis, elle n'avait pas la force de trouver une excuse pour s'éclipser comme à son habitude. Ce ne fut que quand sa camarade, qui était soit disant son amie, se retourna pour lui parler qu'elle fit une remarque à voix haute.

« Emilia, tu as surement de la fièvre ! Tu es beaucoup trop pâle, tu dois aller à l'infirmerie. »

De par sa nature fragile, tout le monde s'inquiétait pour elle au moindre signe de faiblesse. Quoi qu'il en soit, après la remarque de sa camarade. Son professeur qui l'avait réprimandé auparavant l'envoya à l'infirmerie en confirmant les dire de son élève. Bien sûr, quelqu'un devait l'accompagner. Or, Emilia dissuada son professeur en protestant qu'elle allait bien et que l'infirmier, enfin voilà quoi. Ses camarades avaient compris ce qu'elle voulait dire. Parfois, elle remerciait la réputation que son vampire possédait. Prenant ses affaires, elle sortit de la salle pour s'évader dans les couloirs.

Malade, ou pas. Hors de question de se rendre à l'infirmerie. Qu'importe la fièvre qu'elle pouvait avoir. Elle savait qu'avec du repos, celle-ci allait passer. Il lui fallait juste un espace vide. Un lieu où personne ne s'aventurait. Etant donné que c'était la période des cours, nombreux endroits étaient disponibles. Elle opta pour la bibliothèque. Pas de couples en mal d'amour, ou d'intellos qui rateraient ses cours. Elle serait logiquement seule. Elle s'y rendit rapidement. Tournant la poignée, elle rentra dans la pièce avant de refermer la porte.

La jeune albinos ne bougea pas pendant quelques secondes. Inspectant du regard une quelconque présence, seules des étagères poussiéreuses se trouvaient devant elle. Se faufilant alors entre les étagères. Elle essayait tant bien que mal de prier pour n'avoir aucune compagnie. Elle se dirigea vers un banc où elle avait l'habitude de se rendre lorsqu'elle se sentait prise d'une légère fatigue. Ce qu'elle allait découvrir l'avait sortit de ses gonds. Une silhouette plutôt grande était assise devant elle. Des cheveux blonds, des yeux qui pouvaient avoir la même couleur que les siens. Et un sourire qui n'attendait qu'elle. Que faisait-il ici? Elle avait tout fait pour l'éviter. Pourtant, elle ne pouvait plus reculer. Son coeur se serra. Son masque se déchira comme une vulgaire feuille de papier. Elle posa lourdement son sac sur l'immense table qui les séparait.

« Tu te sens tellement seul que tu as besoin de sortir de ton infirmerie pour voir si tu aurais un élève à te mettre sous la dent ? »

Emilia le regardait dans les yeux. Elle était restée debout face à celui qu'elle craignait le plus dans cet établissement. Elle affrontait ses démons. Sa fierté ne lui laissait pas le choix dans ce genre de situation. Mordre, pour ne pas être mordu. Façon de parler, bien sûr.


Revenir en haut Aller en bas
Nathanaël Lior
Votre Papaillasson ♥
avatar

Messages : 267
Age : 111 ans
Race : Vampire

MessageSujet: Re: L'ange qui ne se connait pas. [Pv Emilia]   Jeu 23 Juil - 16:14

Je suis touché.

Les pas se rapprochaient, pendant ce temps là, les yeux de l'infirmier dansaient à nouveau durant une lecture finalement désintéressée. Il lisait pour lire, mais ne retenait pas un seul mot qui passait devant ses pupilles. Il ne faisait qu'attendre. Attendre que les pas se rapprochent encore, attendre qu'elle le voit, attendre sa réaction, l'attendre elle. Le bruit des semelles cognant contre le vieux parquet de la bibliothèque se faisaient de plus en plus présent, et enfin il put l'apercevoir du coin de l’œil. Ce ne fut pas simple pour Nathanaël de retenir un ricanement nerveux, un peu comme un enfant qui aurait fait une surprise à sa mère et qui aurait du mal à contenir son impatience quand celle-ci ouvrirait enfin le paquet. Désormais il rêvait d'être dans sa tête, de savoir ce qu'elle pensait, son ressenti. Il s'était même préparé à ce qu'elle fasse demi tour et préfère le fuir plutôt que de lui adresser la parole. Mais cette jeune femme n'était pas du genre à éviter les problèmes une fois face à eux, elle avait un caractère plus interessant encore, et ne fuirait certainement pas la confrontation. Quelle ne fut pas la joie de Nathanaël quand il l'entendit se rapprocher encore jusqu'à presque s'installer à sa table. Fière, elle l'était à chacune de leur rencontre, et cette envie de se tenir toujours droite devant le danger ne faisait qu'attirer encore plus le vampire et son désir de lui faire courber l'échine.

Les salutations commençaient très bien. La petite poupée commençait déjà à grogner, à mordiller, dans une simple phrase qui eut pour résultat de faire tinter le ricanement habituel du blondin dans l'immense pièce. Il releva légèrement la tête pour quitter sa lecture dans un petit soupire rieur, avant de la déposer à nouveau dans la paume de sa main et de relever un regard brillant vers l'albinos, son fidèle sourire charmeur aux lèvres.

« Je vois que vous commencez à très bien me connaître. »

Il imposa un petit silence, le temps d'enfin la contempler, cette proie qu'il aimait tant tourmenter. Elle n'avait pas beaucoup changé, peut-être avait-elle encore un peu maigri, avec ce minois ravissant et pourtant si froid à son égard. Dans la pénombre, ses prunelles écarlates ressortaient d'autant plus, et sa chevelure d'argent reflétait la moindre petite trace de lumière. Ce petit corps frêle avait presque des allures fantomatique dans cette bibliothèque dénuée de vie, et pourtant, c'était plutôt le vampire qui hantait ce lieu de son aura glaciale et écrasante. Le simple fait que son gibier favori soit en face de lui avait suffit à réveiller son instinct de chasseur, son physique presque idyllique différait désormais beaucoup de l'atmosphère angoissante qu'il dégageait. Son sourire se voulait enjôleur, comme s'il désirait amadouer l'étudiante, l'aguicher comme à son habitude, et pourtant autour de lui planait cette pression qui donnait des frissons et qui mettait la poupée au défi.

« Bizarrement, je tombe toujours sur vous dans ces moments là. Quand je cherche un élève à me mettre sous la dent, comme vous dites. »

Le sourire s'étira en coin, un peu plus, il se voulait ainsi moqueur et défiant alors que son regard azuré détaillait le moindre mouvement de cils de l'albinos, à l'affut de la moindre réaction. Avait-elle peur ? Désirait-elle s'enfuir ? Allait-elle seulement lui tenir tête ? Nathanaël l’espérait. Elle n'avait guère montré d'hésitation à se dresser devant lui malgré des situations parfois désespérées, ce n'était certainement pas ce jour là qu'elle allait abandonner la partie. L'idée de la voir à nouveau se débattre excitait déjà le vampire qui se décidait à bouger un peu. Passant en vitesse ses doigts dans ses cheveux d'or avant de faire le moindre geste, il referma avec délicatesse le livre qui se trouvait devant lui et se leva même du banc où il était assis depuis déjà quelques heures et se retourna. Dos à l'étudiante il s'affairait à retrouver la place du bouquin dans le rayon scientifique qui se trouvait juste à coté de la table.

« Ne devriez-vous pas être en cours ? Je vous manque tellement que vous séchez pour venir à ma rencontre ? Je suis touché. »

Dos à elle, il avait juste tourné la tête pour avoir une chance d'apercevoir la sienne après cette réflexion. Une pique, une moquerie, une petite étincelle destinée à allumer la mèche. L'infirmier se doutait très bien que la poupée faisait tout le contraire, qu'elle tentait le plus possible de ne pas lui tomber dessus, cela se voyait à cette longue période qui venait de passer sans que les deux créatures ne se croisent. Mais c'était plus fort que lui. Il fallait qu'il la taquine, qu'il l'énerve, juste pour la voir contrariée, la voir se défouler contre lui. Masochiste ? Peut-être l'était-il un peu, mais ce n'était que le temps d'admirer ce petit bout de femme prêt à tout pour paraître parfait alors qu'il n'est ni plus ni moins normal. Ce petit oiseau ne pourrait pas ressembler à une poupée, tout simplement parce que les poupées n'existent pas ou sont de simples jouets que l'on manipule à notre guise. L'albinos voulait être un de ces jouets ? Nathanaël la manipulerait alors, jusqu'à lui montrer tous les défauts qu'elle possédè et qui fait d'elle l'exacte contraire de ces poupons de porcelaine.

© N a ë l



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'ange qui ne se connait pas. [Pv Emilia]   Dim 27 Sep - 0:00





L'ange qui ne se connait pas.
La vérité a un goût amer.

« Je vois que vous commencez à très bien me connaître. »

Il était hautin. Son ricanement était des plus agaçants, qu'elle s'en mordit la lèvre inférieure. Son regard était définitivement porté sur sa personne. Il possédait toujours ses yeux qui n'attendaient que de relever le défi de la jeune femme. Il prenait un malin plaisir à la détailler. De ses cheveux argentés aux planches de bois où elle se tenait debout. Laissant le silence s'installait entre eux. L'atmosphère lui paraissait trop amer que le dégoût lui monta à la gorge.

« Bizarrement, je tombe toujours sur vous dans ces moments là. Quand je cherche un élève à me mettre sous la dent, comme vous dites. »

Elle retint sa respiration. L'air commençait à se rafraîchir. Comme si la peau glaciale du vampire venait étreindre la petite albinos. Elle n'oubliait pas le regard qu'il lui portait constamment. La moindre réaction. Un faible battement de coeur. Il recherchait la faille. Là où il pourrait la rendre vulnérable par une simple moquerie. Il était joueur. Elle le savait pertinemment. Pourtant, il n'en restait pas moins son démon. Lorsque celui-ci se leva, elle recula d'un pas. Une table ne pouvait pas la protéger. Elle ne le savait que trop bien. Qu'elle ne pourra fuir. Ce n'était plus ce livre qu'il rangeait qui l'intéressait. Non, c'était elle. Elle représentait un livre ouvert à celui qui voudrait le contempler.

« Ne devriez-vous pas être en cours ? Je vous manque tellement que vous séchez pour venir à ma rencontre ? Je suis touché. »

Elle en resta muette. La peur se mélangea à la colère. Que pouvait-elle faire pour enfin lui échapper ? N'avait-il pas assez de la défier, de la pousser hors de ses gonds ? Non, bien sûr que non. C'était son passe-temps favoris. Son nouveau jouet. Or, elle savait que si elle reconnaissait qu'il était plus fort qu'elle. Peut-être se lacerait-il ? Enfin, cela ne lui ressemblait pas. Elle pouvait se montrer hautaine. Comme lui. Pourtant, à cet instant, elle ne savait quoi lui répondre. Alors, elle soupira. Exaspérée, elle vint prendre la place du vampire sur le banc. Après tout, elle était venue dans ce lieu pour se reposer. Ce n'était pas son cher infirmier qui allait le lui refuser.

« On m'a renvoyé de cours pour aller me reposer. Ce que je vais faire. Alors si tu pouvais aller voir ailleurs si j'y suis, ça m'arrangerait. Je ne suis pas d'humeur à jouer avec toi aujourd'hui. »

Elle devait vraiment être fatiguée pour refuser de l'affronter. Ou peut-être pas. Elle ne pouvait pas le laisser partir.

« A part, si tu me sers de matelas. Ta peau est aussi froide que ce banc. L'un ou l'autre, je ne ferais pas la différence. Enfin, bien que le banc ne serait pas en mesure de me mordre. Cela va de soi. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ange qui ne se connait pas. [Pv Emilia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ange qui ne se connait pas. [Pv Emilia]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ange gardien
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» Poussière d'ange.
» La longue histoire d'un Ange...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: