AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 « Back to square one, without cries. »

Aller en bas 
AuteurMessage
Hoper Ashford

avatar

Messages : 61
Age : 18 ans
Race : Humain

MessageSujet: « Back to square one, without cries. »   Jeu 21 Mai - 7:47




Back to square one, without cries.


Je me souviens être resté un très long moment sur le sol du parc, avec toi dans mes bras. J'ai longtemps fixé ton visage encore humide de tes récentes larmes. Tu étais endormie, et c'était peut-être un tour que me jouait mon esprit, mais tu semblais paisible. Je n'ai pas réellement eu l'occasion de t'observer, avant. J'ai toujours eu du mal à regarder les gens droit dans les yeux. Du moins, je crois m'en rappeler.

J'ai fini par te mettre sur mon dos, en me débrouillant que je le put. Tu étais légère comme une plume, ce qui était probablement assez avantageux, pour une fille qui a des ailes.
Je faisais passer mes mains sous tes jambes, et tes bras par dessus mes épaules. Pour éviter que tu tombes, j'étais un peu penché en avant. Je faisais un pas, puis deux, avant de soudainement me retourner.

Je voyais une de tes longues et fines plumes noires comme la nuit. Et à cet instant, je me rendit compte que je ne savais pas où aller. Deux choix s'offraient à moi. Je pourrais aller à l'hôpital, l'endroit où j'ai passé les quatre derniers mois, et où je me suis réveillé il y a de cela à peine quelques heures. Je n'étais pas sûr de vouloir y retourner. Cependant, mon autre choix, ma maison, enfin, celle de Light, impliquerait de devoir affronter son regard, et ça, je n'en serais pas capable, pas maintenant.

Je retournais à la plume qui était maintenant seulement éclairée par la lumière de la lune; la nuit était tombée bien vite. Je la ramassais, non sans peine, et la mettais dans ma poche. C'était comme une preuve que je n'avais pas rêvé, et en même temps, un porte-bonheur. Je me dirigeais maintenant vers l'hôpital.

Je marchais ainsi quelques longues minutes, plongé dans mes songes. Je pense que certains regards se sont tournés vers moi, vers nous. Peut-être parce que tu étais inconsciente, peut-être à cause de ton apparence atypique. Peut-être un peu des deux. Peu importait, de toute manière. Je me demandais si tu rêvais. Et si c'était le cas, à quoi tu rêvais. Ton sommeil n'avait pas l'air mouvementé, ou alors je ne m'en rendais pas compte.

La marche était longue, je ne savais pas quelle heure il était, mais cela n'avait pas d'importance. Je n'étais pas fatigué du tout. Tu n'étais pas un fardeau. Je ne sais plus à quoi je pensais, je n'étais même pas sûr de penser. Tu occupais mon esprit, et la seule chose que j'attendais, là, c'était ton réveil. Je voulais t'entendre me parler, les quelques phrases que nous avions échangé ne me suffisaient pas, je voulais en savoir plus sur toi, sur qui tu étais, ce que tu étais. D'où te venaient ces ailes ?


J'ai fini par arriver à l'hôpital. J'ai été vite reçu, et je leur ait expliqué la situation, en leur épargnant quelques détails qui auraient pu être gênant, pour nous. Ils ont accepté de te prêter une chambre, un lit pour que tu te reposes. Ils ont accepté que je reste avec toi. Ce ne fut pas sans peine, j'ai du les supplier, leur dire que je n'avais que toi. Et c'était vrai, pour l'instant, je n'avais que toi.

Tu étais confortablement installée sur le lit, couverte par un drap aussi blanc que le teint de ta peau. J'avais tiré le rideau pour que la lumière de la lune entre à peine dans la chambre. Il faisait sombre, mais assez clair pour que je puisse te regarder. Je guettais la moindre réaction, le moindre froncement de sourcils qui attesterait d'un potentiel réveil. Je venais me mettre à genoux devant ton lit, et j'appuyais mon front contre celui ci. J'étais fatigué, maintenant. Je ne savais toujours pas quelle heure il était, sûrement tard. Je fermais les yeux, un instant. Peut-être que je m'endormirais.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: « Back to square one, without cries. »   Jeu 25 Juin - 19:20





Back to square one, without cries.
No matter who will become crazy.

Elle ne se souvenait plus vraiment. Pourquoi son coeur semblait-il si lourd alors que son corps était si léger? Pourtant, elle semblait paisible. Aucun maux ne devenaient fardeaux sur ses frêles épaules. Elle respirait lentement, au rythme de son coeur endormi. Quelques souvenirs lui revinrent à l'esprit. Chaque matin, à son réveil dans la maison familiale située en France, elle sortait discrètement de son lit. Elle se levait avant sa gouvernante, et avant ses parents. Elle ne voulait pas rater un moment en leur compagnie. Or, à chaque fois, elle se rendormait dans le canapé. Alors, dés que son père se réveillait. Il la remettait doucement dans son lit pour qu'elle soit installée confortablement. Lorsqu'elle se réveilla à nouveau, voyant que ses parents étaient partis travailler sans lui dire au revoir. Elle pleurait à chaudes larmes, et attendait leur retour. Ce sentiment d'abandon dès son plus jeune âge n'avait jamais disparu en grandissant. Néanmoins, elle apprit à vivre avec. Maintenant, elle ne le ressentait que quand elle était déjà loin de la personne à qui elle portait de l'affection.

Combien de fois ce sentiment avait-il été mélangé avec des regrets? « Si j'avais... » Deux mots qu'elle utilisait au quotidien, pourtant lorsqu'ils étaient l'un à côté de l'autre, quelques larmes coulaient le long de ses joues. Or, selon un proverbe « Demain est un autre jour. ». Si elle s'endormait avec une peine aussi immense soit-elle, le lendemain, elle ne sera plus là. Ou du moins, elle ne sera plus une peine. Elle sera devenue un souvenir. Gardé précieusement pour apprendre des erreurs de la vie.

Quand l'enfance nous apprenait à aller jouer avec les autres. L'adolescence nous détruisait, car les autres nous trahissaient de par leur jugement. L'attachement était un sentiment auquel elle ne voulait faire face. Au jour d'aujourd'hui, la répercussion allait la détruire. Elle préférait détruire plutôt que d'être détruite. Elle ne pouvait que survivre ainsi. Dans un monde où les jugements étaient rois. Emilia s'était aussi mise à juger. Or, elle ne jugeait que lorsqu'elle se sentait en danger. Inconsciemment ou non. Pour une raison aussi ridicule qu'elle pouvait être. De la jalousie, de la colère, de la tristesse. Des sentiments qui pouvaient nuire à une si petite personne.

Elle ouvrit doucement ses yeux. L'obscurité régnait dans la pièce où elle se trouvait. Seul un clair de lune permettait de la laisser distinguer ce qui l'entourait. La jeune femme était allongée dans un lit, surement à l’hôpital. Le deuxième endroit qu'elle redoutait le plus après l'infirmerie de l'école. De par son anorexie, elle était considérée comme malade auprès des médecins. Ces médecins qu'elle n'avait jamais rencontré, car ses parents ne se souciaient guère de sa santé. Enfin, elle devait partir. Elle se redressa lentement avant de voir qu'une personne se trouvait à son chevet. Il était là. A genoux près de son lit, il semblait endormi. Ou peut-être avait-il fermé ses yeux un instant. Il semblait fatigué. Il avait encore les traces de ses larmes qui avaient coulé le long de ses joues. Elle porta sa main sur ses cheveux pour les caresser. Un geste de remerciement pour s'être soucié d'elle. Malgré son désir de partir, elle joua encore un peu avec ses cheveux. Ils étaient noirs. Ils étaient doux. Ils possédaient une douce odeur. Oui, elle avait posé son visage contre ses cheveux. Un moment réconfortant pour son coeur qui semblait si lourd.


Revenir en haut Aller en bas
 
« Back to square one, without cries. »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: