AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 Nathanaël Lior - L'infirmier louche

Aller en bas 
AuteurMessage
Nathanaël Lior
Votre Papaillasson ♥
avatar

Messages : 267
Age : 111 ans
Race : Vampire

MessageSujet: Nathanaël Lior - L'infirmier louche   Dim 1 Fév - 18:46



LIOR NATHANAEL


AGE : 111 ans
ANNIVERSAIRE : 13 Décembre
SEXE : Masculin
RACE : Vampire
ORIGINE : Allemand
POSTE : Infirmier


PERSONNALITÉ

CARACTÈRE : Rien n'est entièrement blanc, mais rien n'est entièrement noir non plus. Nathanaël, avec sa peau immaculée, n'est pas pour autant totalement noir dans le fond. Ses défauts sont peut-être plus présents que ses qualités, mais personne n'est parfait. Il est imparfait dans le bien, nous en sommes certains, mais il est tout aussi imparfait dans le mal.
Humain déjà le jeune allemand ne semblait pas ouvert au monde. Il était renfermé, plutôt sombre et froid, à ne jamais sourire, ne jamais rire ou même pleurer. Montrer ses émotions lui est impossible, encore aujourd'hui il ne semble pas avoir changé. Il reste psychorigide, n'esquissant que de rares rictus pour se faire paraître humain. Mais son humanité il l'a perdu depuis bien longtemps. A l'époque où son sang était encore bouillant, déjà, il semblait perdre de ses sentiments. Dépecer des animaux, puis entailler des hommes, sans jamais ressentir le moindre dégoût, ni même la moindre tristesse. Ses études déjà l'avaient formé à devenir insensible, un sans cœur qui ne voit les corps que comme des bouts de viande sans vie et sans âme. Les derniers traits de son humanité aspirés, enterrés, son cœur de pierre n'en devint que plus robuste. Les corps encore animés deviennent des mets exquis, dont il raffole et il n'éprouvera jamais aucune pitié pour un gibier alléchant. L'académie lui interdit de se servir parmi les élèves? Et alors? Le vampire est rebelle et défiant, ce qu'il veut il le prend, sans même réfléchir ni se poser de question. Il est très sur de lui et n'a peur de rien, ne craint personne à part lui même. Car il se connait, et la déprime n'est jamais très loin. Même un sang goûteux et à l'odeur exquise ne peut lui remonter le moral quand il plonge dans les ténèbres de son esprit. Nathanaël est intelligent, sa tête tourne à longueur de temps, des questions le taraudent en permanences et pourtant, il est bloqué. Pessimiste, il ne pense plus pouvoir évoluer. Pour lui, il est mort le jour où il devenu le monstre qu'il est aujourd'hui. A quoi bon continuer d'arpenter les couloirs de cette académie? A quoi bon planter ses crocs dans de la bonne chaire dans le seul but de tenir encore debout? Quand on est déjà mort. Nathanaël n'a jamais accepté ce qu'il lui est arrivé. Certains peuvent penser qu'il a de la chance d'être devenu immortel, lui pense tous le contraire et aimerait bien se donner la mort par lui même. En ce jour il reste débout devant la fenêtre de son infirmerie à regarder le ciel puis le sol qui l'attend en bas. L'idée de sauter lui a déjà traverser l'esprit mais à quoi bon? Cela ne le tuerait pas. Comment se tuer? Il cherche. Demander à quelqu'un de le faire? Peut-être.
Sa vie n'a pas de but, le blondin n'a plus aucun rêve ni objectif. Il se contente de traîner sa carcasse froide sans aucune envie. Il se peut qu'il se fasse un petit plaisir de temps en temps. Mais il vaut mieux l'en empêcher avant qu'il agisse. Ses passe-temps ne sont jamais très beaux à voir. Il devient représentatif de la luxure. Le corps nu d'une femme entre ses mains et sous son resplendissant cadavre, la malheureuse meurtrie par de nombreuses morsures qu'il laisse saigner à flot, y passant parfois sa langue pour s'en délecter. Assoiffé de sadisme il assouvit tout ses désirs dans un unique acte de barbarie. Ces instants sont rares mais traumatisants, la proie ne devient alors qu'un cadavre méconnaissable.
Il est difficile d'imaginer des bons côtés à un tel personnage. Un homme glacial aux pulsions suicidaires et sadiques peut-il se montrer attentionné? Curieusement oui. Il n'a plus rien d'humain mais parfois, un faible espoir d'humanité peut naître derrière ses yeux turquoise. Nathanaël ne tue pas tous les patients qu'il accueille dans son infirmerie, rassurez-vous, il fera son métier. Contre toute attente, il peut apporter beaucoup d'attention à un patient, il peut s'inquiéter de sa santé. Enfin, l’inquiétude est relative. Il n'aura jamais autant peur pour quelqu'un qu'un véritable médecin pour ses clients, il ne faut pas espérer l'impossible. Surtout qu'il ne montrera jamais son véritable intérêt pour la personne. Sa mémoire n'a aucune faille, il se souviendra toujours d'un bébé qu'il a vu naître et le reconnaîtra peu importe son âge. Pas besoin de paperasse pour suivre les gens, tout est dans la tête. Le calme du vampire aide également à garder son sang froid et à croire en son savoir faire. Il sait se faire respecter et peut donner de l'espoir à un grand malade. Le pire est que souvent, il le sauvera. Derrière tout ce noir, Nathanaël est un médecin de génie et s'il n'a plus aucun rêve il peut tout de même garder pour but d'aider ceux qui viendront lui demander secours. Enfin, s'il ne décide pas de les transformer en dîner. C'est un homme très poli et galant qui a toujours les bonnes manières de son époque, il ne pourra jamais se lasser de couvrir de compliments une belle femme. Mais d'un autre côté, il reste moqueur et piquant, quelqu'un se croyant plus malin que lui repartira la queue entre les pattes assez rapidement.
Nous aurons beau lui chercher des qualités, nous retomberons toujours dans l'énumération des ses défauts. Le mieux serait de le rencontrer par vous-même et de découvrir ces bons côtés qu'il ne veut montrer à personne.

GOUTS : N'est ce pas un peu morbide de parler des gouts d'un vampire? Ce n'est un secret pour personne qu'il ne peut frémir que sous le gout métallique de l'hémoglobine, surtout après avoir mordu dans la gorge tendre d'une jeune femme. Les hommes sont aussi délicieux mais d'après Nathanaël, cela retire du charme à la scène. Et ce n'est même pas la peine de penser lui faire boire du sang animal, il vous le cracherait au visage avant de s'en prendre à vous. Déjà qu'il ne pourra plus jamais savourer une bonne pomme golden, il y a intérêt à ne pas lui retirer son seul petit plaisir. Car a part cela, l'infirmier ne prend du plaisir nulle part, si ce n'est peut-être à s'amuser avec un corps, scalpel à la main, mais nous passerons les détails...
Nathanaël n'aime rien, comme il ne déteste rien. Il a horreur qu'on lui tienne tête mais en même temps il adore la rivalité avec une personne. Très contradictoire en somme. Pour passer sur une discussion plus légère, nous pouvons dire qu'il apprécie la musique, classique ou pop, peu importe, l'ouïe est bien son seul sens qui reste quasiment le même qu'à l'époque, il en profite. Les moments de silence et de solitudes lui conviennent tout comme il peut finir par s'ennuyer. Souvent pour passer le temps il finira par s'amuser dans son laboratoire à créer ses propres médicaments, des expériences assez périlleuses qui finissent généralement mal tant il n'en fait qu'à sa tête des formules à suivre.

PARTICULARITÉS : Qu'est-ce qu'une particularité? Quelque chose qui différent quelqu'un de la normale? Une originalité qui nous rend unique? Mais ne sommes nous pas tous originaux et unique de nature? Personne ne se ressemble vraiment.
Nathanaël est remplis de particularités, comme tout le monde. Derrière son sérieux et sa froideur, il peut paraître plus humain grâce à sa maladresse et désordre. Il n'a pas manique pour deux sous. Alors qu'un médecin passe son temps à se désinfecter, jusqu'à devenir légèrement paranoïaque, le vampire lui n'y fait absolument pas attention. Sa laboratoire manque énormément de rangement, tout traine, tout se perd et pourtant il s'y retrouve dans son bordel. Il ne cesse de faire tomber ses affaires, s'embronche à tout ce qui traine par terre, se cogne souvent la tête à un placard mural qu'il oublie régulièrement de fermer.
Tête en l'air, bordélique, malchanceux, maladroit jusqu'à jeter des injures naturellement. Quelques petits détails qui nous font oublier le jeune homme horrible qu'il peut être.

PHYSIQUE

VISAGE : Un visage qu'il est difficile de ne pas regarder, mais qui en même temps ne demande pas a être fixé. Il est naturel de se retourner sur le visage blanchâtre de Nathanaël tant il attire l’œil par sa beauté. Tel le vampire qu'il est, l'infirmier a des airs de charmeur. Ses magnifiques yeux bleus nous ensorcellent avec une telle aisance, ils hypnotisent de par leur lumière, leur transparence parfois troublante, qu'il nous arrive même d'avoir peur de s'y plonger. Son teint blanc donne à sa peau  une apparence de porcelaine que l'on aimerait effleurer du bout des doigts de peur la fissurer. Aucune rougeur, aucun défaut, le prédateur aux origines allemandes a le visage parfait du séducteur. Un nez droit au dessus de lèvres fines et pourtant si attirantes, mais qui surtout cachent des dents blanches qu'il tâcherait volontiers de rouge. Au dessus de ce parfait minois de jeune homme, ses cheveux blonds n'attirent que les mains de ces dames de part leur brillance et leur soyeux. Jamais vraiment coiffés, aux boucles vulgaires, ils ne manquent pourtant pas de charme et semblent diffuser une délicieuse odeur sucrée.
Ce visage ne semble jamais communiquer aucune émotion. Ces lèvres claires ne s'étirent jamais pour un sourire mais parfois pour laisser s'échapper un ricanement plein d'ironie, de moquerie, ou même de sadisme. Avec beaucoup d'observation, il serait peut-être possible de repérer d'infimes indices de ses ressentis, un tic aux lèvres, un très discret froncement de sourcil, des dents qui dans l'ombre viennent pincer la lèvre inférieure du vampire. Une seule émotion peut nous sauter aux yeux. Quand les siens virent au violet, puis au mauve et finissent écarlate, Nathanaël ne peut cacher sa soif de sang à personne. Le minois qui paraissait si doux et si fragile donne soudainement des frissons dans tous le corps et réveille un instinct de survie face au prédateur en pleine chasse.

CORPS : Une silhouette un peu fantomatique, qui marche toujours avec lenteur mais élégance. La tête haute, le regard dans le vide. Le vampire peut apparaître comme un ange dans les rayons du soleil qui font briller de mille éclats ses cheveux d'or. Il a l'air si jeune, presque encore enfant. Et pourtant, derrière cet apparence de jeune garçon se cache des décennies de souffrance et de crépuscule. Nathanaël est plutôt grand, un mètre quatre-vingt deux exactement, on pourrait croire qu'il a encore l'âge de grandir mais cela fait bien longtemps que son physique est figé dans le passé. Sa corpulence toute en finesse le fait paraître encore plus élancé, avec son dos toujours bien droit et ses épaules pourtant larges toujours bien tenues. Le prédateur n'est pas maigre, il est impossible d'y voir les côtes mais ce n'est pas derrière une couche de graisse que son ossature robuste se camoufle. Sa musculature est toute en finesse, discrète et pourtant bien présente. Un poitrail imposant une fois mis à nu, des abdominaux saillants sous la peau blanche et cette marque en V sensuelle au bas du ventre. Mais encore faudra-t-il faire des efforts pour découvrir tout cela, il est simple de savoir qu'il pèse soixante-quinze kilos, mais le déshabiller c'est une autre histoire. A la vue de tous, il laisse apparaître souvent son cou où avec beaucoup d'attention il possible de voir la très la discrète morsure responsable de sa transformation, bien cachée du côté droit sous l'oreille et la mâchoire. Ses avants bras sont perpétuellement à l'air, musclés mais dont l'on voit tout de même l'os du poignet. Au bout, de grandes mains masculines, à la poigne robuste parfois brutale, mais qui peuvent pourtant être d'une douceur extrême dans une caresse, avec de longs doigts fins de chirurgien qui donnent des frissons dans un simple effleurement.
Tout aussi envoûtant que son visage, le corps du vampire attire les regards et créé les fantasmes, autant des hommes que des femmes. Une carrure pleine de grâce et pourtant imposante et protectrice, un dos tout en muscle mais à la cambrure attirante, des jambes peut-être plus courtes que ce qu'elles devraient mais pourtant pleine de finesse en dessous d'un fessier discret mais bien présent. Si vous ne lui tombez pas dans les bras, surtout, prenez vos jambes à votre cou, ou c'est lui qui viendra s'en emparer.

STYLE VESTIMENTAIRE : Les vêtements, une seconde peau camouflant nos défauts et satisfaisant notre pudeur. Nathanaël n'en a pour aucune de ses raisons. C'est bien parce qu'il est obligé qu'il s'habille, mais se faire beau ne l’intéresse pas. Il n'a pas de garde robe, ne cherche jamais à s'habiller selon les occasions, ne veut même pas s'acheter quoi que ce soit. Il fut une époque où il prenait soin de lui, mais c'était pour mieux berner ses proies et les attirer dans son lit où il leur donnait le coup de grâce. Aujourd'hui, ce temps n'est plus. Le vampire passe ses journées vêtue de blanc, dans sa grande et longue blouse blanche d'infirmier, un simple pull fin en dessous et un vieux pantalon sans originalité pour le bas, dans une paire de chaussures qu'il traîne depuis des décennies sans pour autant les abîmer. Il lave puis il remet. Avoir en plusieurs exemplaires, ou avoir pleins d'habits différents, cela ne lui apporterait rien.
Il a bien une autre tenue pour lui qu'il sort de temps en temps quand il s'ennuie. Ses vieux vêtements d'étudiants, à l'époque où son cœur battait encore fort dans sa poitrine, où son corps pouvait réchauffer la laine de sa veste. Le blondin la remet de temps en temps pour partir ce balader dans les couloirs en se faisant passer pour un simple élève de Chimera. Mais ce n'est pas tous les jours, après tout il ne sort jamais de son antre.

HISTOIRE

Nathanaël, la preuve vivante, ou presque, que l'enfance n'est pas la cause de tout les troubles qui peuvent naître en l'homme.
Il est venu au monde en Allemagne, son pays d'origine, également celui de ses parents et de sa sœur aînée. Il était le petit dernier, le petit prince de la maison, et dans une famille fortement aisée qui plus est. Tous les soirs, le père rentrait du travail avec un cadeau pour son fils, jamais le même et il ne l'oubliait en aucun cas. Nathanaël avait beaucoup de chance. A cette époque, même les familles aisées se devaient de ne pas jeter l'argent par les fenêtres, mais pour le petit blondin, on ne comptait pas. Le petit prince devait être le plus comblé, le plus choyé, le plus heureux en somme. Mais l'enfant, qui s'amusait pourtant sans cesse avec ce qu'il venait de recevoir, ne montrait guère sa joie à le réception de tant de présents. Un enfant pourri gâté qui ne se rend pas compte de sa chance? Peut-être. Ou était-t-il seulement peu démonstratif. Les parents préférèrent choisir la deuxième possibilité. Leur fils était parfait, il était donc impossible qu'il est ne serait-ce qu'une pointe d’égoïsme. L’intérêt de Nathanaël fut attiré le soir où son père lui offrit un livre de science simplifié pour les enfants. Il semblait alors passionné par ce qu'il lisait, les images qu'il voyait et s'était décidé, il étudierait la science à l'avenir. Encore jeune, il faisait des efforts dans les mathématiques à l'école et s'amusait avec des coffrets de chimiste à la maison, plus rien ne lui importait à part cela.

Plus les années passaient et plus sa famille s'attendait à ce que le niveau devienne trop dur pour Nathanaël. Ils n'avaient pas forcement envie de le voir déprimer, mais c'était inévitable. A cette époque, les études scientifiques n'étaient réservées qu'à de rares prodiges et surement que leur fils ne devait pas en faire partie. Du moins c'était ce qu'ils croyaient. Car il obtint très facilement son premier diplôme de science, s'ouvrant les portes pour un niveau bien plus supérieur, plus technique et passionnant. Le jeune étudiant dut quitter sa famille pour étudier convenablement, il ne quittait plus son pensionnat, passait ses week-end à profiter des laboratoires qu'on lui offrait, lisait un nombre incalculable de livres et rêvait à devenir médecin, chirurgien ou même complétement scientifique. Il atteint sans trop de difficulté un niveau assez élevé pour faire ses premiers travaux en hôpital. Nathanaël découvrait pour la première fois des cadavres humains, cela le changeait des souris mais bizarrement il n'en fut pas dégouté, bien au contraire, ses yeux brillaient d'envie d'en savoir plus et de pouvoir manipuler lui même les corps. Ce jour vint enfin. Un jour d'examen. L'étudiant était enfermé dans une salle d'opération, avec pour seule compagnie le cadavre d'une femme. Elle devait être magnifique encore en vie car même morte elle dégageait une splendeur qui laissa le jeune homme sans voix un long moment, il ne pouvait que la regardait, ne pensant plus à rien. Pourtant, le temps était compté. Bientôt il devrait faire un rapport sur ce qu'il pensait être la cause de la mort. Mais il n'en eut pas le temps.

Nathanaël fit tomber son cahier, son scalpel encore propre vint tinter brusquement sur le carrelage, il fit un pas en arrière alors que ses yeux s'écarquillaient. Devant lui, ce qui devait être un cadavre venait d'ouvrir les yeux. Des rubis de félins se posèrent sur lui alors que la femme qu'il croyait sans vie se relevait avec lenteur pour s'approcher de lui et venir coller son corps nu et glacial contre celui bouillant au cœur tambourinant de l'étudiant en médecine. Il ne pouvait plus parler, il ne pouvait plus bouger, tétanisé, il ne comprenait plus rien. Elle venait de retrouver la vie? Non, sa peau de porcelaine était aussi froide que le marbre. Était-elle seulement humaine? Non! Mais si elle ne l'était pas, qu'était-elle? Nathanaël ne croyait en rien d'autre que la science, en pur cartésien il lui était impossible d'accepter ce que son esprit lui donnait comme réponse. Il avait bien du lire un livre un jour sur ces créatures imaginaires, à l'apparence humaine qui ne vivaient que pour se délecter du sang des hommes. Mais ce n'était que de l'imaginaire, il ne pouvait accepter qu'elle existe.
Et pourtant, il dut se faire une raison. Car malgré la sensualité de cette belle femme toute en nudité, son esprit ne pouvait qu'être embrumé par l'insupportable douleur qui s'enflammait dans son cou. Elle venait de le mordre? Mais cela faisait tellement mal... Et pour cause, ce n'était autre que de belles paires de crocs imposants qui venait de pénétrer sa chair. Par la tétanie, Nathanaël ne put rien faire, même pas crier sa souffrance, il était perdu et ne savait plus quoi croire. Une vampire? Une vraie? Il devait se rendre à l'évidence, elle était en train de se faire un festin et lui sentait peu à peu ses forces le quitter. Alors qu'il se pensait condamné la prédatrice s'écarta, se léchant les lèvres avec autant de sensualité que de sadisme. Elle lui laissait la vie sauve? Mais pourquoi? Même affaibli, le blondin eut un soupçon d'espoir avant de s'écrouler contre le carrelage glacé avec une vive douleur dans tout le corps. Il se sentait enflammé, comme si les braises ses faufilaient sous sa peau. Il tenta de trouver une explication dans le regard de son agresseuse, mais il n'y trouva rien d'autre que de la moquerie et de l'amusement. Qu'est-ce qu'elle avait à rire de son malheur? De la haine s'ajouta à la souffrance alors que quelqu'un venait toquer à la porte de la salle d'opération. On lui demandait s'il avait terminé son examen. Dans la panique il réussit à articuler une phrase pour les éloigner, comme quoi il ne lui restait qu'un peu de temps de travail. Elle, ne s'était pas enfuie pour autant, elle devenait de plus en plus trouble aux yeux de l'étudiant, jusqu'à ce qu'il succombe à l'évanouissement.
Les professeurs entrèrent un peu plus tard, découvrant le cadavre de leur élève sur le sol, et celui de la femme à sa place initiale, comme si elle n'avait jamais bougé. On ne sait comment, tous décidèrent que la cause de la mort du jeune Lior était un simple arrêt cardiaque dut au stresse et à l'insomnie avant l'examen. Diagnostique qui désespère toujours autant le principal intéressé. Car durant son passage à la morgue, le corps de Nathanaël avait été remplacé et emporté en pleine liberté par la fameuse vampire. Ce fut chez elle qu'il retrouva ses esprits. Il avait l'impression de beaucoup mieux voir, de sentir des odeurs encore inconnues et d'entendre des sons venant de villes voisines. Cela le fascinait mais il ne comprenait pas très bien pourquoi il avait autant mal à la gorge et cette envie de mordre dans de la chair moelleuse. C'était fait, alors qu'il n'avait que vingt-trois ans, il était devenu lui même un monstre en lequel il n'avait jamais cru. Il apprit à se servir de cette identité avec celle qui l'avait transformé ainsi, non sans lui en vouloir mais il gardait au fond de lui une peur envers elle qu'il ne pouvait expliquer ni annihiler.

En Allemagne, il était sensé être mort, clandestinement il se mit à voyager dans plusieurs pays pour découvrir ce qu'allait être sa nouvelle vie. S'il pouvait nommer cela ainsi. Les premières années de son existence de vampire ne furent que meurtres, sadisme et festins de roi. Il s'en donnait à cœur joie et semblait finalement bien se plaire dans ce rôle de prédateur. En même temps, il avait pu entamer des études qu'il n'aurait jamais imaginer en tant qu'humain, sachant très bien que dorénavant il avait le temps de faire ce que bon lui semblait. Il fit toutes les études scientifiques imaginables, profita de chaque métier dans le corps médical, pendant des décennies il enfila plusieurs rôles. Jusqu'à ce qu'il apprenne la mort de ses parents, en Allemagne. Ils avaient vécu jusqu'à presque cent ans chacun mais avaient bien du succomber au rappel de Dieu. Discrètement, Nathanaël avait assisté à leur enterrement, revoyant pour la première fois depuis ce fameux examen sa sœur aînée, également très vieille, surement malade, et dans un sale état. Il avait vu juste car le chagrin d'être la dernière de la famille l'emporta six pieds sous terre bien plus tôt que prévu, également sous les yeux de son frère qu'elle croyait mort depuis bien longtemps. C'en était trop pour le vampire. Lui qui jouissait d'une vie éternelle depuis, déprimait pour la première fois d'être le seul restant, avec toujours sa gueule d'enfant. Il voulu s'éloigner de son pays natal et termina son voyage en Angleterre, où il avait entendu parler d'une académie dont les élèves tout comme les professeurs semblaient bien particuliers. Il ne fut pas déçu par la découverte. En effet, personne n'était complètement humain dans cette école, pas même le vieux directeur qui n'hésita pas une seconde à l'engager comme infirmier de l'établissement. Mais surtout comme médecin personnel.

Le vieil homme sentait sa fin très proche. En plus de l'effet du temps, il semblait souffrir d'une maladie que Nathanaël ne connaissait pas malgré toute son expérience, et d'après ce qu'il comprit, son fils en était également atteint. Le vampire avait pour mission de le sauver. Si c'était trop tard pour le vieil homme, il était encore possible de trouver un remède pour le fils. Sous son infirmerie, le blondin s'installa un laboratoire, sans forcement en informer le directeur, et commença à piocher quelques élèves discrets pour s'en servir de cobayes. Ces jeunes gens ne sortirent de là que les pieds devant...
Le vieux directeur succomba l'année qui suivit, son fils prit la relève et annonça également la naissance de son propre fils, Gin. Un homme partait, mais un nouveau venait au monde, un cycle de la vie qui ne concernait plus Nathanaël. Le petit enfant était lui aussi porteur de la fameuse maladie, le vampire devait faire vite. Mais les années passaient, les cobayes défilaient, et toujours rien pour soigner le nouveau directeur qui semblait bien plus atteint par la maladie que son défunt paternel. Si ce dernier avait pu rester en vie jusqu'à sa vieillesse, il n'allait surement pas en être de même pour son fils. L'infirmier vu juste, l'homme décéda de sa maladie alors qu'il était encore assez jeune et Gin reprit la tête de l'académie.

Depuis, Nathanaël œuvre pour que ce nouveau directeur ne connaisse pas le même sort que ces prédécesseurs. Il ne passe quasiment aucune journée en dehors de son infirmerie, les élèves on d'ailleurs très peur de la fréquenter tant ils se doutent que quelque chose cloche dans ce cabinet médical. Personne ne sait à quoi ressemble le blondin, personne ne sait ce qu'il se passe dans cette infirmerie, ni que le laboratoire existe. Tant de mystère autour du vampire qu'il vous faudra élucider.



TOI DERRIÈRE L’ÉCRAN

PSEUDO : Yaken
AGE : 111 Ans! Nan j'avoue ... 20.
AVATAR CHOISI : Sakamaki Shû de Diabolik Lovers
TON NIVEAU EN RP : Entre Moyen et Bon? Peut-être plus vers Moyen? Je sais pas xD
DISPONIBILITÉS : Tous les jours. Et ouais ~ Va falloir me supporter!
DÉCOUVERTE DU FORUM : Lolilol ~
DES REMARQUES ? : Pink fluffy unicors dancing on rainbows ♫
AUTRE CHOSE ? : Chimérien et fier de l'être o/


© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nathanaël Lior - L'infirmier louche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream or ... Dream? [Privé Nathanaël & Cirius]
» Mission Rang D : Trafic louche.
» Au milieu des roses du jardin [Nathanaël Von Arlex]
» Services de Brasparts : Cabinet infirmier
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Commencement :: ♦ Les Dossiers :: ♦ Fiches de Présentation-
Sauter vers: