AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 Gin Johnson - Directeur

Aller en bas 
AuteurMessage
Gin Johnson
Votre Mamandoline ♥
avatar

Messages : 209
Age : 28
Race : Humain à Don
Don : Force Inimaginable

MessageSujet: Gin Johnson - Directeur    Ven 30 Jan - 15:56



JOHNSON GIN


AGE : 28 Ans.
ANNIVERSAIRE : 26 Mars.
SEXE : ♂ Masculin.
RACE : Humain à Don.
NATIONALITÉ(S) : Anglais.
POSTE : Directeur.
POUVOIR : Force surhumaine.


PERSONNALITÉ

CARACTÈRE : Gin, es-tu l'homme fort que tu laisses paraître, ou as-tu au fond de toi des failles que tu ne cesses de cacher? Toi même tu ne saurais dire. As-tu seulement une réelle personnalité qui t'est propre? Toujours impassible, peu loquace, tu ne laisses jamais rien paraître. Es-tu seulement vivant? Bien sur. N'oublie pas, la mort t'effraie. Elle te hante, chaque jour, chaque seconde, et frappera lorsque tu t'y attendras le moins. Tu vis alors dans l'angoisse depuis plusieurs année, car la mort est ta plus grande phobie. Jamais tu ne l'avoueras, tu le caches merveilleusement bien derrière ta psychorigidité, ton silence, ce dédain qui te va si bien. Une certaine arrogance, discrète et pourtant présente, qui te donne cette prestance. Tu aimes t'entourer de mystère, laisser les autres imaginer qui tu es plutôt que de t’efforcer à leur prouver tes valeurs. Après tout, tu ne crois plus en rien, d'ailleurs tu n'as jamais cru en quoi que ce soit, alors que tu crois en la bonté de l'humanité serait une utopie. L'humanité et autres formes de vie pouvant être surnaturelles. Tu ne te vois pas comme un privilégié. Ce n'est pas parce que tu as un don que tu es supérieur, tu le sais très bien et le vois ainsi car pour toi cette différence n'est autre qu'un poids que tu te devras de porter jusqu'à rendre l'âme. Tu impose ta supériorité par ton intelligence, ton côté stratège et ta capacité à diriger les choses. Si tu ne vois que du noir en ces êtres qui t'entourent, tu es pourtant capable de remarquer leurs points forts, ces particularités qui font qu'ils pourraient t'être utiles un jour. Gin, ne le nie pas, tu sais t'entourer et en profite très bien. Manipuler les gens, leur faire peur, les transformer en petits pions avec lesquels tu joues comme tu le désires, tu aimes ça.

Tu es vraiment horrible. Est-ce parce que tu connais ton sort que tu te venges ainsi sur les autres? Surement. Car ton sadisme ne fait que grandir jour après jour et ne semble pas avoir de limite. Faire souffrir les autres, les mettre mal à l'aise, les terroriser. Tout cela t'amuse beaucoup et t'apporte une satisfaction malsaine. Leur faire connaître la peur et la crainte, est-ce ton but? Cherches-tu de l'attention, quelqu'un qui te plaigne, toi, pauvre petit homme condamné à mourir avant l'heure? Non. Tu ne recherches aucune compassion, aucune aide. De toute façon personne ne peux t'aider. Si, Nathanaël. Mais lui c'est une autre affaire. Tu vois en lui une lueur d'espoir que tu n'oses même pas effleurer. Tu t'appuies sur le vampire, tu lui fais confiance. Il est bien la seule personne ayant ce privilège. Car tu ne laisseras jamais personne d'autre connaître ton malheur. Personne n'a le droit de découvrir que tu es en réalité fragile, instable, craintif. Ne tente pas de faire croire le contraire Gin. Peut-être arrives tu à berner tout le monde, mais Nathanaël te rappellera toujours que tu es un mortel, toi. Tu pourras toujours te prendre pour Dieu, le vrai rappellera un jour ton âme à lui. En attendant, tu tentes de te faire une place en ce monde, tu désires laisser une trace de ton passage ici. Si tes parents ont laissé le souvenir de bons hommes qui ont tendu la main aux êtres les plus malaimés, toi, tu es bien décidé à te faire une autre réputation. Pourquoi tu leur tendrais la main alors que c'est toi qui a besoin d'aide? Autant leur faire vivre un enfer. Si tu ne maîtrises pas ta mort, tu peux maîtriser la leur. Tu ricanes. Cette idée te plait beaucoup apparemment.

Pourtant, comme tu le sais Gin, tu ne peux être entièrement noir. Ces êtres que tu te plais à torturer, tu as de l'affection pour eux. Que tu le veuilles ou non. Est-ce parce que tu te dois d'être un directeur digne de ce nom? Peut-être, mais n'y crois pas trop. Même si tu as le sens du devoirs, tu ne les protèges pas seulement pour te faire bien voir. Tu préfères qu'ils ne t'aiment pas. Un complexe du héro mal aimé peut-être. Un martyre. C'est ce que tu voudrais être. Mourir en martyre. Que toutes ces personnes qui avaient peur de toi, qui te détestaient tant, te pleurent malgré tout à ta mort. Ainsi tu aurais réussi ta vie. C'est ce que tu crois Gin. Mais un jour il te faudra ouvrir les yeux. Il n'y a pas que la finalité de l'histoire qui importe. Les évènements qui se passent durant ta misérable vie ont beaucoup d'importance. Toi qui a si peur de finir six pieds sous terre, pourquoi te focalises-tu autant sur ce moment. Ignore le. Tu sais que la sentence tombera un jour ou l'autre. Alors, merde ! Profite des instants que peut t'offrir la vie !

« A quoi bon vivre. La mort me suit partout. Elle m'observe, prête à bondir. Elle m'emportera, le jour où j'aurai le culot de l'ignorer. »

Ainsi, la mort devient ta raison de vivre.

GOUTS : Tu dois bien l'avouer, tu n'aimes pas grand chose Gin. Tes goûts sont plutôt fades, tu n'apportes aucune importance à ce que tu manges et les couleurs ne sont pas spécialement tes amies. En effet, tu aimes ce qui est sombre, comme toi. Même si tu te dois d'ouvrir les rideaux de ton bureau, tu feras toujours ton possible pour ne pas être ébloui par le soleil. Tu aimes ton bureau. Tu y passes tes journées et en sors le moins possible. Il te promet le calme que tu affectionne tant, même s'il t'arrive parfois d'entendre le rire des élèves derrière son immense porte d'entrée, tu peux t'épanouir dans le silence, jusqu'à y mourir. Tes journées se résument à la gestion de Chimera, tu passes des heures à éplucher les différents papiers importants que seul toi peut comprendre, et quand enfin tu peux te détendre tu plonges ton regard dans les pages anciennes d'un bon livre. Voila Gin, en fait tu aimes la paix. Ou de moins c'est ce que tu essayes de faire croire. Car derrière ces occupations paisibles se cachent tes petites passions malsaines. Tu es tout le contraire de la paix, un petit Dieu de la guerre que se plait à écouter les cris et les pleurs de ses victimes. Donner des ordres ignobles à Nathanaël est véritablement ton passe-temps favori. Le voir devenir le prédateur qu'il est vraiment, ses yeux qui virent au rouge et ses crocs qui subissent une caresse sensuelle de sa langue avant le passage à l'acte sanglant... De quoi te donner des frissons de plaisir. Tu aimes qu'on t'obéisses, peu importe l'ordre que tu donneras, et pour ça le vampire s'est garanti ton affection éternelle. Ou peut-être pas... Est-ce que devenir ton chien suffit à sauver sa misérable vie?

PARTICULARITÉS : Es-tu particulier ? Oui, cela ne fait aucun doute. Mais as-tu un comportement unique? Pas tellement. Tu te plais à cacher ton don. Personne ne sait de quoi tu es capable. Personne ne connait ta force et tout le monde ne cesse d'imaginer quel pouvoir tu peux bien avoir. Mais tu n'es pas bête et tu attends le moment idéal pour dévoiler ce don incroyable que t'a attribué Dieu. Et pour agrandir un peu plus le mystère, seul Nathanaël connait tes problèmes de santé. Tu n'aimerais pas te faire plaindre et préfère ne jamais en parler. Ce serait un drame que quelqu'un sache que tu es finalement un petit être faible. Sans compter que tu es un peu insomniaque sur les bords, un jour tu seras bien obligé de t’effondrer devant quelqu'un...
Sinon, tu attaches une petite importance à l'organisation de ton bureau, le rangement de Chimera en général. Cacherais-tu finalement une psychologie un peu maniaque ? Peut-être. Tu aimes les règles et le respect et ne peut t'empêcher un froncement de sourcil à chaque fois que tu rencontres quelque chose qui te chagrine. Heureusement que Nathanaël est toujours là pour arranger les choses. Tu as pris l'habitude qu'il ne soit jamais trop loin de toi et ainsi, même si tu es seul, il t’arrive de parler à haute voix et de tourner la tête comme s'il était juste là. Comme quoi, tu es au moins capable de t'attacher à ton chien.

PHYSIQUE

VISAGE : Ton visage n'est pas très charmant à première vue. Tu ne souris jamais tant tu es peu avenant, ce qui refroidit très vite tout le monde, ton regard inexpressif, même vide de toute âme, ne donne absolument pas envie de t'approcher. Peut-être fais-tu exprès d'avoir un tel abord? Non, malheureusement tu es un véritable psychorigide qui ne laisse jamais rien paraître si ce n'est la colère. Même s'il t'arrive d'avoir un petit rictus, voire un petit ricanement, lorsque tu t'amuses a martyriser quelqu'un, mais sinon ta peau blême te donnerait des airs de mort. En contraste, tes cheveux noir rappellent tes origines japonaises tant ils semblent lisses et agréables au toucher. Malheureusement, ceux de ta nuques sont rasés, laissant seulement une moitié de survivants dont plusieurs retombent en mèches autour de ton visage avec une précision étonnante. Une coupe particulière qui te va finalement très bien, soulevant ton côté carré, un peu militaire. Tu as de surprenants yeux gris bleu qui auraient pu être de beaux atouts pour te donner du charme, mais ton manque de sommeil et tes tracas ont laissé des cernes imposantes leur retirer toute leur beauté. Un petit nez droit au dessus d'une fine bouche, ce qui te ferait presque paraître beau quand tu dors, mais il faudra toujours que tu gâches tout par ta sympathie légendaire, petite porte de prison.

CORPS : Au niveau de ta corpulence Gin, tu es plutôt surprenant. Rien ne va avec ce que tu veux faire dégager, et pourtant, ça marche. Regarde toi dans le miroir. Ton gabarit ferait presque pitié, avec ton mètre soixante cinq, il n'est pas étonnant que leur regard à tous passent en vitesse sur toi tant tu es petit. Certes, tu es a moitié japonais, et cette communauté n'est pas très grande mais tu bats des records, surtout avec du sang anglais se baladant dans tes veines. Tu n'as d'ailleurs rien qui rappelle tes origines occidentales si ce n'est ton faciès très peu asiatique. Un petit buste sur des jambes un peu plus longues, très fines soit dit en passant. Tu te regardes et toi-même tu trouves que tu fais maigre. Et pourtant. Tes mains, petites mais masculines, déboutonnent alors ta chemise avant que tu ne la retires. Regarde Gin. Tu n'es pas si maigre que ça. Malgré la maladie, malgré les angoisses, malgré ta vie monotone, tu es tout en muscle. Un torse assez large, des épaules robustes, des abdominaux qui en ferait jalouser même les jeunes étudiants en natation. Tu es peut-être un petit homme, mais tu es surement celui dont il faut le plus se méfier. Le bas de ton corps, musclé tout en finesse te donne la vitesse et l'agilité que tu désires, pendant que le haut, plus robuste, te permet de frapper fort, avec une poigne qui ne pardonne pas. Tu ne peux te plaindre de ce que tu es, de toute façon tu ne te changeras pas.

STYLE VESTIMENTAIRE : Tu n'es pas quelqu'un de limité dans ton style vestimentaire, tu es capable de mettre de tout sans même te poser de question. Par contre, tu n'as que très peu de nouveaux habits. Et pour cause, ta peur du monde extérieur t'empêche de t'aventurer hors de Chimera et ainsi de faire les magasins. Heureusement que Nathanaël te ramène parfois quelques chemises neuves pour te faire plaisir, que ferais-tu sans lui? D'ailleurs, les chemises blanches sont ce que tu portes le plus souvent. Les autres couleurs peuvent également arriver, c'est un vêtement que tu aimes, que tu trouves simple et pourtant adapté à toutes situations. Plus étonnant, tu es capable de mettre des vêtements qui datent de ton adolescence tel que des sweets, des pulls peu matures, mais cela se limite à ta chambre, tu n'oses que très rarement sortir ainsi. Après tout, tu as une réputation à tenir, un petit homme habillé d'un gros sweet de geek ne martyrisera jamais personne. En pantalon c'est la même chose, tu portes de tout. Du bas de smoking au vieux jean pourri tout te vas, bien que tu aimes ce qui te colle aux jambes. Pour les chaussures tu enfiles souvent des bottes bien que là aussi tu n'as aucune restriction.

HISTOIRE

Une histoire aussi sombre et ennuyeuse que toi. Ton passé te colle à la peau et encore aujourd'hui il semble avoir une emprise sur toi.

Tu es né à Chimera Gin. Ton père, un anglais de pure souche, était le futur directeur de l'établissement tandis que ta mère, une magnifique petite japonaise, y était une étudiante. Tes deux parents étaient des humains dotés d'un pouvoir inné et inexplicable, ils surent d'ailleurs qui tu étais comme eux juste après ta naissance. Et ce fut pour cette raison qui tu ne pus jamais sortir de l'enceinte du pensionnat. Ta mère était un membre d'une famille très importante du Japon, tu n'apprendras que plus tard qu'elle était en réalité une yakuza influente, elle dut donc rejoindre l'Asie pour assumer son rang. Tu ne vécus donc ton enfance qu'avec ton père. Enfin non, quelqu'un d'autre a partagé ton enfance également, un homme blond et aux yeux bleu avec un minois angélique mais qui te hérissait pourtant le poil a chaque fois que tu le croisais. C'était un vampire nommé Nathanaël que ton père semblait énormément respecter. Pourtant quand il le voyait entrer dans son bureau, un sourire tremblant s'étirait sur ses lèvres, son regard traduisait une profonde tristesse et toi, tu n'avais plus envie de rien, si ce n'était que de pleurer. Que faisait ce connard de vampire pour que ton père ait une telle expression? Tu n'en savais rien. Ce dernier passait à côté de toi, il s’arrêtait pour t'observer de toute sa hauteur, tu frissonnait, ce qui suffisait à le faire ricaner avant qu'il ne continue son chemin sans te prêter plus d'attention.

Enfant, tu ne connus jamais l'école, et ne faisais que te balader dans Chimera. Tu assistais à des cours de lycée, puis d'université, juste pour passer le temps, tu t'amusais sur les tatamis du dôjô et passais de longues heures à te perdre dans la forêt. Personne n'a du avoir la même enfance que toi. Tu étais libre et captif en même temps, aucune obligation à part rester ici. Ainsi, tu apprenais beaucoup plus vite que les autres, tu pouvais suivre les cours d'une classe de Terminale alors que tu n'avais que douze ans, de quoi faire des jaloux. Mais étonnement, jamais personne n'a osé s'en prendre à toi. Même si tu étais peu avenant, tu ne faisais pas particulièrement peur, il n'y avait aucune raison que l'on te fuit. Et pourtant, sans que tu ne le saches, ton père faisait tout pour te protéger de la stupidité des étudiants. Seulement, tu dus suivre une licence normalement, sans sauter plus de classes. Après tout, tu entrais dans ta première année de licence alors que tu n'avais que quinze ans, ce qui était déjà très jeune. Tout bonnement, tu avais choisi la licence combat avec pour spécialités le karaté et l'escrime. En escrime, tout se passait bien, tu étais presque un élève normal car tu semblais avoir quelques difficultés a gagner tes duels. En karaté par contre, c'était plus tendu... Tu faisais peur à tes camarades, personne ne désirait se confronter à toi, et pour cause. Sans que tu ne puisses te maîtriser, il arrivait parfois qu'un de tes coups soit bien plus fort que prévu et envoie ton adversaire au tapis sans plus d'effort. Ton don, que tu n'avais pas encore totalement dompté. Les cours de karaté étaient devenus des heures de défis pour toi, à chaque combat tu te battais contre toi-même pour ne rien dévoiler, pour rester normal, sans blesser personne, tout ça pour ne pas te faire plus remarquer. Non que tu désirais te cacher de quelque chose, mais tu n'aimais pas que l'on te regarde. Tu étais petit et le vivais mal, tu avais peur des moqueries mais surtout tu avais peur de t'énerver contre quelqu'un et de le tuer en un seul coup. Tu connaissais ta force, tu savais très bien que tu pouvais terrasser le plus coriace des hommes. C'était assez de différence comme cela. Tu ne voulais pas en plus devenir un tueur, un assassin, sous prétexte que l'on se soit moqué de ta taille.

A force d'entrainement, de patience et de travail, tu maîtrisas parfaitement ton don à la fin de ta licence, diplôme que tu remportas sans aucune difficulté, en t'ennuyant même. Si tu ne t'étais pas donné ce petit défi sur ton don, tu aurais surement passé les années les plus longues de ta vie. Suite à cela, tu avais le droit de sortir de Chimera, de découvrir Londres, le pays et même le monde entier. L'idée d'aller rencontrer ta mère au Japon t'avait traversé l'esprit mais l'arrivée d'une lettre annonçant sa mort t'avait largement refroidi. Tu appris alors qu'elle était à la tête d'un clan important de yakuza, et qu'elle avait été tuée par ses rivaux, tout bonnement. Étrangement, tu n'eus même pas un pincement au cœur. A bien y réfléchir, cette femme t'était complétement inconnue, qu'elle soit morte n'allait avoir aucune influence sur ta vie. Mais du coup, tu ne voulu plus découvrir le reste du monde, Chimera te suffisait, tu allais aider ton père à gérer l'établissement et l'idée de refaire une licence centrée sur le tir et le tir à l'arc ne te paraissait pas bête. Quitte à être le futur directeur, tu ne voyais que du bénéfice à avoir expérimenté tous les cours en amont. Ce fut cette deuxième licence terminée que ta vie bascula.

Un jour, tu pénétras dans le bureau de ton père dans l'espoir de passer une nouvelle journée à l'aider pour la gestion de Chimera. Là, devant l'immense fenêtre qui illuminait la pièce, tu voyais de profil ce fameux vampire, immobile, la tête baissée vers la chaise de ton père. Sur cette dernière, l'homme ne bougeait plus non plus, comme endormi. Tu déglutis en osant faire quelques pas en avant, le blond ne semblait pas t'avoir remarqué. Tes yeux métallisés s'écarquillèrent devant la gorge ensanglantée de ton père, ils virèrent vers le vampire pour y reconnaître l'eau écarlate qui débordait de ses lèvres et glissait le long de sa gorge. L'enculé... Ce fut la première insulte qui te vint à l'esprit, mais elle fut suivie par bien d'autres alors que tu t'élançais vers l'enflure. Ton poing se serra, il prit de l'élan alors que tu courais, plein de rage, et vint percuter le visage angélique mais dégoulinant du vampire avec toute la colère qui te rongeait les tripes. L'homme traversa la vitre, il fut projeté loin dans le jardin, arracha plusieurs arbres au passage avant de rencontre un mur plus costaud que lui. Ton don allait bien te servir. Tu l'avais rejoint dehors pour continuer de lui taper dessus. Il semblait vivant, il te regardait même sans aucune expression, mais tu décelais dans ses yeux bleu qui te fixaient une certaine tristesse que tu ne comprenais pas. T’abattis ton poing sur son front, il baissa la tête sous le choc mais resta à genoux.

« Pardonne moi, Gin. J'ai tout essayé. »

Sa voix grave t'avais fait sursauté et tu t'étais mis a pleurer en voyant qu'il avait relevé vers toi un sourire empli de peine. Tu ne le comprenais pas. Tu ne comprenais rien. Et ne sus l'exprimer qu'en lui balançant ton pied dans la tête avec puissance. Il avait roulé dans la poussière, sans se débattre, attendant juste que ça passe. Tu l'avais rejoint, arrêtant doucement tes sanglots tu t'étais mis à côté de lui et l'avais toisé avec colère.

« Raconte moi. »

Le premier ordre que tu donnas à Nathanaël, et la première fois que croiser son regard de glace ne te faisait pas frissonner. Le duo venait de naître. C'est alors que tu appris tout, tu découvris le laboratoire du vampire, il t'expliqua en détail la maladie de ta famille, la mort de ton grand-père, toute la recherche qu'il avait fait mais surtout, ce qu'il avait tenté de faire pour sauver ton père. Mais c'était ton abrutit de père qui n'avait pas voulu de son aide finalement. Il avait voulu se laisser mourir, devant les yeux du vampire mais cela avait été insupportable pour ce dernier, tellement que lorsque le londonien avait tourné de l’œil Nathanaël avait tenté de le mordre et de le transformer en vampire à son tour. Mais c'était trop tard. Le directeur avait su le garder suffisamment éloigner de lui le temps de mourir sans avoir aucune chance de revenir à la vie. Surement ne le voulait-il pas, mourir était finalement son choix.

Mais toi, Gin, tu venais d'apprendre que tu avais les mêmes risques que ton père de crever comme un chien dans ton bureau après la vie merdique que tu venais d'avoir. Tout s'expliquer. Avant même ta naissance tu étais destiné à mourir, il n'y avait aucune raison pour que ta vie soit épanouie, tu ne pouvais qu'attendre sagement que la faucheuse ne vienne te trancher la gorge. Nathanaël te promit pourtant qu'il allait continuer ses recherches, qu'il allait te sauver, mais tu ne semblais pas y croire. D'ailleurs, tu assista un jour à une de ses expériences, bizarrement sur un étudiant que tu n'aimais pas. Le pauvre succomba à la torture assez rapidement, la maladie de ta famille ne lui avait pas du tout plu. Mais le voir ainsi souffrir de quelque chose que tu avais en toi depuis ta naissance t'avait fait connaître une certaine jouissance et tu venais de plus en plus souvent observer les expérimentations du vampire, allant même jusqu'à les diriger. Tu étais bien évidemment devenu le nouveau directeur de Chimera, pour le plus grand malheur des élèves.


Aujourd'hui, tu continues ta misérable vie monotone, tu la re-booste parfois en allant observer Nathanaël travailler, mais tu dois bien l'avouer, cela fait maintenant six ans que tu attends que la mort vienne te chercher, dans ton grand bureau.



TOI DERRIÈRE L’ÉCRAN

PSEUDO : Pirouly
AGE : La vingtaine.
AVATAR CHOISI : Rivaille de Shingeki no Kyôjin.
TON NIVEAU EN RP : Entre moyen et bon, certainement.
DISPONIBILITÉS : Tous les jours, tout le temps. Je vais vous harceler!
DÉCOUVERTE DU FORUM : J'ai cliqué sur "Créer un forum gratuit", tout simplement.
DES REMARQUES ? : A vous de me donner votre avis.
AUTRE CHOSE ? : Faites pas les cons hein èwé


© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gin Johnson - Directeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Directeur du Cep Jacques Bernard démissione avec fracas
» Interview avec le directeur de l'INARA
» Convocation chez son directeur de maison à 18h
» Requête Au Nouveau Directeur
» Discours du Directeur et du Ministre le soir de la rentrée .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Commencement :: ♦ Les Dossiers :: ♦ Fiches de Présentation-
Sauter vers: