AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 [PV - Al] L'amphi secret.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazuha Okamichi
1ere Année
avatar

Messages : 170
Age : 19 ans
Race : Ange/Animorphe loup
Don : Deleguée ART
Spécificité(s) : ART langue/musique
Club(s) : Club d'altruisme

MessageSujet: [PV - Al] L'amphi secret.   Lun 28 Sep - 15:20


L'amphi secret      



Kazuha
Al


Kazu, Kazu, Kazu. Tu traines toujours un peu partout. Kazu, Kazu, Kazu. Arrêtes donc de chercher les loups. Voilà la chanson que la  blonde fredonnait en parcourant les couloirs. La plus part des cours venaient de se terminer, rendant les bâtiments scolaires presque vides. Kazuha soupira. Elle aimait tellement le calme qui y régnait. C’était comme ci-après cette rude journée de labeur, elle pouvait enfin lâcher le poids qui trônait sur ses épaules et se libérer de tout ça. Oui, l’école, les études : le même fardeau pour tous me direz-vous. Mais pour Kazuha, c’était plus qu’une simple corvée de pré-adulte. Etre entouré de monde, constamment, c’était laisser place à un risque énorme. Celui de ne plus de contenir. En effet, la jeune fille était de nature très sensible, voire susceptible. Une personne que l’on peut aisément catégorisé comme quelqu’un de colérique. Impulsive. Spontanée. Bref, quelqu’un qui ne sait prendre sur soit, simplement. Ainsi, plus le nombre de relation sociale était élevé, plus elle était tenté de piquer une colère. Car il est difficile de ne communiquer qu’avec des gens compatibles, n’est-ce pas ? Et lorsque Kazuha s’énerve, elle ne sait pas se contrôler. Non, elle ne s’exprime pas par la violence. Elle n’en n’a aucunement la force de toute manière. Simplement, Kazuha se contente de grogner. Un grognement sourd, grave. Bestial. Révélant alors au grand jour le sang impur qui coule dans ses veines, ce sang que beaucoup de ses camarades qualifiés de sales. Pourquoi diable un ange irait-il s’amouracher d’une bête, hm ? Kazuha ne voulait pas avoir à répondre à cette question. Ses parents s’étaient aimés, elle était le fruit de leur amour, point.

La déléguée arpentait donc les couloirs, gravissait les marches avant de les redescendre, fixant à tour de rôle le plafond grisâtre ou le sol en pavé. Alors qu’elle passait sa main sur la rambarde pour descendre a nouveau d’un étage, elle remarqua un panneau fléché qu’elle n’avait alors jamais vu. « Amphithéâtre 5 » Elle arqua un sourcil, perplexe. Puis s’empressa de dévaler les marches, non sans manqué de tomber à la renverse. Arrivée au sous-sol, l’ange posa son regard un peu partout. Quel endroit, quel drôle d’endroit pour venir étudier. La pénombre était certainement parfaite pour une sieste matinale en cours de maths, mais à cette heure tardive de la journée, elle ne suscita qu’un frisson d’effroi dans le dos de la louve. Kazuha attrapa sa chevelure doré pour se dégager la vue, une énième mèche venant s’interposer entre ses prunelles azur et le reste du monde. Après avoir contempler la couloir, vide, encore une fois, elle entendit quelque bruit. Se rapprochant de l’unique porte donnant sur l’amphithéâtre, elle remarqua que quelque brin de lumière filtrait sous celle-ci. Amusée et intrigué, elle posa sa main sur la poigné pour prendre appui, et colla son oreille au bois. Malheureusement, la porte étant trop épaisse, elle ne put en apprendre davantage sur ce qui se passait à l’intérieur. Elle voulut alors faire demi-tour, avec l’idée de se poster sur une marche d’escalier et d’attendre que le cours finisse pour en savoir plus, mais sa maladresse la rattrapa. Sans vraiment le faire exprès, elle s’appuya sur la poigné de porte et tomba la tête la première dans l’amphi. Etalée de tout son long, son sac à dos s’écrasant sur son visage, elle ferma les yeux, n’ayant pas le courage d’affronter tous les regards de l’amphithéâtre posé sur elle.
Les paupières closes, elle s’excusa d’un air sincère.

▬ Excusez-moi de vous avoir déranger, je cherchais juste mon… euh…

C’est alors qu’elle ouvrit les yeux, après avoir dégagé son visage de ses cours qui s’étalaient un peu partout. Pas d’élève. Non. Juste un homme, devant elle. Ses jours s’empourprèrent, et honteuse, elle camoufla son visage dans ses mains, ajoutant d’une voix étouffé.

▬ Pardon, pardon, pardon, pardon….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al A. Millo
Mange ta sucette, Femme!
avatar

Messages : 21
Age : 18 ans
Race : Sorcier.
Don : Alchimiste
Spécificité(s) : Art : Langage, écriture
Club(s) : Rien

MessageSujet: Re: [PV - Al] L'amphi secret.   Lun 28 Sep - 21:37

"Eurêka!"

Archimède aurait été fier de moi, car j'ai trouvé quelque chose d'au moins aussi impressionnant que ce qu'il a lui-même trouvé dans son bain.

Pour vous resituer. Je suis un alchimiste. L'Alchimiste est un sorcier, unique en son genre en le sens qu'il est très proche du flux du monde, du flux DES mondes. Il connaît une parcelle de la vérité de ce monde, très infime, mais suffisante pour lui donner de grands, très grands pouvoir. Il comprend le Cycle Naturel, et peut le modifier, le déranger, en utilisant le pouvoir du Flux appartenant au Septième Monde.

Cependant, l'Alchimiste n'est pas capable de transformer. Il peut créer en remodelant, mais ne peut changer l'essence même d'une chose. L'Alchimiste peut séparer des molécules, recomposer un ensemble de molécules, amplifier certains facteurs grâce au flux du Septième qu'il invoque... Mais il ne peut transformer la molécule. Il ne peut pas changer la molécule de fer en molécule de palladium par exemple.

"Mais Alphonze!" vous entends-je. "Il y a plus petit que la molécule!" Oui. C'est vrai. Il y a les quartz. Et les noyaux de quartz. Et les électrons, protons, neutrons.... Mais ces choses n'ont pas d'essence. Elle sont juste part de l'essence de la molécule. En ce sens, l'Alchimiste ne peut atteindre ce niveau de petitesse. Et c'est pour cela que l'Alchimiste ne peut pas transformer la molécule: l'Alchimiste n'est pas Dieu et ne peut pas changer TOTALEMENT le cycle du Premier Monde.

ET POURTANT! Moi, Alphonze Aelius Millo, détient peut-être le moyen de modifier l'essence même de la matière! Réorganiser l'infiniment petit! J'ai planché dessus depuis plusieurs mois à présents, cela fait près d'un an que je recherche cela. Mes recherches pour créer des gemmes précieuses en ont été retardées, mais qu'à cela ne tienne! Je détient peut-être enfin le secret de la création!

Aujourd'hui était une journée calme. Comme à mon habitude, je n'écoutais que d'une demi-oreille en cours, car je lisais des livres de science. Cela peut sembler étrange pour vous autres, car je fais des études littéraires. Ne soyez pourtant pas surpris. Si ma passion réside dans les lettres, mon Alchimie réside dans le domaine de la science. Je suis de ce fait très polyvalent quand vient la question des études.

C'est vers dix-sept heure que j'ai vraiment pris conscience de mes découvertes. Je dessinais un cercle de transmutation simple, et, ne sachant quel expérimentation faire, je tapotai de la mine de mon crayon le centre de mon tracé circulaire. Et j'eu une épiphanie à ce moment précis. Le cercle. C'est la chose, le tracé, le figuré, l'image, l'Idée principale d'un CERCLE de transmutation! Le cercle est composé de milliers, que dis-je, d'une infinité de point. Littéralement, une infinité. Et toutes sortes de cercles peuvent apparaître dans un cercle de transmutations. Qu'ils signifient les "sels", qu'ils signifient un "cycle", qu'ils signifient la stabilité, le cercle est la chose la plus présente dans une formule Alchimique. Et qu'est-ce que le plus petit des cercles? Le point!

Dès lors en remplaçant les éléments circulaires principaux, je devrai avoir la capacité de transmuter, non pas la molécule, mais les composants de la molécule! C'est une découverte primordiale qui se devra d'être passé à mon futur successeur Alchimiste!

"J'y suis.. Je le sens."

Je suis actuellement dans l'amphithéâtre numéro 5. Nul cours n'est dispensé ici, à ma connaissance, rendant l'endroit extrêmement calme, mais également extrêmement sombre. A la lueur d'une chandelle, je suis assis, regardant le cercle que je venais de créer de toute pièce. Allait-il fonctionner? Allait-il ne rien faire? Allait-il me détruire? Je n'en sais que trop rien. Mais il me tarde de le découvrir. Prenant une grande inspiration, je pose les mains sur le cercle. Puis j'expire et je prononce la formule.

"Je suis L..."

Boom. Un son lointain, incertain, obscur, indistinct et indéfinissable résonne dans l'amphithéâtre. Un faisceau de lumière. QUI OSE ME DERANGER?!

Figurez-vous, actuellement, un visage crispé, dans l'ombre, aux yeux brillants d'une fureur sans borne. Quel sot pouvait se permettre d'interrompre la plus grande découverte de la décennie? Du siècle? Du Millénaire?! Je ne pu retenir un long soupire exaspéré. Ma rage était si grande!

▬ Excusez-moi de vous avoir dérangé, je cherchais juste mon… euh…

Oh. Quelle adorable voix. Non pas qu'elle me bouleverse, elle me surprend. Cette surprise fut à son comble lorsque j'ai levé les yeux vers la source de ces paroles, qui n'étaient à peine qu'un gémissement confus et hésitant.

En contre-jour se dessinait la silhouette d'une jeune demoiselle. Je ne la connais pas, cependant. Enfin, si. Mais pas vraiment. Nous n'avons jamais discuté, et pourtant, il me semble l'avoir croisé plus d'une fois dans le bâtiment dédié aux arts. J'ai l'oeil observateur, en particulier lorsqu'il s'agit d’apercevoir de jolies choses.

Cette dernière se mit à cacher son visage. C'était adorable....ment pathétique. Quel sur-jeu. Quelle exagération ridicule... La situation n'exigeait pas tant de gêne. Désabusé, je soupirai à nouveau, tandis que la demoiselle s'excusait compulsivement. Je n'allais pas la laisser dans cette situation. Elle me faisait, sans mentir, trop pitié pour que je puisse être incisif. Tu te ramollis, Al....

"Il n'y a pas de mal, mademoiselle. Mais je vous en prie, relevez-vous donc."

Je m'étais avancé vers elle, et lui tendais une main salvatrice. Enfin, salvatrice... C'est un grand mot pour une situation si minable. Que je tende la main était déjà assez extraordinaire en soi. Mais quel gentleman laisserait une demoiselle au sol, je vous le demande!

"Vous cherchiez....? Il s'avère que vous n'avez pas terminé votre phrase. J'aimerai savoir la raison de cette intrusion, c'est la moindre des choses, n'est-ce pas."

J'eut mon habituel sourire condescendant doublé de mon ton altier. De toute façon, je doute que cette demoiselle mérite tout autre traitement. Lorsque l'on est pas capable d'avoir la subtilité de frapper avant d'entrer dans une pièce aux portes fermées, qui plus est une pièce où des cours auraient pu être donnés, c'est qu'on a difficilement une quelque éducation. Tenez! Je suis même prêt à parier qu'elle me tutoieras.

"La porte ne rendant pas les coups, n'hésitez pas à la frapper, la prochaine fois que vous voudrez entrer dans une pièce fermée, mademoiselle."

Je me surpris à prendre un ton ridiculement paternaliste. C'était finalement assez amusant, comme situation. L'ironie de la scène, me dis-je, était peut-être que cette demoiselle arrivée à l'improviste venait de m'empêcher de faire une Sacrée catastrophe. Après tout, même si je suis sur de moi, il n'y a pas 100% de chances que mon cercle aie fonctionné. J'aurai même dis que les statistiques jouaient contre moi. C'était peut-être une bonne chose, en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuha Okamichi
1ere Année
avatar

Messages : 170
Age : 19 ans
Race : Ange/Animorphe loup
Don : Deleguée ART
Spécificité(s) : ART langue/musique
Club(s) : Club d'altruisme

MessageSujet: Re: [PV - Al] L'amphi secret.   Mar 29 Sep - 15:09


L'amphi secret      



Kazuha
Al


▬ Gomennasai.  

S’excusa-t-elle dans son japonais paternel. La blonde redressa son visage en entendant les pas de l’individu se rapproché d’elle. Il lui tendait la main, soit. Kazuha prit cela pour une ordinaire acceptation d’excuse. Après tout, s’il lui en voulait réellement, ne se serait-il pas contenter de lui ordonner de sortir ? Elle attrapa donc les doigts du jeune homme et se hissa sur ses deux jambes. Elle en profiter tout épousseter sa tenue avec empressement, afin de reporter son attention sur les dégâts qu’elle avait causé. "Vous cherchiez....? Il s'avère que vous n'avez pas terminé votre phrase. J'aimerais savoir la raison de cette intrusion, c'est la moindre des choses, n'est-ce pas." L’ange afficha un sourire digne de sa nature, légèrement gênée. Les joues encore rosies par sa précédente bêtise, la jeune fille chercha ses mots. Comment dire… elle ne cherchait pas grand-chose. Simplement le calme, et sa curiosité l’avait piqué au mauvais moment vraisemblablement. Les mains nouées derrières son dos, basculant nerveusement son poids d’une jambe sur l’autre, elle répondit avec hésitation.

▬ Euh… eh bien… Je cherchais… Enfin je faisais simplement le tour des bâtiments ! Avec les délégués des autres filières, on a mis en place une sorte de roulement, et à la fin des cours, on passe voir si aucun n’élève ne s’est perdu… parce que… c’est… c’est grand chimera.  

Elle acheva son monologue d’un raclement de gorge timide, et servit un énième sourire radieux pour appuyer ses dires. Ses iris azurés reportant toute leur attention sur le jeune homme, Kazuha se demanda s’il s’agissait d’un professeur. Il avait beau avoir quelques traces de pilosité, une allure sur de lui et un langage courtois, Kazuha jugea qu’il devait être un peu plus vieux qu’elle. Quoi que… Son avis n’était pas totalement tranché. Il n’était néanmoins pas dépourvu de charme, nota-t-elle.

Elle se baissa ensuite pour ramassé ses affaires et les rangés dans son sac à motif fleuri. Les feuilles s’étaient éparpillés un peu partout, si bien qu’elle dû aller en chercher à quelques mètres de lui. C’est alors qu’il sembla insister sur le fait de son intrusion. "La porte ne rendant pas les coups, n'hésitez pas à la frapper, la prochaine fois que vous voudrez entrer dans une pièce fermée, mademoiselle." Bizarrement, la délégué tiqua. Certes, elle l’avait dérangé et avait mis un peu de bazar dans l’ordre qui régnait, mais elle s’efforçait de réparer ses erreurs rapidement. Ramassant une feuille de cours près de la porte, elle vérifia d’un coup d’œil sur l’emploi du temps affiché au dos de celle-ci, qu’il n’y avait effectivement aucun cours à cette heure-ci. Soit, c’était un professeur venu préparer ses cours au calme, comme bien d’autres le faisaient. Soit, il y avait anguille sous roche. Kazuha, courant un peu partout pour empiler le reste de ses cours, remarqua ensuite quelque chose qui la perturba. Des dessins. Du moins, un cercle emplis de textes et autres symboles. Elle resta de glace, ses prunelles de pouvant s’écarter de cette chose. Qu’-était-ce ?  Un frisson lui parcouru l’échine, et elle recula d’un pas. Tentant d’être discrète sur ce qu’elle avait vue, même si elle se doutait bien que la discrétion n’était pas son fort, elle rangea l’intégralité de ses cours, et enfila son sac par-dessus ses épaules.

▬ A vrai dire je n’ai pas frappé car, comme indiqué, je pensais que l’amphithéâtre serait inoccupé…

Elle croisa les bras sur sa poitrine, la gonflant légèrement inconsciemment, et fixa l’inconnu de ses prunelles cyan. Son ton fut légèrement plus autoritaire que précédemment, bien que poli. Après tout, s’il s’agissait d’un adulte, mieux valait ne pas le frustrer. Elle attendait patiemment la réponse de son interlocuteur pour définir enfin son poste, et la raison de sa venue dans cet amphithéâtre peu ordinaire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al A. Millo
Mange ta sucette, Femme!
avatar

Messages : 21
Age : 18 ans
Race : Sorcier.
Don : Alchimiste
Spécificité(s) : Art : Langage, écriture
Club(s) : Rien

MessageSujet: Re: [PV - Al] L'amphi secret.   Mer 28 Oct - 19:53

Ex-a-spé-rant. Inconcevablement exaspérant. Ces excuses compulsives m'ennuyaient à un point au delà de l'imaginable.

"Mais Alphonze!" vous entend-je crier depuis vos fauteuils de lecteurs, "Tu exagères! Elle s'excuse sincèrement!"

Et alors? Qu'elle me présente s'excuse autant qu'elle veule, le mal est fait! Enfin, le mal, pas nécessairement, mais tout de même. Et présenter ses excuses une fois aurait été AMPLEMENT suffisant.

Ainsi, je décidai d'ignorer ses dernières excuses, en langue étrangère, qui plus est. N'importe qui avec un minimum de jugeote discernerait le ton repenti de l'expression... Japonaise, si je ne m'abuse. Enfin, qui est-ce que je trompe. Bien sur que c'est du japonais, et je n'ai pas été hésitant une seule seconde. Après tout, je Sais. C'est une des parcelles de Savoir qui m'a été accordée, les langues du monde. Je peux communiquer avec n'importe qui. Ce qui est à la foi un don et une malédiction, si vous voulez mon avis.

Mais re-concentrons nous sur la situation, voulez-vous? Bien. De toute façon, même si vous ne voulez pas, c'est moi qui décide.

La demoiselle était à présent en train de se balancer d'une jambe à l'autre, manifestement gênée -encore?- et hésitante. Cependant, elle affichait un sourire des plus beau. Je fus d'ailleurs étonné de voir un tel visage. C'était splendide. Tout simplement splendide. Puis sa bouche s'ouvrit pour laisser échapper quelques paroles... HESITANTES. Je crois que c'est un thème récurent, chez cette demoiselle.

▬ Euh… eh bien… Je cherchais… Enfin je faisais simplement le tour des bâtiments ! Avec les délégués des autres filières, on a mis en place une sorte de roulement, et à la fin des cours, on passe voir si aucun n’élève ne s’est perdu… parce que… c’est… c’est grand chimera.
-Oh. Vous êtes donc déléguée. C'est une place très importante, surtout dans cette école, si je ne m'abuse. Et vérifier que les élèves ne se perdent pas.. Quelle charmante attention. mais je ne suis pas perdu, merci quand même."

L'agacement s'entendait plutôt.. Beaucoup, sur la fin de ma phrase. Vraiment beaucoup, pour être honnête.

Malgré tout, cette situation était amusante. Ironiquement amusante, s'entend. J'avais l'impression d'être dans Jacques le Fataliste, de Diderot ; dans ce roman, chaque fois que Jacques s'apprête à raconter ses amours, quelque chose l'en empêche. Et j'ai l'impression qu'à chaque fois que je suis sur le point de découvrir quelque chose, une tierce personne, ou un événement que je ne peux contrôler vient m'interrompre.


Je recentrai mon attention sur le visage de la demoiselle. Plus je la regardais, et plus je la trouvais adorable, je ne vais pas vous mentir. Il s'agissait même la d'une de ces beautés enchanteresses, dont on parle dans les contes. Cette sensation ne fit que redoubler lorsqu'elle me gratifia d'un autre de ses sourires. Au moins, sa beauté contrebalançait ses manières ridicules. Cependant, cette vision s'estompa rapidement, puisqu'elle se baissa pour ramasser ses affaires. Pour tout dire, l'idée de lui apporter mon aide ne m'a même pas traversé l'esprit. Je suis simplement resté debout, l'observant en train de ranger ses biens éparpillés. Soudainement, elle s'arrêta. Son visage s'était statufié avec un expression pour le moins glaciale. Elle avait, si je ne me trompais pas, remarqué mes cercles.

Quel réaction étrange. Je me doutais bien qu'elle verrai mes tracés à un moment ou un autre, mais je ne m'attendais pas à une réaction si.. Calme. Habituellement, les gens sont intrigués et me posent un tas de questions. Ici, elle n'a fait que les fixer quelques secondes, pour reculer d'un pas.

Ooooh! Bien sur! Elle avait de l’appréhension. Cela expliquait tout! Un mauvais pressentiment! C'est vrai que la situation quelque peu particulière donnait à la pièce quelque chose d'oppressant, entre autres chose, le fait qu'elle soit plongée dans le noir. Oui, d'accord, j'admet, c'est compréhensible.

▬ A vrai dire je n’ai pas frappé car, comme indiqué, je pensais que l’amphithéâtre serait inoccupé…

Je soupirais. La demoiselle me refaisait face, avec un air très.. Déterminé, sur le visage, les bras croisés et la poitrine gonflée. C'était une position de défi, tout simplement. Et de l'insolence, également.

Je ne pu m'empêcher de rire de bon coeur. Croyait-elle être impressionnante? Si c'était le cas, alors cette situation n'en serait que plus drôle. Après quelques secondes, mes élans d'hilarité se calmèrent, et je retrouvais mon sérieux.

"Oh, je vois. C'est amusant, mademoiselle la délégué, c'est EXACTEMENT pour cette raison que je me suis dirigé vers cette pièce! Parce que je pensais y être au calme. Comme quoi."

Je marquais ensuite une pose, avec un sourire hautain pour continuer avec un sourcil exagérément levé, et un ton incisif et condescendant, comme à mon habitude, en fin de compte.

"Mais dîtes-moi, vous faîtes le tour du bâtiment pour vérifier si les nouveaux élèves sont "perdus" et vous vérifiez dans une salle où, si je ne m'abuse, ne sont dispensés des cours que pour des élèves de troisième années?" *sourire* "Soit vous faîtes du zèle, ce que je respecte, soit vous avez un léger problème d'organisation." *re-sourire*

Je montrai ensuite de la main mes dessins qu'elle avait aperçu plus tôt.

"Je suis venu ici pour m'entraîner à maîtriser mes pouvoirs d'Alchimiste. Donc, volontairement. Je ne suis donc pas perdu. Mais je vous remercie tout de même de votre sollicitude pour les nouveaux élèves."

Je lui offrit un large et honnête sourire, avant de reprendre un visage sérieux, et de terminer.

"Aussi, j'aimerais, justement, m’exercer, si vous n'y voyez pas d'inconvénient. Cela dit, si vous avez des doutes quant à mes activités, vous pouvez toujours me "surveiller". Pour cela, ou simplement pour assouvir une curiosité que je ne doute pas d'avoir piqué."

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuha Okamichi
1ere Année
avatar

Messages : 170
Age : 19 ans
Race : Ange/Animorphe loup
Don : Deleguée ART
Spécificité(s) : ART langue/musique
Club(s) : Club d'altruisme

MessageSujet: Re: [PV - Al] L'amphi secret.   Mer 28 Oct - 22:03


Oh, je vois. C'est amusant, mademoiselle la délégué, c'est EXACTEMENT pour cette raison que je me suis dirigé vers cette pièce! Parce que je pensais y être au calme. Comme quoi Mais dîtes-moi, vous faîtes le tour du bâtiment pour vérifier si les nouveaux élèves sont "perdus" et vous vérifiez dans une salle où, si je ne m'abuse, ne sont dispensés des cours que pour des élèves de troisième années?" *sourire* "Soit vous faîtes du zèle, ce que je respecte, soit vous avez un léger problème d'organisation." *re-sourire*

Kazuha battit des cils, incrédule. Elle ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sorti. Pour quoi se prenait-il enfin ? La jeune fille pouvait tout à fait concevoir qu’elle l’ait déranger en pleine action, mais quand même. Elle s’était excusé, avait ramassé le désordre qu’elle avait provoqué, et était même prête à le laisser vaquer à ses occupations sordides.  Mais puisqu’il se comportait comme le dernier des gentlemen, elle envisageait la possibilité de rallonger sa visite. Histoire de voir pourquoi un jeune homme cherchait absolument à se retrouver seul dans un amphithéâtre oublié, après les cours, plongé dans le noir. Au final elle eut sa réponse plus rapidement que prévue. "Je suis venu ici pour m'entraîner à maîtriser mes pouvoirs d'Alchimiste. Donc, volontairement. Je ne suis donc pas perdu. Mais je vous remercie tout de même de votre sollicitude pour les nouveaux élèves. Aussi, j'aimerais, justement, m’exercer, si vous n'y voyez pas d'inconvénient. Cela dit, si vous avez des doutes quant à mes activités, vous pouvez toujours me "surveiller". Pour cela, ou simplement pour assouvir une curiosité que je ne doute pas d'avoir piqué."

Soit. Il avait compris que tout ceci intéressait la jeune fille, du moins, l’interloquait. Après tout, c’était peu commun de trouver un élève aussi préoccupé par son pouvoir et l’amélioration de celui-ci. Quoi que. Kazuha n’avait aucun pouvoir particulier, elle ne savait donc pas réellement ce que cela engendrait, quelles en étaient les conséquences. La jeune fille s’avança près du bureau et grimpa sur celui-ci, y déposant son derrière avec nonchalance, près des plans de l’homme. Elle attrapa une feuille entre ses doigts et la retourna plusieurs fois afin d’en comprendre le sens. Qu’était-ce. L’alchimie, n’est-ce pas ? Etait-il une sorte de scientifique, de savant fou ? Voulait-il faire exploser l’école ? L’espace d’un instant, Kazuha le dévisagea. A première vue, ce n’était qu’un beau jeune homme légèrement agacé, rien de plus. Beau était de terme, elle l’avouait. Il était plus grand qu’elle, et semblait plus adulte. En même temps, ce n’était pas un réel défi que de paraitre plus mature que la blonde. Son visage enfantin lui permettait de mentir sur son âge et mais lui causait surtout bien d’autre soucis, surtout lorsqu’il s’agissait de justifier sa majorité dans certain établissement. Néanmoins, lorsqu’elle prenait cet air concentré et autoritaire, et qu’on la regardait dans son ensemble, Kazuha faisait son âge, ni plus, ni moins. Elle avait beau avoir un sourire angélique et une bouille adorable, son air décidé n’en restait pas moins celui d’une jeune femme mure et réfléchie. Et actuellement, tout ce qu’elle souhaitait était… de rester là. Kazuha croisa les jambes sous sa jupe et hocha la tête.

«  Bien, je crois que tout est dit. Je surveillerais donc. »

Elle acquiesça le tout en enroulant une mèche de cheveux autour de son index, et jeta un dernier coup d’œil au cercle. Cela lui plaisait énormément. Pouvoir gérer quelque chose, superviser un projet. Dominer. L’ange jeta ses cheveux derrière ses épaules et plissa les yeux, concentrée. Qu’était-ce que l’alchimie. Car elle avait beau se prend au jeu et vouloir surveiller toute cette historie afin d’assouvir sa curiosité, elle ne savait même pas en quoi cela consistait. Un cercle, sur le sol. Des dessins. Et cet air déterminé sur le visage de l’homme. Hm. Cela semblait excitant. Et dieu sait que lorsque Kazuha est excité, sa curiosité est inapaisable. Ainsi, elle tourne donc son buste vers le jeune homme et  après avoir longuement examiner les papiers, demanda simplement.

« Mais c’est quoi l’Alchimie ? »

A cet instant-ci, son visage s’empourpra légèrement. Elle esquissa un sourire mielleux, et descendit de la table pour mieux se rapprocher de l’individu. Ne vous l’avais-je pas dis ? Quand Kazuha a une idée en tête, elle est incontrôlable. La louve se rapprocha donc de l’inconnu pour poser ses deux mains sur ses épaules et demander le plus naturellement possible.

« Je veux savoir ! Montrez moi ! »

A cet instant précis, elle avait tout l’air d’une enfant. Ses prunelles océanes emplis d’excitation, son sourire immature s’intensifiant petit à petit. Face à ce grand jeune homme et sa discipline inconnue, Kazuha voulait apprendre. Elle voulait voir, savoir ce que c’était. Alchimie Peut-être était-ce quelque chose de beau ? Quelque chose dont elle pourrait rêver cette nuit et d’autres encore ? Mais alors qu’elle s’était mise en position d’infériorité en quémandant sa requête le plus naturellement possible, elle se recula pour mieux détailler l’homme. Prenant conscience du personnage qu’il était, elle reprit sa place sur le bureau. Jambe croisée, dos redressé, elle prit une posture beaucoup plus supérieure à la précédente. Elle se doutait que le regarder d’un air perdu bien qu’adorable ne suffirait pas à le faire céder. Et elle ne comptait pas non plus le supplier. Ainsi, la dernière option semblait le plus envisageable. Le mettre au défi.

«  Enfin, si cela est possible... J'espere que je ne vous  perturbe pas trop ? Même si je peux tout à fait comprendre que ma présence vous gêne dans votre exercice… »

Un sourire étira le coin de ses lèvres, alors qu’elle reportait son attention sur le cercle. Otant son sac à dos pour le poser sur ses genoux, elle comptait bien profiter du spectacle. Quel homme refuserait de montrer ses talents à une demoiselle, n’est-ce pas ? Kazuha trépignait d’impatience. Elle avait hâte de voir ce qu’il lui réserverait.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Al A. Millo
Mange ta sucette, Femme!
avatar

Messages : 21
Age : 18 ans
Race : Sorcier.
Don : Alchimiste
Spécificité(s) : Art : Langage, écriture
Club(s) : Rien

MessageSujet: Re: [PV - Al] L'amphi secret.   Sam 31 Oct - 3:30

Ma petite pique avait touché. Le visage qu'avait fait la demoiselle m'a empli d'une certaine satisfaction, il faut bien avouer.


La demoiselle ne répondit pas à ma dernière phrase, cependant. Elle préféra aller s'asseoir sur la table où je travaillais quelques minutes plus tôt. La lumière de ma chandelle l'éclairait bien, à présent, et elle n'avait plus cet effet de contre-jour qui m'empêchait de bien apprécier ses attraits, bien que je la voyais clairement. Elle était.. Bien petite. Aisément une vingtaine de centimètre, pour être plus précis. Elle est assez chétive, par ailleurs, mais pas trop. Pas mal. Pas mal du tout, en réalité.

Mais je ne m'attardais sur ces détails que pendant quelques instants. Elle affirma alors qu'elle resterait pour surveiller. Et cela me fit pousser un long, très long soupir désespéré, et il me semble, facilement audible. Au point où ça en était -elle en train de farfouiller sur mes dessins et mes documents- je crois que ce n'était pas nécessaire de le préciser. Soit dit en passant, ce capharnaüm qu'elle faisait du bureau me fit lever un coin de la lèvre supérieur, un petit tic que j'ai lorsque je suis vraiment agacé. Et bon sang que cela m'avait agacé. SAIT-ELLE CE AVEC QUOI ELLE S'AMUSE? Mais, coupé dans mon ébullition, une petite voix presque... Enfantine.. Me fit retrouver mon calme.

La demoiselle était en train de s'approcher de moi avec un de ces sourires dont elle semblait avoir le secret. Qu'est-ce que l'alchimie? Qu'est-ce que l'alchimie...? Bonne question. Je n'ai jamais eu à définir ça, avant. C'est assez étrange, malgré tout ce que je sais, je ne pouvais pas vraiment mettre des mots dessus.

Je n'ai perdu que quelques secondes à penser que la demoiselle posa ses mains sur mes épaules. POSA SES MAINS. Sur MES épaules. Pas content. Hou là non, pas content du tout. Attrayante ou pas, intelligente ou pas, avant de me toucher, on attend que j'en donne la permission. C'est d'un geste rapide et abrupt que je les dégageais de leur position, un regard glacial et une mine renfrognée sur le visage.

Et son ton mielleux, et ses yeux bleus presque brillants d'étoiles, et son sourire charmeur, et son attitude adorable n'y changeront rien. Là, maintenant, je suis de mauvaise humeur.

"Mais, Alphonze! Tu surjoue! Elle n'a fait que te toucher!"

QUE me toucher? C'est un privilège que personne n'obtient simplement en ayant l'air beau. Et croyez-moi, elle a déjà assez de chance de n'être pas un homme, ou ma réaction aurait été BIEN PLUS VIOLENTE. NON, je ne surjoue pas. La seule partie d'un Homme que l'on touche, c'est sa main quand on la tend ou son dos quand il vous enlace. C'est un manque de manière flagrant que de toucher quelqu'un en dehors de ces conditions.

Et pourtant. Je ne pouvais me forcer à être plus incisif envers elle. Qu'y puis-je, j'avais l'impression d'avoir une enfant sous les yeux! Et les enfants ne sont pas conscient de leurs erreurs. J'ai donc simplement poussé un "tch" avant de tourner légèrement la tête, de tendre la main et de la regarder pendant quelques secondes. Je repris un peu le contrôle de ma colère de cette façon, et j'observais à nouveau la fille. En réalité... Elle faisait réellement enfantine. Intérieurement, je riais aux larmes. Cette situation était si ridicule! Cette jeune femme qui plus tôt voulait paraître autoritaire avait maintenant une position si opposée à la précédente que n'importe qui trouverait ce contraste amusant.

Elle voulait savoir ce qu'était l'alchimie? Et bien soit. Je lui montrerai ce qu'est l'alchimie. Aussi ouvris-je la bouche pour commencer l'explication, lorsqu'elle me coupa avant que j'ai fini mon premier mot.

"L'alch..."
« Enfin, si cela est possible... J'espere que je ne vous perturbe pas trop ? Même si je peux tout à fait comprendre que ma présence vous gêne dans votre exercice… »

Oh mon dieu. Alors même que j'envisageais l'idée qu'il y ait une possibilité que je puisse accepter sa présence comme autre chose qu'une vulgaire nuisance. Déjà, elle ne me laisse pas parler. Ensuite, elle joue l'hypocrite après m'avoir interrompu et avoir clairement pris sa décision quant à l'idée de rester m'observer. Et ensuite, après sa supplique pathétique et enfantine, elle veut passer pour une adulte. HAH. LE RIRE. HAH. L'ESCLAFFE. Pour qui se prenait-elle?

"Je pourrai, en effet, vous montrer l'alchimie. Ai-je le choix? Vous allez rester de toute façon."

Le ton froid et le visage féroce, j'avançais vers le bureau ou s'était positionnée la demoiselle. L'oeil brillant d'un éclat sombre j'entamais une nouvelle part de discussion.

"Et je vais même vous l'expliquer, même si je doute bien que vous n'y comprendrez rien. Mais je n'y peux rien, je suis toujours contraint, comme poussé par une force supérieure, de caresser les chiots abandonnés."

Je pris une craie blanche, ma chandelle,et descendis jusqu'en bas de l’amphithéâtre. Là, je dessinai, sur le sol, une formule que j'avais déjà testée. Le cercle était grand, et, après avoir prononcé la "formule magique", il s'illumina, sur tout le tracé, d'une lueur faible, orangée. Puis autour de mes mains vinrent les habituels éclairs blancs, et enfin, le sol se voûta, s'enfonça, et créa un petit cratère, au centre duquel se trouvait une petite pierre rouge, brillante. Je l'attrapais, et remontais vers la demoiselle. Entre le moment où je suis descendu et celui-ci, il s'était écoulé bien cinq minutes, durée nécessaire pour que je fasse mon tracé, le vérifie, et que la magie s'opère. Une fois en haut, je posais avec une force toute relative la pierre sur le bureau.

"C'est ça, l'Alchimie. Nous transformons les choses. Enfin, je transforme les choses, puisque je suis le seul être vivant doté de ce pouvoir."

je soupirai longuement, puis m'assis derrière le bureau.

"En parlant de pouvoir. Puisque vous allez restez-là, vous pourriez peut-être me servir à quelque chose. Quel est le vôtre?"

En attendant sa réponse, je recommençai mes dessins. En farfouillant dans mes tracés, elle avait -involontairement, sans doute- fait couler l'encre. Je devais presque tout refaire. Heureusement pour moi, le plus important avait été sauvé, et les recherches étant inscrites dans ma tête, cela ne prendrait que quelques minutes à refaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuha Okamichi
1ere Année
avatar

Messages : 170
Age : 19 ans
Race : Ange/Animorphe loup
Don : Deleguée ART
Spécificité(s) : ART langue/musique
Club(s) : Club d'altruisme

MessageSujet: Re: [PV - Al] L'amphi secret.   Sam 31 Oct - 12:17




"Je pourrai, en effet, vous montrer l'alchimie. Ai-je le choix? Vous allez rester de toute façon." Ouh, il semblait ne pas avoir apprécié le petit tour de Kazuha. Encore un qui n’arrivait pas à comprendre la demoiselle. Il était évident que peu de monde arrive à suivre la cadence des émotions de la jeune blonde. Seul son frère y était arrivé. Tout ceci était évidemment compréhensible. Voir une jeune demoiselle passer de l’attitude la plus adorable, à une posture plus mature et un ton plus autoritaire, ce n’était pas du tout crédible. Et pourtant, c’était l’acte le plus sincère que l’ange puisse faire. Spontanée, la jeune femme ne réfléchissait pas réellement avant d’agir, d’où ses changements d’humeur régulier. Une simple brise pouvait lui faire changer d’avis, alors comment savoir sur quel pied danser avec elle. "Et je vais même vous l'expliquer, même si je doute bien que vous n'y comprendrez rien. Mais je n'y peux rien, je suis toujours contraint, comme poussé par une force supérieure, de caresser les chiots abandonnés. " Néanmoins, il y avait des limites à ne pas franchir. La première de toute était de ne pas la rabaisser. On pouvait l’ignorer, ne pas comprendre, s’énerver. Et bien d’autres sentiments, mais jamais, o grand jamais, son ego n’accepterait la raillerie. Ainsi, la demoiselle adopta une attitude bien plus agressive. Les poids serrés, le menton relevé, elle toisait l’inconnue de toute sa férocité. Un chiot abandonné ? Je vais te montrer moi, si je suis un chiot… Mais, il en fallait plus pour que Kazuha se transforme. Il est vrai que la louve régissait beaucoup plus à la colère qu’a son unique volonté, aussi il lui était déjà arrivé de se métamorphoser alors que envie de meurtre la prenait. Que voulez-vous, la nature réagit aux émotions, et les émotions, dieu sait qu’il en travers un millier chez Kazuha. De même que pour ses ailes, l’ange se révélait lorsque la demoiselle était surprise, touchée. Et elle en avait eu la preuve bien récemment, auprès de ce vampire si particulier. Kazuha chassa cette idée d’un mouvement de tête.

Puis l’homme s’éloigna. Il attrapa l’unique source de lumière et s’en alla écrire… sur le sol. C’était donc à ça que servaient tous ces dessins abstraits. Kazuha desserra les points, attirés par l’étrange lumière qui se mit à briller. Les traits s’animaient lentement. La jeune femme, absorbé par le phénomène, braqua ses prunelles azur sur le cercle. Soudain le sol se mit à bouger. Le parquet de la salle craqua, et quelque chose attira l’attention de la blonde. Au milieu du cercle qui venait de s’éteindre, régnait, triomphante, une pierre d’un éclat certain. Kazuha entrouvrit les lèvres, surprise. L’homme ramassa la chose alors que la blonde s’était pelotonnée en boule, rapatriant ses genoux près de sa poitrine, les entourant de ses bras. Est-ce que la pierre allait fondre ? Allait-elle explosé ? Kazuha renifla, perplexe. "C'est ça, l'Alchimie. Nous transformons les choses. Enfin, je transforme les choses, puisque je suis le seul être vivant doté de ce pouvoir." Kazuha grimaça. Décidément, il avait vraiment un ego surdimensionné. En plus d’avoir rejeté l’innocent contact physique qu’elle avait tenté, voilà qu’il se jetait des fleurs désormais. Elle s’installa en tailleurs, et planta son regard dans celui de l’homme. Son minois prit des traits bien plus sérieux. Elle se tourna pour être face à l’inconnu qui s’était installé sur la chaise. Elle s’apprêtait à lui poser des questions, car grande curieuse qu’elle était, tout ceci n’avait fait qu’étendre sa soif de savoir. Mais il la coupa net. "En parlant de pouvoir. Puisque vous allez restez-là, vous pourriez peut-être me servir à quelque chose. Quel est le vôtre?" Kazuha leva les yeux au ciel. Cette question qu’elle redoutait tant, qu’elle n’appréciait guerre. Pourquoi, pourquoi fallait-il poser une étiquette ? Kazuha ne rentrait dans aucune boîte prédéfinie, alors se présenter était quelque chose d’assez compliquer. Aussi compliquer que d’expliquer ce qui s’était passé. Kazuha prit la pierre rouge entre ses mains, et la fixant, elle annonça simplement.

« Vous transformez les choses, moi je transforme mon corps. Je ne peux pas créer de rubis, mais je peux faire bien d’autres choses. »


Elle n’en dévoila pas plus, car elle n’aimait tout bonnement pas crier sur tous les toits sont sang mêlée. Cela ne plaisait pas vraiment aux anges purs ou aux loups ‘normaux’. Et puis, puisqu’il était si intelligent, il devinerait par lui-même. Elle reposa la pierre sur le bureau et reporta son attention sur l’individu et comme pour lui donner un indice, elle laissa apparaitre sa queue. Une queue de louve au pelage crème, touffue, qui se baladait dans le dos de l’humaine avec malice. Les animorphes avaient la capacité de ne transformer qu’une partie de leur corps s’ils le souhaitent, chose que Kazuha maniait à la perfection.

« Mais, revenons-en au sujet principale. L’alchimie. Vous pouvez créer tout et n’importe quoi ? Vous pourriez… me créer des bonbons ? Une peluche ? Un bijou ? De l'argent ? »



Son air de gamine émerveillé la reprit, et elle s’imaginait déjà réduire en esclavage cet individu magique, lui ordonnant de lui créer tout ce qu’elle souhaitait. A cette image, Kazuha s’esclaffa. Elle reprit néanmoins son sérieux, et servit un sourire angélique à l’homme, comme pour s’excuser.

© C h i m e r a

[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV - Al] L'amphi secret.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PV - Al] L'amphi secret.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: