AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Des démons qui font de la peinture, des sorciers qui font de la couture, des vampires qui apprennent la cuisine... Bref ! Tout est possible à Chimera, même se faire manger par l'infirmier...

Partagez
 

 Le mystère du bâtiment de musique [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Le mystère du bâtiment de musique [libre] Empty
MessageSujet: Le mystère du bâtiment de musique [libre]   Le mystère du bâtiment de musique [libre] Icon_minitimeLun 6 Avr - 20:43

Un globiboulga d'étudiants se pressaient dans les couloirs de l'aile artistique. Les membres de la section avaient fait passer le mot et tout Chimera s'était retrouvé alerté par une nouvelle. Un bruit courant que tous les jours, à midi, quand les salles se vidaient, l'on pouvait entendre un violon résonner dans le bâtiment. Envoûtant toutes les personnes s'y trouvant via une mélodie la plus agréable qu'il soit dirons-nous. Alice avait eu vent de ses rumeurs, en écoutant par hasard une conversation entre deux filles de sa classe. Non, ce n'était pas une amie qui l'avait prévenu puisque la pauvre petite n'avait pas su s'en faire. Elle était la petite nouvelle au fond de la classe dont personne ne connaissait le prénom. Ne perdant pas son entrain, Alice se décidait d'enquêter sur cette étrange rumeur, si elle la résolvait elle aurait peut-être des amis qui sait ? Elle bondit de sa chaise le poing levé en s'exclamant « J'y arriverais ! » Deux garçons se retournèrent en la dévisageant alors, la faisant rougir tomate d'une traite. Elle fuit leur regard avant de s'emparer de son violon, tête baissée elle sortit de la salle de classe qui se vidait, laissant les lycéens partirent se nourrir.

La blondinette, fuyant la gêne provoquée par ces deux inconnus se précipita vers son bâtiment favori, celui qui l'accueillait gracieusement à bras ouverts plutôt à portes ouvertes alors que la McGuffin était désespérément lente. Ses yeux d'un bleu cobalt put apercevoir une foule d'étudiants se presser à l'entrée, des voix se distinguèrent, parlant d'une seule et même chose :
« Tu crois que la mélodie va encore être jouée ? » « Quoi ? Tu ne l'as jamais entendue ? Tu vas voir, c'est juste F-A-B-U-L-O-U-S ! » « Je suis certain que c'est un musicien fantôme ! Ça va faire un beau scoop pour le club ! » Tant de gens pour une seule personne qui leur était inconnu ? C'est fou ça ! La violoniste sourit, il fallait qu'elle découvre qui était cette personne et aurait enfin des amis dans cette académie ! Elle y arriverait oh ça oui, par n'importe quel moyen !

Elle réussit à entrer dans l'aile artistique en se faisant bousculer de toutes parts, manquant parfois de tomber parce qu'un élève haut comme trois pommes l'avait effleuré. Quelle force Herculéenne possédait Alice * tousse *. Glissant à travers les individus qui s’affairaient à pénétrer dans le bâtiment alors qu'à cette heure-ci ils devraient être à la cantine espérons qu'il n'y ait aucun animagus, parce qu'ils vont avoir une faim de loup, la jeune lady prit un escalier en observant sa montre. 12H12, elle était en retard. En même temps avec tout ce monde cela n'avait rien d’étonnant. Gravissant les marches une à une, elle arriva bien vite à l'étage réservé à la musique. Noir, complètement noir, une marée noire, une masse mouvante qui bougeait, gesticulait parlait dans tous les sens n'ayant que deux mots à la bouche, musicien fantôme. La rumeur s'était si vite propagée ? Pourtant il devait en avoir des bons musiciens dans cette école alors pourquoi se pressaient-ils pour une unique personne ? Le mystère ma chère le mystère, l'insoluble n'est que splendeur. Elle soupira, trop de monde.

Rebroussant son chemin, la demoiselle monta jusqu'au toit qu'elle réussit à accéder via une porte grande ouverte. Une bouffée d'air frais l'envahit et le Soleil l'aveugla. Un sourire s'afficha sur sa petite bouille de poupée. Finalement, elle ne partirait pas à la recherche de ce musicien inconnu, elle ferait comme tous les jours à cette heure-ci, elle jouerait pour son seul public. Elle se concentra le plus possible, posant son regard sur le sol qui se vit paré d'une petite boule de lumière faisant apparaître un escargot vert des plus immonde. Une bave noire s'écoulait de lui et il ne pouvait s'empêcher de lancer des râles à tout va ce qui fit rire Alice.
« Et bien Jean-Charles, mon ami, toujours en forme on dirait ! J'ai de quoi te calmer aujourd'hui, tu iras peut-être mieux ensuite ! » Fit la blondinette en sortant son archet et son violon, parlant à un escargot mort-vivant et seul ami de l'académie. La solitude, parler à un escargot zombie et ne pas finir malade, tel était l'essence pour devenir un vrai génie ou un vrai débile. Alice inspira profondément avant de comptait les temps, une mesure, elle commença. Posant son archet sur une corde qui se mit alors à vibrer avec le frottement. Des notes jaillirent du violon, se mettant à danse dans une valse toutes ensembles en une merveilleuse mélodie jouée à la perfection. Elle ne rencontrerait pas le fameux musicien aujourd'hui, elle ne le pouvait pas de toute façon, ne pouvant jamais le rencontrer puisque le musicien, c'était elle. Pauvre âme en perdition. La musique résonna dans les bouches d'aération bronzant sur le toit, les étudiants qui mangeaient dehors pouvait se délecter du beau temps mais aussi de la plus belle bande-son qui soit, jouée par une violoniste naïve ne se doutant pas que des dizaines d'élèves la recherchaient pour l'écouter.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Le mystère du bâtiment de musique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Le mystère du bâtiment de musique [libre]   Le mystère du bâtiment de musique [libre] Icon_minitimeMer 8 Avr - 20:18

La journée était déjà bien entamée et le soleil haut dans le ciel. Ses rayons fort et puissant glissaient à travers les nuages et caressaient les quelques heureux encore présents en extérieur. Aussi, Kaede, alors postée fièrement devant son matériel d’archerie, prit le temps de le fixer silencieusement. La luminosité qui en émanait l’avait fait stopper dans son action, soucieuse de se hâter injustement. Cela faisait déjà plusieurs heures qu’elle se tenait là, décochant des flèches avec beaucoup de zen et de concentration.  A dire vrai, ici notre protagoniste pouvait être elle-même. Ici personne ne faisait attention à elle et il n’était pas courant pour des archers de papoter dans les cours. Une aubaine pour la petite fille timide qui se cachait dans ce corps de jeune femme.  C’est alors qu’au cours d’une légère mais puissante respiration, Kaede ferma les yeux, serra les doigts de sa main porteuse et banda l’arc. Au travers de la mire, elle scruta la cible une fraction de seconde avant d’envisager de relâcher. Mais au moment fatidique, des gloussements de dindes firent tressaillir Kaede qui vit aussitôt son ensemble valdinguer dans le décor.  Comme saisie d’une colère noire incontrôlable, elle fit volte-face violemment et fonça tête baissée vers trois élèves en train de parler bruyamment.

La démarche plutôt reconnaissable de la jeune fille interpella tout de suite l’ensemble des filles qui stoppèrent net leurs gloussements et la regardèrent venir. L’une d’elle blanchit alors lorsqu’elle la reconnut. Dans un léger soupir elle balaya rapidement l’assemblée avant de reprendre sa posture de vigie. Lorsque Kaede fut à portée elle entreprit de s’excuser mais notre personnage ne l’écouta pas et entra directement dans le vif du sujet.

Kaede : « On est où ici bordel ? »

Elève : « Humm… dans le club de tir à l’arc… »

Kaede : « Exactement. Et tir à l’arc rime avec SILENCE ! Donc maintenant soit vous m’expliquez pourquoi tout ce tintamarre, soit j’en prends une pour taper l’autre. »

C’est alors que la plus jeune expliqua qu’elle et ses amies étaient surexcités de rejoindre l’un des bâtiments de l’établissement car là-bas devait se trouver un éventuel fantôme musicien ainsi que la quasi-totalité des élèves encore présents à cette heure. Le sang de notre jeune fille ne fit alors qu’un tour. D’un pas lourd et appuyé elle bondit hors de la salle et fonça se changer. Chose faite, elle courut en direction du bâtiment de musique. Là, un nombre incalculable de résidents s’étaient agglutinés dans les couloirs. Chacun papotait dans un chahut grandissant et Kaede n’arriva rapidement plus à s’entendre penser. C’est alors qu’elle eut une idée. Prenant le temps d’inspirer profondément, notre jeune protagoniste s’inclina légèrement en avant et beugla à tue-tête.

Kaede : « C’EST PAS BIENTÔT FINI CE BORDEL ! Y’EN A QUI BOSSENT ENCORE LÀ ! »

L’action eut un effet choc sur l’ensemble de la cohorte. Comme une onde se propageant à grande vitesse, les élèves se turent les uns après les autres ! Bien sûr certains tentèrent de protester en appuyant sur le fait qu’il était midi passé et que peu d’entre eux étaient encore en classe, mais dans l’ensemble, pas un bruit ne releva la remarque. Il fallait dire que la voix tonitruante d’une fille furax pouvait laisser les gens perplexes. Dans un calme plus ou moins remarquable, Kaede put recommencer à avoir les idées claires. S’interrogeant sur la justification de tout ceci, elle en perdit même son air certain. C’est alors que des messes basses firent irruptions dans le calme serein.  Des noms peu respectables et des insultes vinrent la couronner et Kaede fut profondément blessée par certaines d’entre elles.  Puis, se détachent du lot, une voix masculine vint l’interpeller. Un groupe de garçons plus jeunes vinrent la titiller sur son manque de prestance et alla même jusqu’à la surnommer de fille bâtarde et de catin. Un rire général fit alors sa besogne et le groupe détala à toute vitesse. La jeune fille elle resta là, frustrée et silencieuse. Elle se demanda si, à cet instant, il était justifié de relever le débat ou valait-il mieux quitter les lieux. Mais sa rancœur prit le dessus et elle courut à la poursuite des malfrats. Il ne lui fallut pas plus de deux couloirs pour les talonner mais, lorsqu’elle entreprit de lever le bras pour un saisir un, une musique douce et voluptueuse la fit stopper net sur place. Laissant le groupe disparaître au détour d’une échappatoire, elle releva la tête et chercha quelques instants la source de tout ceci. Lorsqu’elle comprit approximativement l’endroit, elle ne tarda pas à rejoindre un escalier la menant sur le toit.

Arrivée à l’endroit en question, Kaede prit quelques instants pour s’habituer à la luminosité ambiante. Les rayons puissant et chaud du soleil frappaient tout particulièrement à cet endroit de l’école et il était donc peu courant de voir quelqu’un ici. Mais lorsqu’elle eut fini de s’habituer elle remarqua une fille assise non-loin de là. Elle ressemblait à  une petite fille triste et apeurée, comme une petite poupée de cire. S’interrogeant sur la démarche à suivre, notre jeune fille préféra alors restait en retrait. Là au moins elle pourrait profiter de la musique angélique tout en veillant à ne pas brusquer sa nouvelle trouvaille. C’est alors qu’elle s’approcha d’un mur et s’appuya dessus, laissant sa tête partir en arrière et ses jambes en avant. Ses yeux se plissèrent rapidement et se fermèrent par la suite, laissant notre princesse à ses songes…


« C’est fou comme le soleil est agréable ici… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Le mystère du bâtiment de musique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Le mystère du bâtiment de musique [libre]   Le mystère du bâtiment de musique [libre] Icon_minitimeVen 1 Mai - 10:11

Ses doigts parcoururent le manche du violon avec aisance accélérant et décélérant le mouvement avec une facilité déconcertante. Trop facile pour la demoiselle, peut mieux faire. Le tempo commença à entamer une amorce encore plus rapide suivant les battements du cœur de cette chère Alice concentrée sur son violon parant le monde de milliers de couleurs vives. Elle n'avait pas entendu arriver la plantureuse femme qui ne disait mot face à un concerto à un seul instrument. Solo de violon par une demoiselle violoniste fantôme. Le Soleil inondait la blonde de centaines de rayons si apaisants s'alliant parfaitement à l'ambiance générale.
Derniers coups frénétiques d'archer sur les cordes symbolisant la fin de la mélodie enchanteresse d'Alice qui essuya alors la sueur qui commençait à perler sur son front. Elle lâcha un soupir avant de s'incliner devant son public à savoir un escargot mort depuis des lustres.
« Alors Jean-Charles ça t'a donné le goût de vivre ? Hehehe j'en ferais peut-être une deuxième si tu es sage mon grand ! » Fit la lycéenne tout sourire avant de s'étirer les bras. Elle fit des moulinets pour faire fuir les toxines contenues dans ses muscles afin d'éviter d'avoir des courbatures le lendemain. Elle se retourna ensuite vers la porte afin d'y déposer son gilet, si chaud. Elle vit alors une personne l'ayant observée jouer. Une vive teinte rouge s'empara de ses joues et la jeune femme de bonne famille trébucha. Mince mince mince, elle l'avait vu jouer ? Comment réagir ? Demander si c'était bien ? Lui demander son nom de manière trop d4rk Sasuke ? Lui faire un autographe ? Ou alors tout simplement fuir ? Toutes ses actions s'embrouillaient dans la petite tête blonde d'Alice qui se sentait alors défaillir. Aaah la timidité, ça n'a pas toujours du bon parfait.

Ne pouvant plus tenir sur ses propres jambes, Alice s'écroula sur le sol à la manière d'une poupée de chiffon, dans le fond de ses yeux bleus on pouvait y déceler des tourbillons symboles du fait qu'elle était totalement perdue. Pauvre âme en perdition. Au bout d'une minute, elle put enfin relever la tête vers la jolie brune qui avait été sa spectatrice en ce jour printanier. La violoniste tenta de lancer une conversation en bégayant tel un roi d'Angleterre dont je tairais le nom parce que je ne m'en souviens plus, honte sur moi.
« Je-je-je.. Pardon je-je... Comment tu-tu-tu... Tu aimes The legend of Zelda ? » Facepalm de la demoiselle. Décidément elle était bien trop idiote et cette stupidité la déprimait. Comment parler correctement à une inconnue ? Comment ça marche ? Pourquoi il n'y a pas « se faire des amis pour Les Nuls » ? Hein pourquoi ? On se le demande non mais j'en ai aussi besoin. La blondinette se mit alors à respirer avant de se relever en époussetant ses vêtements. Elle prit une grande inspiration avant de se relancer, rouge écarlate :
« B-b-bonjour, je.. m'appelle A-A-A-Alice, e-e-e-enchantée ! » Puis elle tendit la main vers la demoiselle en détournant le regard, honteuse d'être aussi gênée en présence d'une personne qu'elle ne connaissait pas encore. En espérant que ça n'énerve pas trop son interlocutrice !


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le mystère du bâtiment de musique [libre] Empty
MessageSujet: Re: Le mystère du bâtiment de musique [libre]   Le mystère du bâtiment de musique [libre] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mystère du bâtiment de musique [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour porte la musique [Libre]
» Bnflowers: Promotionons la musique libre :)
» Musique sous le soleil [libre]
» Obama en chute libre ...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chimera Academy :: ♦ Liberté quand tu nous tiens :: ♦ Archives :: ♦ Rps-
Sauter vers: