AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 Sacré destin. {PV. Gin J.}

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Sacré destin. {PV. Gin J.}   Lun 18 Mai - 17:34



UN PETIT CHAT NOIR






La solitude. Tout tournait autour de la solitude. Ce jour-là, la solitude était le pilier central. Le milieu de tout. Le nombril du monde autour duquel gravitait l'univers tout entier de Zelcher.

Je suis seule
.

Ce matin, elle en était venue à cette conclusion accablante. Après un chemin spirituel aux pensées tortueuses et inextricables, après un pénible pèlerinage cérébral -qui commença à pas moins de quatre heures du matin-, Zelcher en était venue à la conclusion terrifiante et absolue ; Je suis seule.
Elle s'était levée, seule, dans son studio vide. Avait observé la montagne de bols vides et crasseux qui débordait de son évier, s'était dit qu'il faudrait peut-être les laver un jour. Elle avait mangé, seule, quelques céréales au chocolat avec du lait plus très frais, en regardant des dessins animés, seule, sur son ordinateur.

Zelcher regardait Martin Mystère par pure nostalgie, un épisode par jour. Mais ce matin-là, c'était différent, parce qu'elle scrutait Diana, Java et leur ami blond avec une jalousie nouvelle, énervée, martelant le fond de son bol de sa cuillère en métal. Je suis seule. Elle les observait se mouvoir dans un monde imaginaire et incertain, aux créatures fantastiques et affreusement intrigantes, tous les trois, braves car réunis, amis inséparables depuis tellement de temps.

La jeune femme avait eu des amis, c'est vrai, mais pas des amis de longue date ; à part Kaya, son entourage était en perpétuel changement, et jamais elle n'avait réussi à garder une personne auprès d'elle plus de deux ans. Ce matin, elle s'en rendait compte, et ça la mettait dans un état de frustration et de bouillonnement monstrueux, elle était en rogne, et tout ce qu'il manquait à son malheur était sans doute de voir un axolotl.

Ce matin-là, par la plus étrange des coïncidences, la mousse du café de Zelcher prit la forme d'un axolotl.
Ah, c'était un coup du destin. Sacré destin.

Mais, merde à la fin !

Zelcher avait lâchement abandonné son café, s'était vêtue de sa tenue de bureaucrate noire et blanche habituelle, attachant sa masse capillaire de manière précisément concise, sans laisser, comme à son habitude, le moindre cheveu dépasser. D'un pas assurément déterminé, elle commença donc sa journée en trombe, comme un lion sorti de sa cage, attaquant tout ce qui lui passait sous le nez, y compris ses pauvres élèves qui n'avaient rien demandé. Surtout ceux qui n'étaient pas seuls.

Zelcher avait toujours mis un point d'honneur à aider et protéger ses amis. Ses amis, sa famille, Kaya, tout. Encore fallait-il qu'elle possède tout cela. Le père de Kaya n'avait, de toute évidence, besoin d'aucune protection ; Kaya n'en faisait qu'à sa tête et se fichait littéralement de sa sœur et enseignante ; les amis n'étaient pas au rendez-vous, du moins pas encore, seules quelques minces connaissances pouvaient potentiellement remplir ce rôle ; cerise sur le gâteau, Zelcher ne connaissait pas sa vraie famille. Bon, d'habitude elle s'en fichait un peu. Or, aujourd'hui, c'était un point crucial, parce qu'au centre de son univers, au milieu de tout, elle gravitait autour de la constatation suivante :

Je suis seule.

Vint un moment où, tandis qu'il pleuvait des cordes à l'extérieur, le lycée sembla se calmer, tout d'un coup. L'établissement paraissait être plongé dans une torpeur inexplicable, une léthargie latente, et Zelcher, seule, se dit qu'elle n'avait plus d'heures de cours à assurer.
Son esprit un tant soit peu calmé par la pluie battante qui semblait déplorer sa solitude, la jeune femme se décida à faire un tour à la cafétéria pour rattraper le café gaspillé de la matinée. Elle déambulait à son rythme, laissant l'eau dégouliner le long de ses cheveux, son visage et sa veste, espérant que celle-ci apaise le feu qui brûlait au fond d'elle depuis ce matin ; elle tenta de respirer, de reprendre son souffle, observant la végétation ici et là, comptant les carrés de béton sur le sol, les marches des escaliers, les gens seuls, et pas seuls.

La cafétéria était presque vide. Quelques étudiants squattaient, absorbés par leur ordinateur ou leur conversation avec leurs amis. Zelcher commanda un simple café au lait, se disant que la douceur du dernier pourrait égayer sa journée ; puis elle s'installa, un peu au fond mais pas totalement, à une table qui était dans le passage de la plupart des clients.

Un petit chat. Voilà la solution. Un petit, un mignon petit chat. Si Zelcher avait un petit chat, elle serait moins seule. C'est ce qu'elle se disait, souriant à la pensée d'avoir un petit chat. Un petit chat noir, pensait-elle, je l'appellerais Copernic, ou Tesla, ou Turing. Nous serions amis tous les deux, et je pourrais jouer avec lui en me transformant. Un petit chat. Juste un tout petit chat.

Sirotant son café gaiement à l'idée d'adopter un petit chat, Zelcher ne pensait pas s'énerver de nouveau aussi vite après s'être calmée. Le destin nous réserve parfois de jolies surprises, n'est-ce-pas ?
Sacré destin.

© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
 
Sacré destin. {PV. Gin J.}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Les 4 sacrés du ciel
» Loominëi , la déesse du destin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: