AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazuha Okamichi
1ere Année
avatar

Messages : 170
Age : 19 ans
Race : Ange/Animorphe loup
Don : Deleguée ART
Spécificité(s) : ART langue/musique
Club(s) : Club d'altruisme

MessageSujet: Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY   Jeu 8 Oct - 17:05


Loup des bois, m'entends-tu ?      



Kazuha
Riley



▬   Nyaah, quelle journée !

se plaignit la blonde en se grattant la tête. Ouvrant grand la bouche pour laisser échapper un bâillement, elle se frotta l’œil droit afin d’évacuer les quelques larmes qui s’y était installées. Kazuha était fatiguée. Après ses mois passés à l’académie, l’ange ne savait plus où donner de la tête. Entre les réunions pour le club d’altruisme, sa mission de déléguée, les cours, et ses propres problèmes, elle était perdue. Mais surtout, elle était exténuée. Son regard peinait à rester éveillé, et ses lèvres s’entrouvrait toutes les dix minutes pour bailler sans la moindre discrétion. Son corps n’était plus d’un amas de chair et de veines qui se mouvaient sans but précis. Quant à la demoiselle même, elle n’était pas réellement plus désagréable que d’habitude. Elle avait pris sur elle et restait la même personne. Sourire éblouissant, voix chaleureuse et toujours prête à servir, l’étudiante avait su camoufler sa gêne.

Mais aujourd’hui, s’en était trop. Portant son sac à dos fleuri au bord de son épaule, la jeune fille sortait d’un rassemblement étudiant. Près de la foret, plusieurs jeunes avaient eu l’idée de bizuter les nouveaux étudiants dans cette même forêt. Après tout, on racontait qu’i ls’y passait des choses bizarre. Kazuha n’y croyait pas vraiment, et s’y était rendu simplement par curiosité. Au final, les discussions ayant dérapés sur quelle filière était mieux que les autres, chacun représentant stéréotypement parlant son cursus. Kazuha avait fini par écourter le debat et chacun était repartit. Les petits groupes s’éloignaient paisiblement mais bruyamment, aucun ne voulant céder. En temps normal, la louve aurait été la première a montrer les crocs pour défendre la session artistique. Mais aujourd’hui, elle n’en n’avait pas la force. Elle s’était contentée de somnoler jusqu’à ce que cela se termine. Et alors qu’elle était désormais seule à l’orée de la forêt, elle jeta son sac auprès d’un arbre. Elle glissa son dos contre le tronc rugueux et s’assit sur l’herbe humide. Il avait dû pleuvoir la veille car une odeur de terre mouillé régnait autour d’elle. Néanmoins, le ciel de cette fin de journée était presque estival. Des nuages orange flottaient par-ci par-là.

Kazuha soupira. Les derniers rayons du soleil vinrent la cajoler, et elle ferma les yeux un instant. Il n’y avait là aucun bruit, personne. Elle était seule au monde, et elle avait la sensation que le temps s’était arrêté. Les paupières closes, seul un espoir résidait en elle. Celui de préserver ce moment. Elle souhaitait que rien ne la prive de ses quelques minutes de repos. Bientôt, elle se redresserait, et tous les problèmes s’abattraient sur elle. Et puis, cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait dormis paisiblement. Chaque nuit, de mauvais rêves la tourmentaient, si bien qu’elle n’arrivait pas à se reposer convenablement. Elle voulait juste rester là, au pied de cet arbre, jusqu’à ce que le soleil se couche. Simplement…

Elle inspira profondément, la bouche entrouverte, déjà prête à tomber dans les bras de Morphée, lorsqu’une brindille craqua non loin d‘elle. Automatiquement, elle huma l’air sans réellement sans rendre compte. Et ce qu’elle reconnut la laissa perplexe. Elle ouvrit un œil, cacher son visage du soleil avec le dos de sa main, et plissa les yeux. Avait-elle rêvé ? Un parfum très peu commun flottait dans l’air. Une odeur de…

▬  loup.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riley Harewell

avatar

Messages : 53
Age : 17
Race : Animorphe loup
Spécificité(s) : Licence combat en Kendo et Tir

MessageSujet: Re: Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY   Ven 9 Oct - 18:25




Installée bien confortablement dans un coin de l'immense bibliothèque, je laissais mes yeux dériver sur les pages d'un roman, suivant les lignes sans vraiment faire attention à ce que je lisais. Puis mon regard se posa sur le ciel et j'admirais quelques instants les petits nuages qui flottaient semblait-il tout près de moi mais qui en réalité était à des centaines de kilomètres d'ici.

Je refermais mon livre tout en ayant retenu la page et m'étirais bruyamment avant de vérifier que je n'avais dérangé personne. Mais en cette fin de semaine, il était inutile de prendre de telles précautions car tous les élèves ou presque étaient rentrés chez eux, cela expliquait pourquoi l'endroit semblait si désert. Il fallait attendre le début de la semaine prochaine pour voir de nouveau affluer les étudiants et constater à quel point l'Academy était gigantesque. Tout en laissant mes pensés flâner, je sortis du bâtiment et me dirigeais vers les dortoirs pour me changer afin d'effectuer ma ballade / footing du soir et pour rejoindre un endroit que j'avais découvert pendant une de mes escapades et qui me servait à m'entraîner au Kendo. Une fois ma tenue de jogging mise et mon shinai bien calés en bandoulière, je partis d'un bon pas en direction de la forêt.

J'y entrais par le biais d'un chemin de terre et admirais le paysage qui fleurait bon l'automne. Les arbres avaient revêtu des couleurs orangeâtres pour certains tandis que d'autres commençaient à se dévêtir lentement de leur parure d'été. Non loin de moi, je vis passer un « petit » écureuil, doux euphémisme voyant qu'il était aussi gros qu'un chien de petite taille. Je continuais mon chemin quelques instants avant de bifurquer vers un petit sentier peu emprunté qui me ramenais vers la petite clairière où j'avais élu refuge. Ralentissant le pas, je me mis à quatre pattes et me faufilais à travers un petit buisson qui me laissa entrer dans mon repaire. Enfin arrivé, je commençais quelques mouvements de Kendo avant de me rendre compte que je ressentais une sensation étrange. De nature plutôt méfiante, je resserrais mon étreint de plus belle sur mon arme avant de lancer en direction des arbres.


« Qui que vous soyez, je suis armée »


Je m’aperçus que les bruits de la nature avaient cessé et qu'il régnait une atmosphère étrange autour de moi. Tout à coup, un rire sinistre se fit entendre et je sentis plutôt que je ne vis quelque chose s'approcher de moi. La chose me heurta de plein fouet avant de disparaître à nouveau. La louve en moi commença à grogner et je me relevais tant bien que mal tout en palpant mon flanc droit à la recherche d'une blessure quelconque. Le « truc » (je décidais de l’appeler ainsi pour le moment) m'avait fais un bleu qui resterais sûrement pendant plusieurs jours, cela commençais vraiment à me mettre en colère.

Cherchant autour de moi à l'aide de mon flair et tout en écoutant avec attention, je perçu une effluve indéterminée derrière moi. Sans prendre de précaution, je me transformais presque instantanément et m'élançais dans sa direction. Quelle que soit cette chose, je n'allais pas la laisser partir sans lui avoir fais regretter de s'être attaqué à moi. Ne sachant pas trop ce que je suivais, je courais sans relâche vers l'odeur âcre qui s'échappait de cet être. Je décidais de ralentir voyant que je ne le sentais plus. Continuant ma traque, je tentais de me faire la plus discrète possible. Le traquant sans répit, je ne me rendis compte que j'étais à l’orée de la forêt qu'après avoir déboulé sur une jeune fille étendue sous un arbre. Toujours énervé, je grognais dans sa direction avant de me transformer et de lui demander.


« Tu n'aurais pas vu passer quelqu'un ou quelque chose de bizarre avant moi ? »


J'inhalais bruyamment pour reprendre mon souffle avant de sentir l'étudiante pour voir si ce n'était pas elle que je poursuivais. Cependant, l'odeur qui me parvint me semblait des plus familières, elle était comme moi. Je reculais et m'assise contre l'arbre en face d'elle avant de la regarder avec curiosité.

© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuha Okamichi
1ere Année
avatar

Messages : 170
Age : 19 ans
Race : Ange/Animorphe loup
Don : Deleguée ART
Spécificité(s) : ART langue/musique
Club(s) : Club d'altruisme

MessageSujet: Re: Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY   Mar 13 Oct - 8:15


Loup des bois, m'entends-tu ?      



Kazuha
Riley


What ?! Kazuha vit débarquée un loup devant elle. La même bête prit forme humaine quelques secondes plus tard. La blonde déglutit, sans vraiment réaliser. Mise à part elle-même et son défunt frère, Kazuha n’avait jamais rencontré d’Animorphe loup. La jeune fille battit des cils, incrédule. La demoiselle en face d’elle avait repris sa forme originelle sans le moindre souci. Kazuha n’en revenait pas. Elle semblait quelque peu fatiguée, certainement dû à la course qu’elle avait entreprit au vue de l’allure à laquelle elle était arrivée. L’ange restait bouche-bée, ses lèvres entrouvertes, sans qu’aucun son ne s’en échappe, illustraient parfaitement ce qu’elle ressentait. Surprise. Kazuha était elle aussi capable de se métamorphoser en louve. Mais le passage de la forme animale à la forme humaine était beaucoup moins efficace. La jeune fille avait souvent du mal à se retrouver su deux jambes. Et quand bien même elle y arrivait rapidement, cela la faisait souffrir. Ses articulations grinçaient, ses muscles s’étiraient à leur maxima. Elle avait conclu que ceci était-du à sa nature légèrement spéciale. Elle était louve, mais pas seulement. Le sang d’un ange coulait dans ses veines, et cela devait compliquer la transformation.
La déléguée secoua la tête nerveusement pour reprendre ses esprits et se redressa en s’appuyant contre le tronc.

▬ Une animorphe louve, sérieusement ?

L’étrangère ne semblait pas du tout gêner par sa nature, elle l’affichait même fièrement. Kazuha était impressionnée. Admirative. Elle qui avait tellement honte de son croisement. C’est alors que ses prunelles azur détaillèrent la jeune fille. Elle semblait réellement essoufflée. Se rendant compte de son comportement, l’étudiante se courba pour s’excusé, un sourire sincère aux coins des lèvres.

▬ Désolée ! C’est simplement que c’est la première fois que je rencontre quelqu’un comme moi !

Avoua-t-elle simplement. Bien que la similitude entre les deux jeunes filles ne s’approfondissait pas réellement plus que ça. Kazuha se releva alors et scruta derrière elle, près du chemin qui entrait dans la forêt.

▬Quelque chose de bizarre, tu dis ?

Elle huma l’air, laissant son flair évaluer l’éventuelle présence recherché. Tête légèrement abaissé, elle avança de quelques pas, se rapprochant de la forêt en elle-même. Elle ne sentait pas grand-chose. A Vrai dire, la fatigue devait surement remettre en question ses talents de chasseuse. Mais alors qu’elle s’apprêtait à se retourner face à l’inconnu pour se présenter, elle sentit quelque chose. Un frisson lui parcouru l’échine, alors que son sang bouillonnait. Elle ne voyait rien, mais elle sentait quelque chose. Et son corps aussi. Aussi bien l’ange que la louve en elle sentait cette présence. Qu’était-ce. Elle ne se retourna pas vers la jeune fille mais lui indiqua néanmoins d’un geste de la main le sentier qui avançait dans la forêt. Elle lui indiquait la direction. Elle perdit la trace progressivement du parfum de l’être inconnu. Elle ne sut pourquoi, mais Kazuha ne voulait plus parler. Elle ne voulait plus dire un seul mot. Elle ne voulait pas que cette présence l’entende.

Au final bizuter les nouveaux étudiants dans cette forêt n’était pas vraiment une bonne idée, au vue de ce qui s’y promenait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riley Harewell

avatar

Messages : 53
Age : 17
Race : Animorphe loup
Spécificité(s) : Licence combat en Kendo et Tir

MessageSujet: Re: Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY   Jeu 15 Oct - 17:59




Elle n'avait jamais rencontré quelqu'un comme nous ? Étrange, en général on connaît  plus ou moins ceux de notre peuple. Pas forcément tout le monde mais je me souvint lors de mon enfance avoir eu quelques repas de famille avec ceux de notre « meute » et c'était peu dire qu'il y avait du monde. Bon après tout elle dégageait une odeur bizarre puisque je ne l'avait pas reconnu comme étant louve dès que je l'avais vu. Peut être bien qu'elle n'était pas que louve et que par conséquent elle n'avait pas de famille ?

Je la vit se lever et commencer à renifler l'entrée des bois visiblement afin de m'aider à trouver l'agresseur mystère lorsqu'elle se figea devant moi. Elle indiquait les bois sans bouger, à croire qu'elle ne respirait même plus. Inquiète je me levais aussi et m'approchais d'elle mais tout en m'indiquant la forêt elle semblait quelque peu terrorisée de peur. Ne sachant pas comment réagir, je me campais face à elle et me mise à la secouer fortement pensant que ça l'aiderais à retrouver ses esprits.


« Hey !!! Ça va ??? » lui criai-je presque dessus

C'est alors que je compris pourquoi elle ne bougeait, ni ne parlait plus. Je la relâchais d'un coup et me retournais face à l'orée des bois. Je scrutais les alentours sans réussir à déterminer qui était là, la seule chose que je pouvais dire, c'est que je me sentais à nouveau comme observée. Un frisson des plus glaciale se propagea alors dans mon dos et je sentis mes poils se dresser le long de mon échine. Le « truc » était revenu. Il revenait sûrement pour me narguer, j'en étais presque certaine.

Une idée digne d'un personnage de roman germa alors dans mon esprit. Une idée que je pouvais largement qualifier des plus héroïque (ou des plus stupide, au choix).  Et puis ça faisait longtemps que je n'avais pas prit part à une chasse avec un autre loup, c'était l'occasion de faire d'une pierre deux coups : retourner à mes racines et lui montrer ce que c'était de faire partie d'une meute même pour quelques instants.
Je m'adressais à l'inconnu et sans savoir si elle m'écoutait vraiment, je lui fit part de l'ébauche de plan qui me venais à l'esprit.


« On ne se connais pas mais comme on est pareille alors je te fais confiance pour m'aider. Voilà se qu'on va faire : dès que l'une de nous l’aperçoit, on se jette à sa suite et on l’attrape. »

Aussitôt dit, je vis quelque chose bouger près de nous.


« Là ! » hurlais-je presque immédiatement

Alors oui c'était peut être l'idée la plus folle de l'année mais je savais me défendre, c'est pourquoi je tentais de saisir ma partenaire (sans vraiment regarder où elle était) et m’élançais dans les bois. Je sentais que j'avais réussis à la cramponner car en courant je perçu comme un poids qui me secondais. Je la relâchais après quelques mètres afin de me transformer et repartie de plus belle sans vérifier si elle me suivait vraiment.


© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuha Okamichi
1ere Année
avatar

Messages : 170
Age : 19 ans
Race : Ange/Animorphe loup
Don : Deleguée ART
Spécificité(s) : ART langue/musique
Club(s) : Club d'altruisme

MessageSujet: Re: Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY   Ven 16 Oct - 18:47

Kazuha n’avait jamais, ô grand jamais, croisée d’autres loups. Peut-être parce que ces derniers l’évitaient au vue de sa nature. Elle n’avait jamais réellement réfléchis à ce cas, puisqu’elle pensait ne pas en voir avant de longues années. Après tout il existait des milliers d’animaux sur terre, et des milliers d’animorphes par la même occasion. Mais alors que la demoiselle lui parlait, Kazuha fut attiré dans une course qu’elle n’avait pas vu venir. Sans savoir comment, elle s’était retrouvé à courir derrière l’inconnue. Cette dernière semblait vraiment affectée par cette chose invisible. Et sans que la blonde ne puisse réagir, la seconde se transforma. Kazuha se stoppa nette dans sa course, aveuglée.

Se transformer, comme ça. Kazuha freina des talons en enfonçant ses douces baskets dans la boue. Comment avait-elle pu se transformer sans la moindre hésitation ? Comment pouvait-elle s’élancer, suivre son instinct sans le moindre souci. Etait-ce normal pour les animorphes de sang pur ? Cela lui était-il douloureux ? Cela venait-il avec l‘expérience ? Ces éternelles questions que Kazuha avait oublié revenaient désormais la hantée.  Un loup impressionnant apparue devant elle le plus naturellement possible et partit en courant.  Que faire. La suivre ? Comment ?

Kazuha renifla. Elle ne savait réellement pourquoi, elle avait profondément confiance en cette jeune fille. Du moins, assez pour la suivre. Et puis, il fallait l’avouer, elle n’avait jamais chassé. Elle n’avait jamais traqué. Son instinct animal se tairait au plus profond d’elle, et elle ne l’avait jamais libéré. Du moins, à l’Académie. Ainsi, prenant la plus grand bouffé d’air qu’elle put, elle déglutit et prit son élan.  Courant droit devant elle, elle lâcha prise. Complètement.

Et c’est un loup blanc qui retomba sur le sol. Un petit loup blanc aux reflets crème, son pelage se couvrant petit à petit de terre à force de courir à vive allure. La louve ne pouvait s’arrêter de courir, encore, toujours. Elle bondissait au-dessus des racines qui débordaient, elle évitait les branches, elle sautait, elle volait. Elle ne s’était plus sentie aussi libre depuis… Depuis… depuis le décès de son frère. Mais elle n’y pensait plus, elle n’arrivait tout simplement plus à penser. La louve s’émerveillait de pouvoir enfin se libérer, de pouvoir enfin d’évacuer tout ce qu’elle avait accumulé. Elle avait envie de crier, de sauter, de sentir quelque chose sous ses dents. Oui, voilà, ça. Elle voulait sentir ses crocs s’appuyer sur quelque chose, tout de suite, maintenant. Elle se stoppa et attrapa une branche entre ses dents, ses molaires venant s’écraser contre le bois. Mais cela ne la convainquait pas. Elle voulait quelque chose de chaud, quelque chose de plus tendre. Elle voulait sentir la force en elle, elle voulait se sentir invincible. Et c’est alors qu’elle huma un parfum subtil mais bel et bien présent. Un parfum peu comment, qu’elle tenta d’attraper en faisant claquer sa mâchoire dans le vide. Qu’était-ce ? Elle avança plus lentement, moins bruyamment. La bête qu’elle était désormais n’entendait plus rien. Crachant son bâton, elle redressa la tête pour scruter les environs.

Kazuha se sentait elle-même. Kazuha voulait rester comme ça, pour toujours. Cela semblait tellement plus facile… Mais Kazuha s’était surtout perdue, au beau milieu de la foret, loin de sa camarade.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riley Harewell

avatar

Messages : 53
Age : 17
Race : Animorphe loup
Spécificité(s) : Licence combat en Kendo et Tir

MessageSujet: Re: Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY   Jeu 22 Oct - 19:05




Entraînée dans ma course effrénée, je frôlais bon nombres d'arbres et de buissons, effrayant même quelques pauvres oiseaux réfugiés dans les arbres. Cela ne m'intéressait pas plus que ça puisqu'ils n'allaient pas m'aider à capturer ma proie mais j'en tirais quant même un certain plaisir. Cette course folle raviée mon côté loup à la perfection et gambader ainsi en liberté aux côtés d'une camarade me rendais des plus heureuse. Enfin aurait dû me rendre heureuse car je me sentais seule. Ralentissant ma poursuite, je me retournais à la recherche de ma camarade louve sans parvenir à la trouver. Je me rendis alors compte que je n'avais pas su la conserver à mes cotées trop excitée par l'appel de la chasse. Comment avais-je pu la laisser seule, après tout elle m'avait bien fait comprendre qu'elle ne connaissait pas d'autres loups et par conséquent elle n'avait jamais du chasser.

Oubliant mon agresseur pour le moment, je commençais à m'inquiéter pour elle. Décidément cela devenait une habitude chez moi. La considérant comme un membre temporaire de ma meute (qui n'était plus très nombreuse), j'aurais du la surveiller et veiller sur elle comme  je l'aurais fait pour un jeune louveteau. Mais j'avais totalement délaissée mon côté protecteur au profit d'une chasse qui ne donnerait probablement rien.

Renonçant temporairement à ma chasse, j'entrepris de traquer ma partenaire. Museau au sol, je retournais sur mes pas en tentant de flairer son odeur. Un doux parfum d'excitation parvint à mes narines. Pensant tout d'abord qu'il s'agissait de moi, je n'y fis pas plus attention que cela. Continuant à humer le sol, je trouvais une flaque d'eau venant sûrement d'une pluie récente, j'entrepris de me désaltérer et avant de repartir à la recherche de ma camarade une idée me parvint. Il faisait presque nuit et je décidais de demander à mon amie où elle se trouvait comme le font les vrais loups lorsqu'ils sont seul ou égaré.
Mon museau se redressa et un long hurlement chargé d'émotion jaillit du plus profond de mon âme. Ma longue plainte nocturne s’ensuivit d'un silence. Puis les nombreux animaux de la forêt ainsi que les bruits naturels des bois revinrent et j'espérais qu'elle m'avais entendue et comprise.

Ne relâchant tout de même pas ma vigilance dans cette forêt des plus étranges, je repartis en quête de mon amie. Après tout où qu'elle sois je l'entendrais me répondre, enfin si elle me répondais. Je me fiais à nouveaux à mon instinct et essayais tant bien que mal de dénicher l'autre louve. Humant une fois de plus cette odeur enthousiaste, je compris enfin qu'elle provenait de ma camarade et non de moi. Je décidais de suivre la piste qui me mènera je l'espère vers mon but.

C'est alors que sentis une odeur alléchante devant moi. Une odeur de nourriture bien vivante et bien chaude. C'est avec un timing parfait, que mon ventre me rappela que je courrais déjà depuis pas mal de temps et que je commençais sérieusement à avoir faim. Je me léchais les babines par avances pour le festin qui s’offrirait bientôt à moi et me mis en position, prête à bondir sur ma proie. Un buisson remua à quelques mètres de moi, prenant mon élan, je sautais toute gueule ouverte.

Je n'aurais peut être pas du car lorsque j’atterris, je n'avais pas mordu dans un lapin où un écureuil malheureusement pour moi. Cette animal avait bien de la fourrure mais pas celle à laquelle  je m'attendais. Une fourrure blanc crème. Je ne savais pas si c’était la forêt qui me jouait des tours où si c'était dû à l'intervention d'un être extérieur, mais la seule chose que je savais, c'est que la chose dans laquelle j'avais mordu aller m'en vouloir. D'autant plus sachant qu'il s'agissait de ma camarade que je serrais avec mes crocs.
Dsl:
 

© C h i m e r a



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loup des bois, m'entends-tu ? FT RILEY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « La faim chasse le loup du bois. » Pv Kennocha
» Loup y es-tu ? Entends-tu ? Que fais-tu ?
» La faim fait sortir le loup du bois
» [...]Dans les bois, pendant que le loup n'y est pas. [Eliel]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: