AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez | 
 

 Un nouveau commencement [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gin Johnson
Votre Mamandoline ♥
avatar

Messages : 209
Age : 28
Race : Humain à Don
Don : Force Inimaginable

MessageSujet: Un nouveau commencement [Libre]   Lun 6 Avr - 18:14


Tes yeux suivaient les lignes noires d'une histoire sur les pages légèrement jaunies d'un roman à la couverture magnifique, ils avaient quelque fois du mal à reprendre la bonne ligne, clignaient souvent, il te fallait même en frotter parfois un pour le réveiller. Puis tu fus perturbé dans ta lecture par les rayons du soleil qui venaient doucement illuminer le papier. Étonné, tu déposa le livre ouvert sur ton bureau avant de te retourner pour constater que oui, l'aube était enfin là. Et toi tu n'avais pas fermé l’œil de la nuit. Tu soupiras, par habitude, tu connaissais parfaitement les nuits blanches et n'étais plus du tout surpris de voir le soleil se lever. Un spectacle que tu connaissais déjà très bien, qui ne faisait même plus battre ton cœur par sa beauté, bien que tu ne cesserais d'en admirer les couleurs. C'était un grand jour pour toi, mais aussi un grand jour pour Chimera. La rentrée d'une nouvelle année, l'arrivée de nouveaux élèves, l'arrivée de nouveaux professeurs, de nouveaux surveillants. Tout cela t'excitait presque, tu avais pourtant déjà rencontré les élèves une fois pour leur inscription, tu les connaissais déjà, tandis que tu avais déjà conversé avec plusieurs nouveaux membres du personnel par courrier. Mais c'était autre chose que de simples discussions ou d'un simple entretient cette fois-ci, c'était le début d'une année pleine de surprise, autant pour les autres que pour toi, tu en étais conscient. Dieu sait ce que ce jour te réserve Gin. Mais tu ne te laissais pas prendre par la panique ni par l'euphorie qui n'étaient pas tes émotions premières, tu préférais reprendre ton livre un instant, histoire de terminer au moins ton chapitre. Il était encore très tôt et surement que personne n'était encore arrivé.

Une petite heure plus tard par contre, tu avait déjà écoulé deux chapitres de plus que prévu et le matin s'était enfin installé, les premiers cours de l'année commenceraient certainement dans deux heures, il était donc temps pour toi de sortir de ton immense bureau pour aller à la rencontre de ces nouvelles personnes qui tu allais dorénavant croiser tous les jours. Tu plaçais alors le marque page en tissu à la page où tu t'étais arrêté, te levais enfin de ton fauteuil et allais ranger le roman à sa place dans ta grande bibliothèque personnelle. Sans plus de motivation tu rabaissais les manches de ta chemise blanche que tu avais retroussées pour lire tranquillement, et enfilais ta veste noire par dessus. Début du mois d'Avril, un beau matin, il ne devait pas faire plus chaud que cela malgré le grand ciel ensoleillé.

Tu traversas ton bureau, posa ta main sur la poignée de la grand porte en bois de ce dernier et te décidas enfin à mettre un pied dehors. Refermant la porte derrière toi, tu ajustas ton col en observant l'immense hall de ton établissement. Il n'y avait pas foule encore, c'était calme, mais tu savais très bien que tu pouvais trouver au moins une personne à Chimera. Ton très cher Nathanaël. Tu te surpris a étirer un mince sourire au coin de tes lèvres en pensant à lui, passant ta main en vitesse dans tes cheveux bruns tu te mis en route vers son infirmerie. Les premiers couloirs que tu traversas étaient tout aussi vides que le hall, pourtant par les larges fenêtres tu pouvais enfin apercevoir des gens s'approcher du portail de Chimera, tu n'allais plus être seul bien longtemps. Tu montas les escaliers, non sans râler un peu, te demandant pourquoi cette foutue infirmerie était à l'étage, c'était le meilleur moyen de trouver un patient a l'agonie avant même qu'il ne soit arrivé dans la salle. Ce salopard de vampire était définitivement plus sadique que toi, clairement. Tu t'arrêtas un instant devant sa porte. Qu'allais-tu bien pouvoir lui raconter? Tu étais peu loquasse, lui de même, a part s'il se moquait encore de toi vous n'aviez pas de choses particulières à vous raconter même en ce jour de rentrée. Puis, te voir débarquer dans son infirmerie aujourd'hui le conforterait dans son idée que tu étais excité de vivre ce jour spécifique. Non, lui parler n'était pas une bonne idée, tu allais t'énerver contre lui pour des conneries... Mais puisque que tu avais fait l'effort de monter jusque là, tu n'allais pas reculer maintenant. Les sourcils déjà froncés et la mine déjà sur les nerfs, tu tentas d'ouvrir la porte sans plus de patience. Tu te retrouvas bien bête quand celle-ci refusa de s'ouvrir. Un instant hébété, tu finis par baisser la tête en claquant de la langue, agacé. Il n'était pas encore arrivé, tu étais donc vraiment seul.

Un nouveau soupire s'échappa d'entre tes lèvres fines, tu te résignas à repartir, arpentant lentement les couloirs tu retrouvais ton air paisible, t’arrêtant en haut des escaliers pour t'émerveiller une nouvelle fois devant la beauté de cet établissement qui était le tien. Tu n'aimais pas particulièrement la lumière mais, ces immense fenêtres qui t'offrais une vue splendide sur les jardins de Chimera en ce petit matin frais d'Avril te donnais un petit pincement au cœur. Tu devais l'avouer, il faisait bon vivre. Une canine vint te meurtrir une lèvre, a quoi pensais-tu bon sang?...

© G i n  J o h n s o n




_________________
Petites Infos ~

♦️ Présentation
♦️ Journal
♦️ Demande de Rp
♦️ Couleur des Paroles : #B4C7CD

♦️ Boite à Mp


Dernière édition par Gin Johnson le Ven 15 Mai - 0:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Libre]   Mer 29 Avr - 9:08

Feat Gin Johnson


C'était un petit colibri. Il tapait contre ce mur invisible qu'était la vitre. Son long et fin bec ne pouvait la briser, et lui se demandait ce qu'était cette espèce de ... truc ... qui l'empêchait de passer. Ah, les joies des constructions humaines n'étaient pas plaisantes pour tout le monde, surtout quand tu étais fasciné par quelque chose de l'autre côté.
Les petites pupilles noires tentaient désespérément d'en apercevoir plus, sur ces magnifiques et divines plumes blanches, qu'il trouvait rattachées à la peau bleutée d'un ange, endormie sans le drap, nue et paisiblement, dans ce lit rembourré, chaud et tellement tentant...

Tes yeux s'ouvrent lentement, tes paupières clignent, et tu t'ouvres au monde et au matin en un bâillement discret. Tes membres s'étirent, et, comme par habitude, tes cheveux blondissent tandis que ta peau se change cellule par cellule, afin que ton épiderme soit caucasien. Tes ailes disparaissent, tes autres plumes aussi, et tu prends l'apparence de la jolie fille humaine, normale... pour le monde extérieur.

Alors que tu te réveilles, tu vois l'oiseau contre la fenêtre, et, dans un sourire émerveillé, tu la lui ouvre pour passer un doigt contre sa gorge chaude, pour ressentir sa vie alors que tu le caresses, et lui offre un peu de graines. Cela fait maintenant quelques jours que tu es dans ce dortoir, même si la rentrée n'est qu'aujourd'hui. En effet, orpheline, tu as eu ce privilège, mais à partir de ce soir, tu le sais, et tu en as hâte, tu auras des colocataires. Et ce petit bout de chou au pelage si doux te réveille toujours pour son petit déjeuner, depuis que tu es arrivée. Alors que tu lui glisses les grains, tu humes la douceur printanière, avant de vaquer à tes occupations matinales. Aujourd'hui, tu vas devoir présenter le Conseil dans un discours, tu le sais, on t'a prévenue. Tu vas tenter de recruter, tu vas expliquer son importance... en glissant discrètement ton importance en son sein.
Tu souris, avant d'aller t'habiller, d'un bel ensemble de sous vêtements, d'une jupe blanche, et d'un petit débardeur de la même couleur, avant de mettre la veste du Conseil étudiant. Tes bottes te vont ensuite à merveilles, et, heureuse que l'on te les ai offertes, tu tournes sur toi même, avant de redevenir ange bleue. Bien sûr, dans la veste et dans ton haut, tu as au préalable fait deux trous, au niveau des omoplates, afin de faire passer tes ailes.

Puis, tu attrapes ton sac, prends les documents sur ton bureau, attrape le brassard gauche te permettant de rester fraîche après le sport, et sort de la chambre. Il est encore tôt, tu es la première élève à arriver dans le hall, mais pas la première personne, tu t'en rends vite compte lorsque tu entends les râles presque inaudibles, mais se répercutant par l'écho du bâtiment vide, que pousse celui que tu reconnais, de par sa voix suave et grave, comme le grand - enfin, l'imposant... euh... l'important - directeur de l'établissement, qu'il doit extérioriser en grimpant les marches.
D'un gloussement, tu décides d'aller le saluer, lui et sa prestance, et tu voles silencieusement jusqu'aux escaliers, avant de le trouver devant la porte de l'infirmerie. Tu te poses, et t'apprêtes a lui dire bonjour, lorsque tu remarques qu'il n'arrive pas à ouvrir la porte de l'infirmerie.
- Bonjour Monsieur le directeur. Comment allez vous ? lances tu à celui ci alors qu'il semble pris dans un élan de réflexion.
En le voyant ainsi se mordre les lèvres, tu doutes un instant qu'il ne veuille juste pas de toi dans son champs de vision, et, comme si elles y réagissaient, tes plumes situées au dessus de tes magnifiques oreilles effilées s'inclinent vers l'arrière. Tu as le temps de regarder ta tenue, mais elle n'est pas choquante, et parfaitement dans les normes. Tu n'as pas les fessés à l'air, tu ne montres pas ton ventre ni ta poitrine. Alors tu oses sentir discrètement ton odeur corporelle, mais la douche que tu as prise deux heures avant ton réveil, alors que tu n'arrivais pas à dormir, a été très efficaces, effaçant toute trace de ton entraînement intensif de la veille... sauf quelques courbatures. Et ton parfum étant discret, tu n'impose pas une odeur, Ô combien attirante, au couloir. Alors tu ne comprends pas, ce qui dans ton apparence, ou dans ta tenue, et ta présence, pourrait lui causer cette morsure aux lèvres.
- Belle journée, n'est ce pas ? oses tu, tentant de remplir ce blanc précédemment créé.

Et les rayons du soleil viennent alors illuminer tes ailes, ta peau océaniques et tes cheveux magnifiques, et tu te retrouves baignée d'une lueur chaleureuse. Ta brillance épidermique rend ce spectacle éblouissant, le bleu inhabituel de ta peau merveilleuse renvoyant doucement la lumière.

Ange, beauté suprême, bleue comme l'océan, blanche comme la lumière, toi qui a osé prétendre au poste de Présidente du Conseil des élèves, tu oses maintenant t'afficher devant le directeur alors que celui ci semble perdu dans ses pensées... Mais tu n'es pas plus gênée que cela... En fait, tu as même un petit sourire aux lèvres, ayant eu une bonne impression de ce Gin lors de l'entretien...

Revenir en haut Aller en bas
Gin Johnson
Votre Mamandoline ♥
avatar

Messages : 209
Age : 28
Race : Humain à Don
Don : Force Inimaginable

MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Libre]   Jeu 14 Mai - 23:23


Ton regard se perdait à l'horizon, à travers la fenêtre tu pouvais observer les jardins de ton établissement, la forêt qui l'entourait et plus loin encore apparaissaient timidement quelques bâtiments de la belle ville de Londres. Une journée ensoleillée pour commencer l'année scolaire, cela devait être un bon présage mais tu n'en avais que faire. Pour toi, tous les jours étaient les mêmes, grisâtres, ennuyeux, répétitifs... Et pourtant, tu continuais de garder ton poste de directeur de Chimera sans rechigner. Personne ne t'avait forcer à prendre la place de ton père, et certains membres du personnel seraient presque prêt à te tuer pour siéger sur cette école prestigieuse et unique, mais tu les regardais de haut, toi, petit homme aux grands pouvoirs. A Nathanaël, tu ne cessais de lui répéter que tu n'en avais que faire de tes élèves, que ton seul but était de te servir d'eux pour tes besoins personnels, pour ta seule santé, et qu'il pouvait leur arriver malheur que tu t'en contre fichais. Mais avoue le, Gin, tu ne le penses qu'à moitié. Tu as toujours aimés être utile, indispensable même, et savoir que ces enfants ne peuvent compter que sur toi pour vivre heureux te fait te sentir vivant. C'est la seule chose qui te fait cet effet d'ailleurs. Est-ce pour cela qui tu tiens tant à ta place de directeur ? Peut-être. Et ce jour là, voir les premiers étudiants passer le portail de Chimera t'aurait presque volé un rictus. Seulement, ce moment de paix, presque de joie, fut perturbé par une voix féminine à côté de toi. Tu l'avais déjà entendu plus tôt, sans y prêter attention, espérant qu'elle ne s'adressait pas à toi alors qu'elle avait bien énoncé ton rang.

Immobile, seul ton regard voyagea pour venir se poser sur celle qui oser t'importuner, tu restas silencieux en la dévisageant alors qu'un entretient te revenait en tête, le sien, pour entrer dans l'école. Tu pouvais enfin poser une identité sur ce visage bleuté qui était finalement assez unique, assez inoubliable. C'était la présidente de conseil des élèves qui était déjà venu vivre au pensionnat depuis quelques jours. Bien évidemment, elle était déjà dans les couloirs avant tout le monde. Mais venir t'adresser la parole de bon matin, il lui fallait pas mal de courage. Ou d'inconscience. Quel était son but en venant ainsi te parler de la pluie et du beau temps ? T'amadouer ? Devenir ton amie ? Dans un soupire, tes yeux gris retournèrent à la contemplation des jardins, et là, tu le vis.

- Sale clébard... Avais-tu alors marmonné.

Nathanaël venait de s'installer aisément sur un banc en plein soleil, surement pour prendre du bon temps avant de démarrer l'année. La présidente avait surement du entendre tes grognements graves qui traduisaient ton agacement. Alors que tu avais fait tout ce chemin pour venir le voir, lui, ne faisait que se prélasser sans même avoir une petite pensée pour ta personne. Chien égoïste. Si c'était ainsi, tu profiterais de ne pas l'avoir dans les pattes pour t'occuper de tes élèves. Justement, la présidente te revint à l'esprit. Elle était toujours là? Oui. Avec un air un peu bécasse, elle s'examinait toute seule, alors que tu l'observais avec un certain dédain.

- Mademoiselle la Présidente du Conseil des élèves.

Enfin tu daignais lui adresser la parole, enfin tu lui donnais un minimum d'importance et lui apportais un infime intérêt. Par réflexe, tu arrangeais le col de ta chemise blanche, ainsi que les manches que tu venais de remonter pour découvrir tes avant-bras. Un peu maniaque sur les bords.

- Vous êtes bien matinale. Prête à attaquer l'année je suppose ?

Tes manches étaient parfaites, tu avais sculpter toi même le moindre plissement du tissu immaculé, et enfin tu relevais le regard vers elle, plantant tes yeux argentés dans les siens.

- Et... Vous vous sentez capable d'assumer votre poste de présidente ?

Ton regard froid ne vacillait pas, tes paupières ne se fermaient même pas, tu restais ainsi stoïque et psychorigide dans le but de l'intimider. Le poste de Président au conseil possédait pas mal de contraintes et énormément de responsabilités. Mais cette jeune fille avait piqué ta curiosité en le prenant, sans une réelle hésitation. Connaissait-elle vraiment les conséquences de cet acte ? Tu voulais vérifier. Car très peu d'étudiants à Chimerai auraient osé intégrer le Conseil, sachant très bien qu'ils allaient devoir te côtoyer bien trop souvent et que ce n'était pas une mince affaire. Ton caractère intransigeant, tes réflexions blessantes et glaciales, peu pouvaient s'y mesurer. Ainsi, tu attendais de voir si ce petit bout de femme allait être capable de te satisfaire.

© G i n  J o h n s o n




_________________
Petites Infos ~

♦️ Présentation
♦️ Journal
♦️ Demande de Rp
♦️ Couleur des Paroles : #B4C7CD

♦️ Boite à Mp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Libre]   Dim 24 Mai - 15:27

Tel le colibri qui avait tapé contre la fenêtre pour venir extirper de son sommeil la jeune ange, Nora venait de taper contre une vitre inexistante pour tirer du sommeil non endormi le directeur, averti dans ses pensées. Et tel l'oiseau du matin, la bleutée aimait beaucoup l'humain qui siégeait au sommet de la hiérarchie scolaire.

Tes oreilles effilées n'ont rien perdu des mots de Gin, à l'encontre de sa personne et de celle de l'infirmier qui, comme tu l'a deviné, se connaissent plus que bien. C'est d'ailleurs avec un faible mouvement de ta tête que tu viens voir l'infirmier sur le banc, profitant du Soleil, et, au contraire du directeur, un sourire vient orner tes lèvres marquées de ce bleu océan. Pour sûr, tu penses te plaire ici. Tout le monde a son caractère bien à lui, étrange peut être pour la ville de Londres, mais finalement bien différent et agréable pour les créatures. Des caractères et des personnalités changeantes, dus à la vie cachée parmi les humains normaux qu'ils avaient eu.
Et alors que tes pensées caressent ce sentiment de bien être, ton titre officiel paraît, sortant par cette voix Ô combien douce du chef de l'établissement.

Polie comme pas deux, tu retournes ton attention vers lui, observant du coin de l'œil ses mouvements nerveux ou juste maniaques sur ses manches, mais tu préfères ne pas montrer ce regard pour ne pas le mettre mal à l'aise et te ficher par la même occasion.

Lors de son compliment - tu vois "matinale" comme un grand compliment - et de sa première question, tu souris avant de répondre le plus sincèrement possible.
- Prête, je ne le sais pas encore, mais envieuse et excitée, oui, assurément, Monsieur le Directeur. J'ai attendu toute ma vie un établissement comme Chimera, j'ai attendu toute ma vie d'être normale pour les personnes m'entourant, alors soyez assurés que si je ne suis pas encore prête, je le serais dès la première seconde dans la classe de mon premier cours.

Tes dents plus blanches encore que la sainte lumière se dévoilent dans un sourire sincère et magnifique, et c'est limite si tu l'aveugles en reflétant le rayon tout chaud qui se pose sur ces demoiselles blanches, ces trente deux demoiselles, sur leur lit de rouge, appelé gencives.
Puis vient la deuxième question, sans doute destinée à le rassurer, qui ne te demande même pas trois millièmes de secondes pour répondre, tant tu es sûre de la réponse.
- Oui monsieur, j'en suis plus que certaine. Je suis en plus tellement impatiente de rencontrer le reste du Conseil. Je sais que ce sont de lourdes responsabilités, mais je peux vous assurer que je saurais me débrouiller et aider les élèves de Chimera, monsieur. Et puis, cela me permettra de passer du temps officiel avec vous, et je vous aime bien, vous êtes si gentil.

Sans doute va-t-il se demander quel démon t'habite pour que tu sois capable de voir la gentillesse dans les propos et l'attitude montrée de Gin, ce qui serait assez ironique pour une ange, mais ce que tu dis est plus qu'honnête envers lui et toi même. Tu sais voir le cœur des gens depuis longtemps, comme si tu étais toujours à côté de la plaque, et tu as vu lors de ton entretien passé, la gentillesse abritée dans le cœur du directeur. Sans doute fais tu partie de l'une de ces personnes qui est capable de voir ce que renferme Gin Johnson en lui... Quoi qu'il en soit, tu l'aimes beaucoup, et tu le montres sans retenue.
Puis t'approchant, comme pour le persuader que son être n'est pas effrayant pour tes yeux, tu lui retournes poliment la première question qu'il te demanda plus tôt.
- Et vous monsieur ? Êtes vous d'attaque pour cette nouvelle année ? Elle promet de grandes choses, je le sens, et je l'espère.
Ton sourire toujours présent pourrait te faire passer pour une naïve niaise, mais qu'importe, tu ne fais que montrer ce que les pages du livre de ton cœur referment...

Inconsciemment tu la montres, l'incroyable beauté intérieure en toi, qui complète d'une grâce infinie les délicatesses de ton corps. Tu es divine. Angélique. Tu mérites le nom de ta race.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau commencement [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A nouveau libre.
» Disparition d'un Chef, avènement d'un nouveau [libre]
» Nouveau Cabinet + 20000 emplois en Haiti ! Quel miracle ?
» LIBRE - un jour viendra nous aurons des rêves à nouveau
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: